En bref : Nigéria

Au nord-est du Nigeria, la population vient se faire vacciner en masse

Par Patrick Moser

Dans les États de Borno et de Yobe,  au Nigéria, une importante campagne de vaccination est actuellement menée par les gouvernements locaux et les partenaires, dont l’UNICEF. Les habitants reçoivent également des prestations de santé de base, notamment un traitement contre la malnutrition. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nigeria/2014
Des mères attendent de faire vacciner leurs enfants au dispensaire général de Kachalla, à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria.

ABUJA, Nigeria, 26 juin 2014 – Assises sur des bancs en bois, de jeunes femmes attendent patiemment leur tour dans un dispensaire mobile, leurs tout-petits dans les bras; ce dispensaire provisoire assure les vaccinations et  les soins si nécessaires aux  habitants du nord-est du Nigéria, une région où l’escalade de la violence a conduit au déplacement des populations locales.

La majeure partie des patients du dispensaire de Bolori, une antenne médicale de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno, ont fui les violences et un assez grand nombre d’entre eux présentent des signes de malnutrition.

Les dispensaires mobiles et provisoires ont été mis en place avec l’appui de l’UNICEF dans le cadre d’une importante campagne de vaccination dans les États de Borno et de Yobe, les plus touchés par les violences.

Couverture de l’essentiel des besoins

Dans ces deux États, le personnel médical installe des structures improvisées – parfois simplement quelques nattes posées à l’ombre d’un arbre – pour vacciner les enfants et dispenser des soins de santé de base, notamment le traitement de la malnutrition. 

Une grande partie des enfants repartent avec un sourire en attrapant les bonbons qu’on leur donne. Les adultes reçoivent du savon, du sucre et des nouilles instantanées ainsi que des médicaments pour ceux qui en ont besoin.

Pour aider l’Agence nationale de développement pour les soins de santé primaire (NPHCDA) du Nigéria et les autorités locales à mener la campagne, l’UNICEF a envoyé plus de 1 000 kits pour soins de première nécessité à utiliser dans les dispensaires mobiles et provisoires, une quantité suffisante pour couvrir l’essentiel des besoins en matière de santé de plus de 400 000 personnes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nigeria/2014
Une grande partie des patients du dispensaire de Bolori ont fui les violences et un assez grand nombre d’entre eux présentent des signes de malnutrition.

« Ces dispensaires sont les seuls endroits où des mères comme moi peuvent obtenir les médicaments permettant de soigner le paludisme, les infections cutanées et la diarrhée, » dit une femme. « Que Dieu bénisse l’UNICEF, » dit-elle avec un sourire.

Santé solide

La campagne de vaccination, qui dure six jours, fait partie d’une initiative plus vaste visant l’ensemble des enfants de moins de cinq ans dans quatorze États du nord du pays.

Des bénévoles ont fait du porte à porte pour faire savoir aux habitants qu’ils pouvaient faire vacciner leurs enfants et recevoir des soins et des médicaments gratuits dans les dispensaires mobiles et provisoires.

« J’ai emmené mes enfants se faire vacciner parce que j’ai entendu dire qu’ils seraient protégés contre les maladies, » dit une femme qui ne souhaite pas dire son nom. Et elle ajoute : « Je veux que mes enfants aient une santé solide. » 

Progrès importants

Le Nigéria, un des trois pays avec l’Afghanistan et le Pakistan où la polio reste endémique, a fait d’importants progrès contre la maladie. Le nombre de cas confirmés a diminué, passant de 122 en 2012 à 53 en 2013 et à trois pour cette année.

Mais les violences et l’instabilité continuelles dans la région représentent une menace importante pour le Gouvernement dont l’objectif est de mettre fin cette année à la transmission de la maladie. Près de la moitié des cas de polio pour 2013 provenaient des États de Borno et de Yobe, où certaines zones ne sont pas accessibles pour des raisons de sécurité. 

Au cours d’une campagne de vaccination contre la polio menée cette année en mai, plus de 295 000 enfants, soit 18 % de la population des enfants de moins de cinq ans, n’ont pas pu être vaccinés à Borno parce qu’ils vivent dans des zones inaccessibles. Dans l’État de Yobe, les conditions d’accès se sont beaucoup améliorées et seulement 9 343 enfants, soit 1 %, n’ont pu être vaccinés.

Depuis 2013, l’insécurité s’aggrave dans la région. De nombreux dispensaires ont été détruits et du personnel médical a été tué, ce qui obligé certains médecins locaux à prendre la fuite. En conséquence, l’accès aux soins de santé est devenu encore plus difficile.

Mais partout où cela est possible, des campagnes de vaccination sont menées régulièrement avec une forte participation des communautés dont d’ex-victimes de la polio et des chefs religieux et traditionnels.

L’UNICEF poursuit sa collaboration étroite avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Rotary International et divers partenaires pour parvenir à l’éradication totale de la polio sur la planète.


 

 

Photographie : La vaccination

Recherche