État de Palestine

Le dernier cri en matière de soins pour les nourrissons de Gaza

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0558/El-Baba
Un bébé dans une couveuse à la nouvelle unité néonatale de soins intensifs de l’hôpital pédiatrique Al Nasser de la ville de Gaza, qui a été remis en état par l’UNICEF et financé par le Comité français pour l’UNICEF en 2012.

VILLE DE GAZA, Territoire palestinien occupé, 6 juillet 2012 – Par une journée ensoleillée, Mirfat Ali câline Mahmoud son bébé âgé de 10 jours. Ses inquiétudes se sont  apaisées en voyant les rayons du soleil à travers les fenêtres : son bébé a finalement arrêté de tousser.

« Il est enrhumé et  a eu de la fièvre toute la nuit », explique  Mirfat Ali pendant qu’elle berce  tendrement son enfant. « Je ne pouvais pas fermer l’oeil au début et j’étais réticente à l’amener ici ». Toutefois, mon mari a insisté pour que nous venions et maintenant je m’en félicite ».

Pour Mirfat qui est maman pour la première fois, venir à la nouvelle unité néonatale de soins intensifs de l’hôpital pédiatrique Al Nasser de la ville de Gaza a été  la meilleure décision qu’elle ait prise.

Des soins de pointe

« Une grande partie de mes craintes se sont envolées dès l’instant ou j’ai mis le pied dans cette unité en constatant par moi-même combien elle était bien gérée » ajoute Mirfat Ali. « Le service semble bien équipé et  entretenu. Les employés sont très professionnels et  me donnent l’impression de bien prendre soin de moi ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0560/El-Baba
Une mère palestinienne regarde son bébé qui dort dans une couveuse à la nouvelle unité néonatale de soins intensifs de l’hôpital pédiatrique Al Nasser de la ville de Gaza, qui a été remis en état par l’UNICEF et financé par le Comité français pour l’UNICEF en 2012.

Lancée en janvier grâce à un financement du Comité français pour l’UNICEF, cette unité néonatale de pointe spécialisée dans les soins des nourrissons jusqu'à 28 jours atteste  du potentiel que  la Bande de Gaza est en mesure de développer aujourd’hui. Dans la mesure où celle-ci est équipée de ce qu'il y a de mieux pour sauver la vie des nouveau-nés, c’est à cette unité que les hôpitaux de Gaza adressent les bébés prématurés, souffrant de jaunisse, d’insuffisance respiratoire, de septicémie et de cardiopathie congénitale.

« Avant que l’Unité ne soit rénovée, nous utilisions un vieil équipement non compatible. De même, nous entassions tous les bébés dans le hall, sans aucune salle pour isoler  les cas contagieux », se rappelle l’infirmière en chef, Hamdi Al-Khudari. Les infirmières rassemblaient les nouveau-nés dans un coin et priaient pour que les autres ne soient pas infectés.

« Je me demande encore si je suis toujours à Gaza »

L’unité néonatale de soins intensifs dispose désormais de trente incubateurs et de trois salles de stérilisation ainsi que des espaces spécialement dédies aux mères allaitantes et souhaitant avoir un peu d’intimité.
 
« Chaque fois que je pénètre dans l’unité néonatale, je me demande si je suis encore à Gaza » déclare l’infirmière Hamdi Al-Khudari. « La plupart des mères de nouveau-nés me raconte à quel point les services offerts par cette unité leur donnent l’impression d’être ailleurs et combien elles se sentent en confiance ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0559/El-Baba
Le personnel médical vérifie la santé d’un bébé à la nouvelle unité néonatale de soins intensifs de l’hôpital pédiatrique Al Nasser de la ville de Gaza, qui a été remis en état par l’UNICEF et financé par le Comité français pour l’UNICEF en 2012.

Hamdi Al-Khudari dirige une équipe de 34 infirmières qui délivrent avec huit docteurs des soins d’urgence aux bébés de Gaza 24h sur 24. L’unité néonatale de soins intensifs a été conçue pour faire face aux coupures d’électricité quotidiennes qui autrement menaceraient la vie des patients dépendants d’appareils de survie. En plus d’un générateur spécial desservant l’unité entière, chaque ventilateur du service est équipé d’une batterie spéciale autonome pouvant fonctionner sans électricité pendant les coupures. L’UNICEF a aussi attribué des fonds à  l’approvisionnement de nouveaux équipements, tels que des lits et des brancards et autres nécessités indispensables à l’unité.

« Notre plus grand défi à venir, reste celui des ressources humaines », affirme Hamdi Al-Khudari. « Nous ne sommes jamais assez nombreux en personnel pour les nombreux cas qui nous arrivent chaque jour, mais au moins, nous voyons dans ce nouvel environnement une différence importante et positive ».

L’unité sert également d’hôpital de formation pour les étudiants en médecine de Gaza qui viennent là pour apprendre et pratiquer.  « Cet environnement moderne inhabituel influe positivement sur chacun, le personnel comme les bébés et leurs familles », déclare Abdallah Salem, un étudiant en médecine de 21 ans.

« Les meilleurs soins possibles »

En attendant, les docteurs ont décidé que Mahmoud serait placé sous surveillance pendant la nuit. Sa mère, visiblement fatiguée, l'a laissé aux soins de l'équipe compétente de l'unité. Elle a souri à Reem Jindia Shajaif, une mère de dix enfants qui semblait également épuisée après que Mohasen, son bébé de  jours, a été admis pour des troubles respiratoires.

« J’étais allée à un autre hôpital et ils m'ont dit de venir ici. D'abord cela m’a beaucoup inquiétée, mais maintenant je me rends compte que c'était la meilleure chose à faire » raconte Reem Jindia Shajaif. « Je peux déjà voir que mon bébé aura les meilleurs soins possibles ici ».


 

 

Une promesse renouvelée


Pour plus d'information 
A Promise Renewed  
(Site web en anglais)

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de L'Enfant

Au Nigéria, un message pour la santé de la mère et de l’enfant

Au Tchad, lutter contre la crise nutritionnelle est loin d’être facile
 avec vidéo

L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de la nutrition dans les villages éthiopiens pose les fondations d’un avenir meilleur
 vidéo en anglais

Des enfants « super agents de santé » aident le Brésil à réduire le nombre de décès évitables d'enfants
 vidéo en anglais

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants
 vidéo en anglais

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh
 vidéo en anglais

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil
 vidéo en anglais

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays
 vidéo en anglais

En République centrafricaine, le porte à porte permet de s’attaquer à la malnutrition

En Haïti, les cliniques d'urgence aident à réduire les décès maternels et néonatals
 vidéo en anglais

Au Mali, une meilleure information sur l’allaitement au sein sauve des vies d’enfants

En Angola, une recette du bonheur pour mettre fin aux décès d’enfants évitables


Recherche