En bref : Niger

Alors que l’UNICEF et l’OMS publient une dernière mise à jour, les services d’approvisionnement en eau restent limités au Niger

Image de l'UNICEF
© UNICEF Niger
Dans la campagne nigérienne, des femmes tirent de l’eau d’un puits qu’elles partagent avec le bétail. Moins de 40% de la population des zones rurales du Niger ne disposent pas d’eau courante ou de sources adéquates d’eau potable.

Par Guy Degen

Le dernier rapport du Programme commun UNICEF/OMS examine avec attention les améliorations concernant l’assainissement. Le rapport conclut que, même si davantage de personnes boivent de l’eau potable provenant de sources sûres, trop peu disposent d’un assainissement correct. Le Niger possède l’un des taux d’assainissement amélioré les plus faibles,  7 % seulement de la population utilisant des toilettes ou des latrines.

NIAMEY, Niger, 17 juillet 2008 – L’eau est indispensable mais la recueillir constitue une tâche ardue qui exige beaucoup de temps pour des femmes comme Kouloua, dans la campagne nigérienne.

Tous les matins, elle se lève de bonne heure pour aller tirer de l’eau dans le puits de son village de la région méridionale de Maradi. C’est un travail pénible qui diminue le temps qu’elle devrait passer avec ses cinq enfants. En plus, cela met son corps à rude épreuve. Les paumes de ses mains sont devenues dures et calleuses à force d’utiliser une corde pour monter l’eau. 

Les besoins de la famille de Kouloua s’élèvent à environ 100 litres d’eau par jour. Mais bien qu’elle-même et sa famille aient accès à un puits de surface traditionnel, l’eau n’est pas salubre et est souvent partagée avec le bétail.

« Ma fille a été malade de la diarrhée pendant quatre jours, » affirme Kouloua. « Je l’ai emmenée au dispensaire pour qu’elle reçoive un traitement mais cela ne s’est pas arrêté et elle continue à perdre du poids. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Niger
Kouloua en train de donner le sein à sa petite fille. Elle puise environ 100 litres d’eau par jour pour répondre aux besoins de sa famille. Ses enfants sont fréquemment atteints d’accès de diarrhée dus à l’eau contaminée.

Les dangers d’une eau insalubre

Une eau insalubre, un mauvais assainissement et une mauvaise hygiène figurent parmi les causes sous-jacentes du taux élevé de mortalité infantile au Niger. Près de 20 % des décès d’enfants de moins de cinq ans sont imputables à des maladies d’origine hydrique. Moins de 45% de la population dispose d’eau salubre et moins de 10% d’un assainissement correct. Ces statistiques se situent bien en dessous des Objectifs du Millénaire pour le développement du Niger. 

L’UNICEF aide le Gouvernement nigérien en collaborant avec la population pour améliorer l’accès à l’eau salubre, le traitement des eaux usées et l’assainissement. Conjugué à une meilleure sensibilisation à de bonnes habitudes d’hygiène comme le lavage des mains et l’utilisation de latrines familiales, cela peut permettre de prévenir la diarrhée et de réduire la mortalité infantile.

De l’eau du robinet pour la communauté

Dans le village de Moule Safoua, au sud du Niger, l’UNICEF a contribué au développement d’un système moderne d’approvisionnement en eau pour la population. Non seulement l’eau salubre est facilement accessible dans le village mais elle est également disponible à l’école et au dispensaire. La population a participé au projet depuis le début et est responsable du stockage et de l’entretien. 

Mais le dernier rapport de l’UNICEF/OMS sur la couverture en eau et en assainissement montre que les progrès sont toujours trop lents, en particulier dans les zones rurales.

« Nous avons des flambées de choléra chaque année et aussi des problèmes avec le trachome, la dysenterie et la dracunculose, » explique Moustapha Niang, un spécialiste au Niger de l’UNICEF pour l’eau, l’hygiène et l’assainissement. « Toutes ces maladies sont liées à l’eau. L’accès à l’eau salubre et à un assainissement adéquat représentent au Niger un défi fondamental. »


 

 

Vidéo

Le reportage de Amine Rahal, correspondant de l’UNICEF, sur l’approvisionnement en eau dans la région de Maradi, au Niger.
 VIDEO  haut | bas

Vidéo (en anglais)

12 juillet 2008:
La Chef de la section eau, environnement et assainissement de l’UNICEF Clarissa Brocklehurst parle du Programme commun UNICEF/OMS de surveillance de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement.
 VIDEO  haut | bas

Recherche