État de Palestine

L'UNICEF aide à assainir l'eau dans le Territoire palestinien occupé

Par Monica Awad

RAFAH, Bande de Gaza, 21 mars 2011 - Pour la première fois de sa vie, Nagham, 7 ans, ne craint plus de boire de l'eau contaminée. « Maintenant j'aime boire de l'eau potable. Elle n'a pas un goût étrange », dit-elle.

VIDÉO (en anglais) : 7 mars 2011 - Le reportage, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, du correspondant de l'UNICEF, Eduardo Cure, sur le travail de l'UNICEF et de ses partenaires pour fournir en eau potable les enfants et les familles du Territoire palestinien occupé..

 

Nagham, qui vit à  Rafah dans la Bande de Gaza avec ses grands-parents, boit avidement de l'eau au tout nouveau point d’eau installé par l'UNICEF. « Je suis assoiffé quand je rentre  de l'école et sur le chemin de la maison, je m'arrête au point d'eau  pour boire de l'eau », dit-elle.

L'eau est une condition essentielle de la vie, cependant les ressources en eau deviennent de plus en plus rares alors que la demande s’accroit. Demain, marque la Journée mondiale de l’eau 2011 qui à l’occasion de célébrations partout dans le monde, mettra en évidence l'importance de l'accès à l'eau.

Les coûts de l'eau

Dans la Bande de Gaza, environ 97 pour cent des gens sont raccordés aux réseaux d'adduction d'eau. Mais l'approvisionnement en eau est souvent intermittent. On estime que 90 à 95 pour cent des sources en eau à Gaza sont impropres à la consommation humaine en raison des hauts niveaux de  chlorure et de nitrate.

Cela met les enfants en danger d'attraper des  maladies d'origine hydrique et force les ménages à acheter de l'eau potable. Les familles ici paient en moyenne plus de 7 dollars le mètre cube d'eau. C'est presque six fois le prix moyen demandé pour l'eau distribuée au travers d'un réseau d'adduction d'eau, et cela vulnérabilise encore plus des familles déjà appauvries.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Territoire palestinien occupé/2011/ El Baba
Mohammed El Zatma, 13 ans, boit de l'eau potable à un point d’eau installé par l'UNICEF à Rafa dans la Bande de Gaza en Territoire palestinien occupé. À Gaza, 97 pour cent des gens sont raccordés à des réseaux d'adduction d’eau qui pour beaucoup ne sont pas adaptés pour la consommation humaine.

La famille de Nagham a l'habitude de devoir acheter son eau potable. Mais, depuis que l'on a installé avec l'aide de l'UNICEF une unité de dessalement, leur maison est raccordée au réseau et ils ont maintenant accès à une eau potable sûre.

Ailleurs, l'UNICEF, en partenariat avec les gouvernements du Japon, de l'Australie et de l'Espagne a installé huit unités de dessalement, desservant 60 000 personnes au Sud de Gaza. Les partenaires ont aussi installé des pompes à eau et soutenu la fourniture de citernes à  151 écoles dans les secteurs vulnérables de Gaza, permettant de desservir plus de 70 000 élèves.

La plupart d'entre eux ont également  profité de la récente réhabilitation dans les écoles du système d’adduction d’eau et des sanitaires.

« Nous sommes en contact permanent avec l'Autorité palestinienne de l'eau (PWA), le Service municipal côtier de l'eau et d’autres services pour tendre la main à la plupart des communautés vulnérables et  nous assurer que les enfants et leurs familles aient accès à une eau saine, de bonne qualité et à un prix abordable » explique la représentante spéciale de l'UNICEF, Mme Jean Gough.

Des efforts consolidés

À tout juste 40 km de la Cisjordanie, à Gaza, les enfants ont aussi des problèmes avec l’eau, mais de nature différente. Tandis que les familles à Gaza ont un problème avec la qualité de l'eau, les familles de  Cisjordanie souffrent d’une pénurie d'eau en raison des pluies limitées,  en plus d’une répartition disproportionnée de la ressource en eau et des restrictions israéliennes sur le forage de nouveaux puits.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Territoire palestinien occupé/2011
À un point d’eau de Rafa dans la Bande de Gaza en Territoire palestinien occupé, des enfants palestiniens remplissent des bouteilles et des bidons d'eau. L'accès insuffisant à une eau saine et fiable expose les enfants aux maladies d’origine hydrique.

Cela rend  la vie extrêmement difficile, particulièrement pour les personnes les plus vulnérables.

Le camp de réfugiés de Fara'a – l’un des 19 camps de l’UNWRA, l’ Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, en Cisjordanie – abrite 7600 réfugiés enregistrés, dont plus de 50 pour cent sont âgé de moins de 18 ans.   

La grande majorité des résidents du camp vivent en dessous du seuil de pauvreté, est au chômage et souffre du manque d'eau.

En 2010, l'Autorité palestinienne de l'eau (PWA) a foré un puits, sur lequel l'UNICEF a installé une pompe à eau, financée par  l'Agence suédoise de développement international. La pompe permet maintenant aux résidants du camp d'avoir l'eau du robinet de façon sûre et fiable. 

Les défis à venir

L'Autorité palestinienne travaille de façon constante pour améliorer la quantité et la qualité de l'eau pour les failles palestiniennes en dépit des nombreux défis politiques à relever.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Territoire palestinien occupé/2011/El Baba
À Rafah dans la Bande de Gaza en Territoire palestinien occupé, un jeune palestinien est assis à l’arrière d’un camion avec des bouteilles remplies d'eau puisée aux points d’eau.

« En partenariat avec l'UNICEF, et grâce à nos donateurs sans qui cela n'aurait pas été possible, nous avons pu gérer le forage de puits, installer des pompes à eau et des unités de dessalement, et former notre personnel », affirme le ministre de l'Autorité palestinienne de l'eau, le Dr Shaddad Attili.

L'Autorité palestinienne doit faire face à beaucoup de défis pour l'approvisionnement en eau, dont un manque de permis de construire délivrés par le gouvernement israelien pour la zone sous leur contrôle et un approvisionnement limité en eau pour les palestiniens.

Pour marquer la Journée mondiale de l'eau, Nagham à Rafah et d'autres enfants participeront à différentes cérémonies qui iront de l'écriture d'histoires et un concours de dessins, à des sessions de sensibilisation et à la composition d’une chanson d'enfant sur l'importance de préserver l'eau.


 

 

Liens

Journée mondiale de l'eau
(Lien externe, s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Recherche