Pakistan

Séisme en Asie du Sud-Est : des hélicoptères acheminent les secours vers des zones isolées

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ05-1452/ Pirozzi
Sur une piste d’atterrissage aménagée dans un stade de la ville de Mansehra, des soldats pakistanais déchargent un camion de l’UNICEF et entassent le matériel dans un hélicoptère de l’armée. Ces fournitures sont destinées à un village du Keran.

Par A. Sami Malik et Maya Dollarhide

Mansehra, Pakistan/New York, le 12 octobre 2005 – Les rescapés du séisme qui a dévasté l’Asie du Sud-Est, faisant au moins 33 000 morts et plus de 50 000 blessés, luttent désormais pour leur survie. Plus de 120 000 personnes ont de toute urgence besoin d’un abri. Le nombre de personnes ayant perdu leur maison suite à cette catastrophe pourrait atteindre les quatre millions. Des tentes et des bâches figurent parmi le matériel de secours envoyé de toute urgence dans les zones sinistrées.

Dans la région concernée, un habitant sur cinq est un enfant de moins de cinq ans. L’UNICEF a lancé un appel de fonds d’un montant de 64 millions de dollars pour aider les enfants et les familles victimes du séisme.

Un centre opérationnel s’est ouvert à Mansehra, qui se trouve dans une des zones les plus touchées du Pakistan. Lorsqu’ils arrivent, les secours sont dirigés vers un entrepôt et de là sont acheminés vers le stade de Mansehra, transformé en héliport. Des hélicoptères, dont deux ont été mis à la disposition de l’UNICEF par le Gouvernement pakistanais, emportent des trousses médicales, des couvertures, des tentes, des vêtements et autres articles de première nécessité vers des régions inacessibles par la route.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1453/ Pirozzi
Des hélicoptères quittent le stade de Mansehra, transformé en héliport.

Une foule importante, au sein de laquelle un grand nombre de gens ayant eux-mêmes déjà bénéficié de l’aide, s’est rassemblée sur le stade pour observer les opérations de secours.
 
Matériel de survie

Hasnain, un petit garçon isolé dans la foule rassemblée sur le stade, explique qu’il a tout perdu quand Batgram, son village, a été détruit. « J’ai perdu mon père et une de mes sœurs lorsque notre maison s’est écroulée pendant le tremblement de terre. Je loge chez des parents à Mansehra. Je n’ai pas de vêtements chauds à me mettre », explique-t-il tout en observant le chargement du matériel. (Avant le départ de la cargaison, il a reçu une couverture et un pull.)

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1449/ Pirozzi
A la recherche du lieu exact où livrer les secours

Le matériel comprend 300 000 Aquatabs (tablettes de purification de l’eau), 375 caisses de biscuits énergétiques, 500 tentes, 12 000 rouleaux de toile de bâche, 10 000 couvertures et 12 000 pulls de toutes tailles.

Des dizaines de milliers d’enfants et de familles dont la maison a été gravement endommagée, voire détruite, vivent désormais dehors, en plein air, où ils sont exposés à la pluie et au froid.

« La nuit, la température ne cesse de baisser, s’inquiète Spry Leverton. Il faut se dépêcher de livrer des couvertures aux enfants pour leur tenir chaud. Ils sont à la merci de conditions météorologiques de plus en plus mauvaises et vivent près de montagnes enneigées. Un vent glacial a commencé à souffler et il fait particulièrement froid pour la saison. »


 

 

Vidéo (en anglais)


10 octobre 2005 :
Dan Toole, Directeur du Bureau des Programmes d'urgence de l'UNICEF, décrit la riposte au tremblement de terre.

bas | haut débit
(Real player)

Audio (en anglais)

10 octobre 2005 :
Le Docteur Tamur Mueenuddin, Responsable Santé de l'UNICEF, décrit la situation des enfants et de leurs familles à Mansehra, au Pakistan, et dans les villages environnants, après le séisme.
Recherche