En bref : Niger

Carnet de route : les enfants du Niger aux prises avec l’aggravation de la crise nutritionnelle

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2012/Niger/Tidey
Aboubakar Oumar, 13 months old, is being treated for severe acute malnutrition in Madarounfa, Niger. He is receiving UNICEF-provided therapeutic milk as part of his treatment.

Par Chris Tidey

Chris Tidey, une  responsable Communications de l’UNICEF s’est rendue au Niger pour rendre compte de la situation des familles dans la région du Sahel où s’intensifie la crise nutritionnelle. Voici son reportage.

MARADI, Niger, 11 avril  2012 – En franchissant la porte de la salle des soins intensifs, je suis frappée par la surcharge sensorielle Des pleurs d’enfants semblent venir de tous les côtés ; le personnel médical s’agite tout autour de moi, insérant ici une sonde d’alimentation, diagnostiquant là le paludisme ; le tout sous une chaleur oppressante et omniprésente de 40 degrés Celcius.

Nous sommes au Centre de réhabilitation nutritionnelle intensive (CRENI) du village de  Madarounfa, au Sud-est du Niger, et où des enfants de moins de cinq ans sont soignés pour malnutrition sévère aigüe avec complications médicales.

Je suis déjà venue ici, mais cela a quelque peu changé. À l’exception du bâtiment et des visages familiers des docteurs et des infirmières, je ne reconnais presque plus rien.

Comme je m'adapte à la scène autour de moi, je réalise ce qui a changé : il y a trois mois, quand je suis passée, il n’y avait que six enfants en cours de traitement. Aujourd’hui, les 28 lits de l’hôpital sont occupés.

Cela reflète l’aggravation de la crise dans la région du Sahel, où la sécheresse, les mauvaises récoltes et la grimpée des prix des denrées alimentaires ont mis en danger la vie d’environ un million d’enfants qui pourraient mourir des suites de la malnutrition.

Un million d’enfants en danger

Habibou, âgé de 15 mois, est sévèrement malnutri et souffre du paludisme, d’anémie et de déshydratation ; il est couvert de lésions et respire difficilement. Il pèse à peine 4,5 Kg, alors qu’un enfant de son âge et de sa taille devrait peser au moins 10 Kg. Je ne me rappelle pas avoir jamais vu un enfant aussi malade.  

Ensuite, j’ai vu Aboubakar Oumar, âgé de 13 mois, qui est soigné pour malnutrition sévère aigüe, une infection diarrhéique et des lésions orales. Quand il a été admis au centre médical, le mois dernier, il pesait 5,3 Kg. Il a regagné depuis 500 grammes grâce à un régime à base de lait thérapeutique fourni par l’UNICEF.

« Aboubakar est malade, parce que nous n’avions pas assez à manger au village. J’ai dû payer 1000 francs (CFA) pour l’amener ici en moto depuis le Nigéria », raconte sa mère, Hassia. Aboubakar est le plus jeune de ses quatre enfants, dont deux sont morts.

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2012/Niger/Tidey
Oumar Soumana, 12, sells frozen juice in Niamey, Niger, to send money back to his family so that they can afford food in their village.

En janvier 2012, il y avait eu 77 admissions au CRENI de Madarounfa pour recevoir des soins pour malnutrition sévère aigüe avec complications. En mars, ce chiffre a grimpé à 177.

Selon les experts des Nations Unies, les sécheresses successives en 2005, 2010 et cette année, combinées à l’insécurité dans la région, poussent les familles à bout. Environ 15 millions de personnes sont directement affectées par cette situation.

Au Niger, plus de 5 millions de personnes sont confrontées à des pénuries alimentaires ; approximativement 35 pour cent de la population du pays. L’UNICEF et ses partenaires estiment que près de 394 000 enfants au Niger nécessiteront d’être traités pour malnutrition sévère aigüe cette année.

Déplacements et abandons scolaires

Comme la crise s’intensifie, un nombre croissant de familles sont déplacées, obligées de quitter leur domicile à la recherche de nourriture et de travail.

Il y a six mois, Amina Abdou s’est déplacée avec sa famille du Sud-Ouest du Niger pour Niamey, la capitale, parce qu’elle manquait de nourriture. Elle et ses enfants vivent désormais sur un site informel pour déplacés dans un abri de fortune, fait de chiffons, de bouts de bois et de bâches plastiques. « Il nous fallait quitter notre village de Damana, car mon mari est mort et nous n’avions plus personne pour cultiver la terre », explique-t-elle. « Si nous étions restés nous n’aurions pas survécu ».   

Oumar Soumana, 12 ans, du village de Semana, est arrivé lui aussi il y a quelques mois à Niamey avec sa sœur ainée et quelques amis. La journée, il vend des jus glacés sur la route et envoie ses gains à ses parents. « Au village, j’allais à l’école, mais j’ai dû y renoncer pour travailler ici dans la ville, pour que ma famille au village ait de quoi se nourrir », dit-il.  « Je veux retourner à l'école parce qu'avec de l'instruction, on peut trouver un bon travail et avoir une meilleure qualité de vie ».

Sur l’ensemble du pays, plus de 33 000 enfants ont abandonné leur scolarité à la suite des maigres récoltes. Une absence scolaire prolongée peut compromettre l’avenir d'un enfant, et continuer le cycle de la pauvreté.

La crise est loin d'être terminée

L’UNICEF est en train d’étendre la capacité des centres d'alimentation thérapeutique pour traiter la malnutrition sévère aigüe et augmente l’accès à l’eau et à l’assainissement afin de prévenir la propagation des maladies opportunistes. Les programmes de l’UNICEF assistent également les femmes déplacées et leurs enfants et soutient les interventions sanitaires au niveau communautaire, afin d’améliorer l’hygiène de base et les pratiques nutritionnelles des femmes et des enfants.

L’Appel commun lancé par les acteurs humanitaires au Niger réclame 229 millions de dollars É.-U. pour répondre à l’urgence. L’UNICEF et ses partenaires appellent la communauté international à mobiliser tous les moyens  nécessaires pour s’assurer que cette menace contre la vie de centaines d’enfants sera ainsi écartée.

Il n’est pas trop tard, mais nous devons agir maintenant.


 

 

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel

L'Éducation, une première étape pour améliorer la sécurité nutritionnelle au Burkina Faso

Au Niger, en pleine crises nutritionnelle et des réfugiés, l'UNICEF réagit contre l'épidémie de choléra

Enseigner aux écoliers les principes d'une bonne hygiène
 avec vidéo

Des services en ambulatoire sauvent la vie des enfants sévèrement malnutris au Nigéria
 avec vidéo

L'UNICEF et ses partenaires soutiennent la distribution de suppléments nutritionnels aux enfants en danger de malnutrition en Mauritanie

L'UNICEF lance la plus grande opération jamais menée contre la malnutrition au Tchad
 avec vidéo

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel
 avec vidéo

Au Tchad, trouver des solutions à long terme pour résoudre la crise nutritionnelle
 avec vidéo

Les femmes nigériennes prennent l’initiative afin de se doter de pratiques leur permettant de protéger leurs familles pendant la crise nutritionnelle

Au Mali, grâce aux programmes de santé communautaire, les enfants malnourris sont en voie de rétablissement
 avec vidéo

Ewan McGregor publie un appel en faveur des enfants du Sahel
 avec vidéo

Alors que la crise nutritionnelle s'intensifie, les mères nigériennes luttent pour sauver leurs enfants

Carnets de route : le chemin de la guérison de la malnutrition aiguë sévère au Niger

Mia Farrow lance un appel pour venir en aide aux enfants du Sahel

Questions - Réponses avec Mike Golden : mettre fin à la malnutrition en Mauritanie

L'UPS aide l'UNICEF à délivrer des fournitures essentielles et vitales à la Mauritanie frappée par la sécheresse
 avec vidéo

Au Niger, les enfants sont obligés de quitter l’école pour aider leur famille

Plus d'articles sur la crise au Sahel

Recherche