État de Palestine

L’UNICEF accélère l’acheminement de l’aide humanitaire avant le retrait israélien

Image de l'UNICEF
© UNICEF OPT/2005/Sabella
Dans la Bande de Gaza, des enfants jouent dans un bâtiment abandonné.

Par Michael Bociurkiw

GAZA, 27 juillet 2005 – A moins d’un mois du retrait d’Israël de la Bande de Gaza, l’UNICEF vient de terminer l’acheminement de l’aide humanitaire à certaines des enclaves les plus isolées du secteur.
En préparation du retrait, prévu pour la mi-août, l’organisation a également renforcé ses interventions dans les domaines de l’appui psychosocial, de la santé et de l’éducation.

Le plan de désengagement prévoit l’évacuation de certaines colonies et installations. En raison de la situation de certaines enclaves, très proche des colonies de Gaza devant être bientôt évacuées, on en a interdit l’accès, ce qui rend les livraisons de fournitures humanitaires quasiment impossibles dans les semaines à venir.

Image de l'UNICEF
© UNICEF OPT/2005/Sabella
Un terrain de jeux dans la Bande de Gaza. L’UNICEF travaille avec les autorités à la réhabilitation de certains terrains de jeux situés dans la ville.

C’est la raison pour laquelle on a accordé une attention particulière à ces enclaves, certaines d’entre eux n’ayant qu’une seule voie d’accès, quelques heures par jour.
La semaine dernière, l’UNICEF a été en mesure de réaliser une dernière livraison d’aide à l’enclave d’Al Sayafa. Ces livraisons comprennent du matériel de loisirs et éducatif, des fournitures liées à l’eau et à l’assainissement, ainsi qu’un générateur.

Des enfants confrontés à un danger quotidien

Dans la Bande de Gaza, les enfants représentent environ la moitié des 1,2 million d’habitants. Ils vivent dans l’une des zones les plus peuplées de la planète – et où la tension est la plus forte et l’isolement le plus grand. Ils disposent de peu d’espaces leur permettant de jouer en sécurité et ils sont fréquemment exposés aux échanges de tirs, que ce soit à l’école où chez eux. Après des années de conflit, peu d’entre eux sont capables d’imaginer une autre façon de vivre.

Les terrains de jeux sont rares et beaucoup d’enfants se hasardent à proximité des positions militaires ou des colonies, où les munitions non explosées représentent un danger constant. Ceux qui visitent pour la première fois la Bande de Gaza sont souvent effarés de voir le nombre d'enfants qui ont été blessés par ces munitions.

Image de l'UNICEF
© UNICEF OPT/2005/Sabella
Des enfants jouent dans la Bande de Gaza. Les possibilités de jouer sont très restreintes. Sur les terrains découverts, les enfants sont exposés aux fusillades, aux bombardements ou aux explosions de munitions.

La mauvaise nutrition constitue également un problème largement répandu dans la zone. Les trois-quarts de la population de Gaza vivent en dessous du seuil de pauvreté ; le petit déjeuner se résume souvent à une tasse de thé. Une alimentation insuffisamment nutritive cause un retard de croissance chez un enfant sur 10.

L’UNICEF soutient la création de 15 autres zones de jeux, destinées à environ 50 000 enfants vivant près des secteurs sensibles. Des activités quotidiennes seront proposées, notamment des jeux éducatifs apprenant comment éviter les munitions non explosées. Dans le matériel d’assistance récemment expédié à Gaza, on trouve des colis d’ « école en boîte », des fournitures pour le rattrapage scolaire et des nécessaires en eau pour les familles pour assurer leur approvisionnement en eau potable.

Pour ce travail, l'UNICEF a bénéficié de l’aide financière de l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI), du Comité britannique pour l’UNICEF et des gouvernements belges, danois et néerlandais.


 

 

Vidéo (en anglais)

25 juillet 2005 :
Michael Bociurkiw, de l’UNICEF, décrit la situation des enfants à Gaza.

bas | haut débit
(Real Player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche