État de Palestine

A Naplouse, une mère surmonte son chagrin : «Fatima m'a aidée»

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0174/Pirozzi
Dans un camp pour réfugiés de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, Fatima Alshopy parle à Maha Qatouny (à droite). Maha Qatouny avait été atteinte chez elle par une balle perdue; à ce moment enceinte de sept mois, elle avait fait une fausse-couche.

Par Chris Niles

NAPLOUSE, Territoire palestinien occupé, 9 juin 2009 – Plusieurs fois par mois,  Fatima Alshopy parcourt les rues étroites du camp pour réfugiés Numéro un de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, pour rendre visite à Maha Qatouny, une mère de trois enfants qui, il y a peu, a subi une terrible perte.

VIDÉO : regarder maintenant

« Autour de deux heures du matin, j'ai été réveillée par des tirs intensifs, » se souvient  Maha Qatouny. « J'ai entendu mes enfants crier et je me suis rendue aux toilettes qui sont à deux pas. Une balle est entrée par la fenêtre, a pénétré dans mon dos et m'a traversé l'abdomen. J'étais enceinte de sept mois. »

Accepter la perte de son enfant
Maha Qatouny a eu la chance d'avoir la vie sauve. Pendant quatre mois, elle a souffert de vives, douleurs, tout en s’efforçant de faire face à la perte du bébé dont elle était enceinte. Quand Fatima Alshopy lui a rendu visite pour la première fois, ses enfants avaient pris du retard en classe et elle était incapable de quitter son domicile.

« J’étais de plus en plus anxieuse, » dit Maha Qatouny.

Fatima Alshopy fait partie d'un réseau de conseillers qualifiés créé par l'UNICEF et le Service d'aide humanitaire de la Commission européenne, ECHO. Leur soutien a permis à des partenaires locaux d'apporter une aide coordonnée aux Palestiniens qui endurent les effets de la violence persistante.

« Une équipe qualifiée »
« Nous avons réussi à créer une équipe qualifiée qui est capable d'intervenir au cours de situations d'urgence et de crise, » affirme le directeur de YMCA Naplouse, Mustafa Oumar.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0178/Pirozzi
> Trois filles jouent au cerceau dans un espace pour adolescents dans le village de Beitfourik, à l'est de Naplouse. Le centre, appuyé par l'UNICEF, propose des activités éducatives et de loisirs à 70 filles.

L'UNICEF et ECHO collaborent dans le Territoire palestinien occupé depuis 2003. Leurs programmes viennent directement en aide aux enfants – leur procurant par exemple des espaces sécurisés où ils peuvent apprendre et jouer à l'abri des risques – tout en aidant les familles à faire face aux conséquences de la violence.

Cet engagement a permis à un réseau de spécialistes très qualifiés de toucher efficacement davantage de Palestiniens ayant besoin d'aide.

De l'aide sur de nombreux fronts

« Le financement de l'UNICEF que nous obtenons nous aide sur le nombreux fronts, » observe Mustafa Oumar. « Avant l'UNICEF, nous avions des difficultés pour la mise en place et la création d'outils comme la formation, la réalisation de programmes pour les enfants et le financement d'une formation psychologique. »

Grâce aux visites de Fatima Alshopy,  Maha Qatouny accepte lentement son deuil et la commotion qu'elle a subie.  Fatima Alshopy a aussi apporté son aide au mari et aux enfants de cette femme éplorée.

 « Fatima m'a aidée. Elle est devenue une amie. Je suis habituée à elle, » dit Maha Qatouny. « Dieu merci,  aujourd'hui, je me sens mieux. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage du correspondant de l'UNICEF Chris Niles sur la façon dont les jeunes mères de Cisjordanie ont retrouvé l'espoir avec l'aide de l'UNICEF et de l'ECHO.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche