En bref : Niger

L’UNICEF et ses partenaires aident les enfants qui travaillent et combattent la traite au Niger

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Les enfants qu’on voit travailler péniblement dans la rue font partie du paysage quotidien de Niamey, la capitale du Niger.

Par Sabine Dolan

Cette année, l’UNICEF célèbre la Journée de l’enfant africain, le 16 juin, en soutenant l’Appel de l’Union africaine en vue de mettre fin à la traite des enfants. Voici un aperçu de la situation dans un pays d’Afrique de l’Ouest.

NIAMEY, Niger, 15 juin 2007 – Les enfants qu’on voit travailler péniblement dans la rue font partie du paysage quotidien de Niamey, la capitale du Niger. Dans ce pays, l’un des plus pauvres du monde, les deux tiers des enfants de moins de 14 ans travaillent.

Ils viennent de tout le Niger et parfois d’autres pays de la région – notamment le Nigéria, le Bénin, le Togo et le Ghana. Certains de ces enfants sont victimes de la traite et un bon nombre d’entre eux échouent à la gare routière centrale de Niamey. Là, ils sont engagés pour effectuer divers travaux domestiques, par exemple laver la vaisselle, et pour vendre et transporter diverses marchandises.

Sur tout le continent africain, des enfants victimes de la traite se prostituent, sont enrôlés dans des groupes armés pour se battre ou servir de porteurs; ils travaillent pour des salaires de misère, quand ils sont payés; souvent on les utilise comme domestiques ou mendiants.

Ces enfants ont généralement entre 7 et 14 ans. Dans la plupart des cas, ils ont une famille – mais elle est très pauvre.

Image de l'UNICEF
Zakika Hamidou, 14 ans, était domestique à Niamey, au Niger. Elle apprends maintenant de nouvelles aptitudes grâce à un programme de l'UNICEF.

De nouvelles qualifications pour les enfants travailleurs

Zakika Hamidou, 14 ans, était domestique. Son histoire  correspond à celle de bien des enfants travailleurs du Niger. « Ma tante est venue me chercher dans notre village près de Loga et elle m’a emmenée travailler ici à Niamey, » explique-t-elle.

Zakika a réussi à quitter son travail de domestique. Elle suit à présent une formation dans un centre bénéficiant d’une aide de l’UNICEF et géré par l’organisation non gouvernementale AFETEN. Dans ce centre, en compagnie d’une cinquantaine d’autres filles, Zakika acquiert des techniques telles que la peinture au henné et la couture.

« Nous organisons une formation professionnelle adaptée aux réalités locales, afin notamment de faire face à l’exploitation des jeunes filles, » déclare la responsable du centre de formation de l’AFETEN, Soumaila Katan. « Les filles sont nombreuses à quitter leur village pour venir travailler comme bonne en ville, ce qui est mauvais pour elles. »

À la base du problème, il y a la pauvreté, qui génère le travail et la traite des enfants. L’exploitation des enfants les prive de leur droit à l’éducation. Une fois affranchis de cette exploitation, ils sont souvent trop âgés pour retourner en classe.

En apportant à ces jeunes des compétences utiles et en les sensibilisant à leurs droits, on les aide à avoir une vie meilleure et on améliore leur bien-être.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans toute l’Afrique, des enfants victimes de la traite sont obligés de se prostituer, enrôlés dans des groupes armés, forcés de travailler pour des salaires de misère, voir pour rien. Ici, des enfants travailleurs se rassemblent à la gare de Niamey.

Renforcer la législation, protéger les droits

Au Niger, c’est dans le nord, dans la région d’Agadès, qu’a lieu une grande partie de la traite des enfants. Les procédures internes d’application de la loi sont laxistes; ceux qui se livrent à la traite des enfants et qui sont pris ne passent généralement que quelques semaines en prison. Aussi l’UNICEF et ses partenaires ont-ils travaillé avec le gouvernement au renforcement des lois qui protègent les enfants contre la traite, la maltraitance et l’exploitation.

« L’UNICEF dispose à présent d’un grand projet contre la traite des êtres humains, notamment [celle des] femmes et des enfants, » indique Hassia Issa, Responsable de la Protection de l’enfant à l’UNICEF Niger. « Nous fournissons également un appui au gouvernement dans l’élaboration des lois et la signature d’accords bilatéraux et multilatéraux au niveau de l’Afrique de l’Ouest. »

En outre, l’UNICEF a travaillé avec l’Association des droits de l’homme du Niger à la formation des policiers, des gardes frontières et des douaniers, dans le domaine de l’identification des réseaux de traite, pour les enquêtes et l’aide aux victimes.

L’UNICEF aide aussi les enfants à quitter la rue et à rentrer chez eux en leur offrant une formation spéciale qui facilite leur réinsertion dans la communauté.

Le travail et la traite des enfants les exposent à la violence et à d’autres formes de maltraitance, et les privent de leurs droits fondamentaux. Il faut mettre un terme à ces pratiques en Afrique et partout dans le monde afin que les enfants retrouvent leur dignité et pour favoriser leur croissance et leur développement.


 

 

Vidéo

15 juin 2007 :
À l’occasion de la Journée de l’enfant africain, la correspondante de l’UNICEF, Sabine Dolan, décrit le travail et la traite des enfants au Niger et en Afrique de l’Ouest.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche