En bref : Nigéria

Les textos soutiennent la plus grande distribution de moustiquaires au monde

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nigéria/2009/Abdulmalik
Des enfants de l'Etat de Kano, au Nigéria, reçoivent des moustiquaires imprégnées d'insecticide, lors du lancement de la nouvelle campagne de prévention du paludisme. La technologie RapidSMS apporte son soutien à la distribution de ces moustiquaires essentielles à la prévention du paludisme.

Par Geoffrey Njoku and Paula Fedeski

Des enfants de l'État de Kano, au Nigéria, reçoivent des moustiquaires imprégnées d'insecticide, lors du lancement de la nouvelle campagne de prévention du paludisme. La technologie RapidSMS apporte son soutien à la distribution de ces moustiquaires essentielles à la prévention du paludisme.

ÉTAT DE KANO, Nigéria, 26 avril 2010 - Au moment où les communautés du monde entier commémorent la Journée mondiale contre le paludisme, l'UNICEF Nigéria et ses partenaires apportent un nouvel éclairage à leurs efforts de prévention contre cette maladie mortelle grâce à un recours astucieux à la technologie de communication moderne.

Cette année, ce sont les SMS (ou textos) envoyés à travers le Nigéria qui ont permis de contrôler la distribution d'environ 63 millions de moustiquaires. A ce jour, il s'agit de la plus grande campagne en son genre.

Réduire le fardeau du paludisme

Le paludisme reste un problème majeur de santé publique au Nigéria. Il est en effet à l'origine des 110 millions de cas diagnostiqués en clinique par an, de 60 pour cent des consultations médicales en ambulatoire et de 30 pour cent des hospitalisations. On estime à 300 000 le nombre d'enfants qui meurent du paludisme chaque année; 11 pour cent du taux de mortalité maternelle est également causé par la maladie.

Sur l'ensemble du pays, le paludisme est responsable d'un décès sur quatre chez les enfants et d'un décès sur 10 chez les femmes enceintes. En plus de son impact direct sur la santé, la maladie représente un fardeau social et économique important : son coût annuel est estimé à 900 millions de dollars, un chiffre qui tient compte des coûts de la prévention et des traitements ainsi que de la perte de productivité.

La campagne est née d'un effort commun entre les partenaires du Programme national de lutte antipaludique et Roll Back Malaria (« Faire reculer la paludisme ») au Nigéria. Elle utilise les messages RapidSMS pour superviser la distribution des moustiquaires imprégnées d'insecticide longue durée. Onze États ont déjà reçu 19 millions de moustiquaires et des millions d'autres moustiquaires seront distribuées d'ici la fin de l'année.

Des données réelles en temps réel

Le but de cette campagne est de réduire le fardeau du paludisme au Nigéria de moitié d'ici la fin de l'année 2010. De puissantes chaînes d'information, activées par les SMS, harmonisent et amplifient les efforts de distribution.

Dans l'entrepôt où sont stockées les moustiquaires, un responsable chargé de la gestion des stocks expédie un camion chargé de moustiquaires en direction d'un centre de distribution, puis envoie un texto codé à un serveur éloigné en indiquant le nombre de moustiquaires expédiées. Le serveur va alors transférer un message automatique au centre de distribution.

Lorsque le camion arrive à l'entrepôt, un responsable décharge les moustiquaires du camion et envoie un autre SMS pour faire un rapport d'inventaire. Un autre message va informer tous les centres de distribution locaux que des balles de moustiquaires ont été expédiées. Une fois que les moustiquaires ont été distribuées manuellement au niveau local, les chefs des équipes de distribution envoient un SMS en indiquant le nombre de villages, de foyers et d'individus atteints.

Une technologie qui offre des possibilités

Une technologie qui offre des possibilitésLes textos sont envoyés sur de simples téléphones portables en utilisant des codes sans frais (des numéros raccourcis utilisés pour envoyer des textos). Les codes sont offerts gracieusement par les compagnies de télécommunications MTN Nigéria et Zain mobile, en partenariat avec l'UNICEF Nigéria. L'aide technique est apportée par l'Unité d'innovation de l'UNICEF à New York.

L'UNICEF Nigéria, dans une action coordonnée au niveau régional impliquant 19 pays en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, a également testé la messagerie RapidSMS dans le cadre de la campagne qu'il mène actuellement contre l'éradication de la polio. Les experts estiment que les messages pourraient localiser, suivre et répondre rapidement aux éventuelles pénuries de vaccins et aux réticences dans la mise en place de la campagne, qui en constituent les deux défis majeurs. Le système sera expérimenté au cours des Semaines de la santé de l'enfant (Child Health Weeks), une campagne qui a lieu deux fois par an et qui apporte des vaccins, des traitements en vitamine A et des vermifuges aux femmes et aux enfants à travers le pays.

Aux côtés de ses partenaires au sein du gouvernement et du secteur privé, l'UNICEF s'efforce d'étudier en profondeur le potentiel de la technologie mobile pour protéger le bien-être des enfants partout dans le monde.


 

 

Recherche