En bref : Niger

Au Niger, des mesures urgentes doivent être prises pour lutter contre la malnutrition chez les enfants

Par Stephen Pattison et Chris Tidey

MARADI, Niger, 13 février 2012 – Bassira, quatre ans, est sur son lit d’hôpital, immobile, avec un tube dans le nez qui apporte à son corps du lait thérapeutique à forte valeur nutritive, un traitement contre la malnutrition sévère.

VIDÉO : regardez le message d'intérêt général appelant les donateurs à aider d'urgence les enfants du Sahel affectés par la crise.  Regarder dans RealPlayer

 

Lorsque Bassira, qui souffrait déjà de malnutrition, a contracté le paludisme et est tombée dans le coma, sa mère l’a emmenée dans ce centre d’alimentation thérapeutique. C’était il y a douze jours.

Depuis, Bassira est sortie du coma, et bien qu’elle demeure encore trop faible pour manger, elle reprend peu à peu ses forces. Le médecin et les agents sanitaires de FORSANI, une ONG locale, attendent une guérison totale.

Malheureusement, l’expérience de Bassira est peut-être un signe annonciateur des faits à venir. Suite à la sécheresse, aux mauvaises récoltes et à la hausse des prix alimentaires dans de vastes régions à l’ouest et au centre de la région du Sahel en Afrique, la crise alimentaire semble imminente. Dans la région, des interventions d’urgence seront nécessaires pour traiter plus d’un million d’enfants qui risquent de souffrir de malnutrition sévère en 2012.

Les enfants, premières victimes

Au Niger, qui a connu des crises similaires en 2005 et 2010, les récoltes ont baissé de 14 pour cent, rendant difficile la satisfaction des besoins saisonniers du pays.

Le Niger connaît de manière chronique des taux élevés de malnutrition même en temps normal. Mais aujourd’hui, au moins 5,4 millions de personnes seraient touchées par l’insécurité alimentaire, soit 35 pour cent de la population totale du pays.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Niger/2012/Tidey
Des élèves de l’école de Bégoura Tondou, dans la région de Tillabery, au Niger.

Cela est particulièrement inquiétant pour les enfants (en particulier ceux de moins de cinq ans) qui sont les plus vulnérables aux complications de santé liées à la malnutrition, avec notamment des risques élevés de maladies opportunistes comme la diarrhée ou les infections de la peau et respiratoires. L’UNICEF et ses partenaires estiment aujourd’hui qu’au Niger, près de 331 000 enfants de moins de cinq ans devront être traités pour malnutrition sévère au cours de l’année.

La demande croissante d’aliments de base a fait flamber les prix alimentaires; le prix du kilo de millet a augmenté de 28 pour cent. D’après les commerçants du marché de Maradi, ces prix sont déjà aussi élevés qu’en juin 2010, au paroxysme de la crise. Dans un pays où 66 pour cent de la population vit en dessous du seuil de pauvreté de 1,25 dollar des É.-U. par jour, les familles qui ne peuvent cultiver suffisamment d’aliments pour satisfaire leurs besoins luttent pour pouvoir se payer des aliments et faire face à la pénurie.

L’heure est au désespoir

L’heure est au désespoir pour les villages comme Wama, dans la région de Tillabery au Niger, où de nombreuses familles se nourrissent maintenant de doula et d’anza, des plantes locales, juste pour survivre.

Balkissa Heloura, trente ans, mère célibataire de trois enfants, explique : « c’est la première fois de ma vie que nous devons manger du doula si tôt dans l’année, et mes enfants ne cessent de me demander autre chose… mais il n’y a rien. Je n’ai jamais connu de situation si critique, ni en 2005 ni en 2010 ».

Sani Sayadi, spécialiste en nutrition pour l’UNICEF, acquiesce. « Il faut voir dans le recours au doula ou à l’anza un signe de désespoir et un très mauvais indicateur quant à la situation générale de la sécurité alimentaire ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Niger/2012/Tidey
Tahina, 9 ans, nourrit sa petite sœur Asanah âgée de 9 mois avec des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi. Ces aliments, fournis par l’UNICEF, servent à traiter la malnutrition sévère au Niger.

Suite à la dernière crise en 2010, le Gouvernement du Niger, avec l’appui de l’UNICEF et de ses partenaires humanitaires, s’est efforcé de renforcer les capacités du système de santé du pays. Le Niger est désormais mieux préparé à gérer les défis qui se présentent, notamment la hausse marquée des cas de malnutrition. Les médecins, infirmières, partenaires gouvernementaux et humanitaires sur le terrain sont confiants et pensent que le Niger pourra garder la catastrophe à distance, à condition que des fonds et approvisionnements conséquents soient mis à disposition.

Éviter la catastrophe

L’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM) unissent leurs efforts dans le cadre de la gestion de la malnutrition chez les enfants. L’UNICEF tente également de prévenir la malnutrition avec un programme de distribution ciblée pour les enfants et les femmes allaitantes dans les zones les plus touchées.

L’UNICEF accroit également l’accès à l’eau salubre et à l’assainissement afin d’empêcher la propagation des maladies opportunistes, soutient les femmes et les enfants migrants, et appuie un programme communautaire destiné à améliorer les pratiques basiques en matière d’hygiène, de santé et de nutrition pour les mères et leurs enfants.

L’UNICEF a besoin d’un financement de 30 millions de dollars des É.-U. pour continuer son intervention au Niger. L’UNICEF et ses partenaires font appel à la communauté internationale pour accroître les flux de biens et de services pour la survie et parer au danger qui plane sur la vie de centaines de milliers d’enfants soit évitée.

Il n’est pas trop tard, mais il faut agir maintenant.


 

 

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel

L'Éducation, une première étape pour améliorer la sécurité nutritionnelle au Burkina Faso

Au Niger, en pleine crises nutritionnelle et des réfugiés, l'UNICEF réagit contre l'épidémie de choléra

Enseigner aux écoliers les principes d'une bonne hygiène
 avec vidéo

Des services en ambulatoire sauvent la vie des enfants sévèrement malnutris au Nigéria
 avec vidéo

L'UNICEF et ses partenaires soutiennent la distribution de suppléments nutritionnels aux enfants en danger de malnutrition en Mauritanie

L'UNICEF lance la plus grande opération jamais menée contre la malnutrition au Tchad
 avec vidéo

L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo appelle à aider le Sahel
 avec vidéo

Au Tchad, trouver des solutions à long terme pour résoudre la crise nutritionnelle
 avec vidéo

Les femmes nigériennes prennent l’initiative afin de se doter de pratiques leur permettant de protéger leurs familles pendant la crise nutritionnelle

Au Mali, grâce aux programmes de santé communautaire, les enfants malnourris sont en voie de rétablissement
 avec vidéo

Ewan McGregor publie un appel en faveur des enfants du Sahel
 avec vidéo

Alors que la crise nutritionnelle s'intensifie, les mères nigériennes luttent pour sauver leurs enfants

Carnets de route : le chemin de la guérison de la malnutrition aiguë sévère au Niger

Mia Farrow lance un appel pour venir en aide aux enfants du Sahel

Questions - Réponses avec Mike Golden : mettre fin à la malnutrition en Mauritanie

L'UPS aide l'UNICEF à délivrer des fournitures essentielles et vitales à la Mauritanie frappée par la sécheresse
 avec vidéo

Au Niger, les enfants sont obligés de quitter l’école pour aider leur famille

Plus d'articles sur la crise au Sahel

Recherche