État de Palestine

L'UNICEF et ECHO aident les enfants palestiniens à gérer leur stress quotidien

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0166/Pirozzi
Afif Thaeir Shamasheh, âgé de six ans, joue sur une balançoire située sur le terrain de jeux du village de Jayous, près du mur de séparation édifié en Cisjordanie. Sa mère se tient derrière lui. L’école d’Afif est souvent l’objet de fouilles et ses camarades de classe sont fréquemment interrogés par les soldats.

Par Chris Niles

LE VILLAGE DE JAYOUS, Territoire palestinien occupé, 15 avril 2009 — Le village de Jayous est proche du mur qui sépare Israël de la Cisjordanie. Il est le théâtre chaque semaine de manifestations hostiles au mur et il s’y déroule régulièrement des perquisitions et des arrestations.

VIDÉO : regarder maintenant

Au cours du seul mois dernier, il y a eu onze perquisitions menées par des Israéliens, deux arrestations de Palestiniens et 27 heures au total de couvre-feu imposées au village.

a situation politique tendue a un effet néfaste sur les plus jeunes habitants de Jayous. Afif Thaeir Shamasheh, 6 ans, habite près du mur et les soldats pénètrent souvent chez lui. « Lorsqu’ils viennent chez moi, les soldats me font peur », a-t-il confié.

Soutien psychologique Individuel et en groupe
Récemment, le comportement d’Afif à l’école a commencé à se détériorer.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0168/Pirozzi
Au village de Jayous, près du mur de séparation édifié en Cisjordanie. Afif Thaeir Shamasheh (à gauche) dessine dans le cadre d’un programme psychosocial de la YMCA, et appuyé par l’UNICEF. L’aide de l’UNICEF à ce programme est en partie financé par ECHO.

« J’ai remarqué qu’il avait peur; son travail en souffrait et il était difficile de le contrôler en classe », a indiqué Farouk Khrisheh, un enseignant.

M. Khrisheh est parvenu à ce qu’Afif intègre un groupe de soutien psychologique appuyé par l’UNICEF et l’Office d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO). Dans le cadre de son traitement, Afif a bénéficié aussi d’un soutien psychologique individuel, prodigué par un travailleur social ayant reçu une formation.

« Son comportement était normal »

L’UNICEF travaille avec ECHO depuis 2003 afin d’aider les enfants palestiniens et leurs familles confrontés à la violence qui hante leur vie quotidienne.

« L’objet de ce projet est de protéger les enfants dans les territoires palestiniens », a indiqué Hervé Caiveau, Responsable du Bureau d’Echo dans le Territoire palestinien occupé. Le projet a pour but d’accroître chez les enfants la confiance en soi et la foi dans l’avenir, et d’aider les familles à faire face aux défis auxquels leurs enfants sont confrontés. »

La famille d’Afif a remarqué chez lui un changement dans sa vision des choses et elle a noté que les soldats ne l’effrayaient plus.
« Même en allant rendre visite à ses grands-parents lors du couvre-feu, il n’était pas effrayé. Son comportement était normal », a dit Raidah Shamasheh, la mère d’Afif.

Travail scolaire et socialisation

Les enfants qui reçoivent un soutien psychologique sont mieux à même d’affronter leurs problèmes, et Afif ne fait pas exception. L’enseignant dit qu’Afif s’est amélioré en ce qui concerne son travail et ses rapports avec les autres. Il sourit davantage, il est content d’aller dans la cour de récréation et de faire du vélo dans les rues du village. « Il a commencé à se montrer plus actif, il s’exprime davantage et il est plus libre lorsqu’il joue. Il dessine et participe aux activités avec ses camarades, » indique M. Khrisheh.


 

 

Vidéo (en anglais)

UNICEF 25 février 2009 : la correspondante de l’UNICEF, Chris Niles, décrit la façon dont un garçon de six ans fait face à l’occupation chez lui, en Cisjordanie.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche