En bref : Niger

Le programme alimentaire de la région de Zinder permet de sauver des vies mais la crise n’est pas terminée

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des milliers de mères font la queue afin d’obtenir de la nourriture leur permettant de donner à manger à leurs enfants affamés, dans la région de Zinder au Niger.

Par Elies Miller

ZINDER, Niger, 26 octobre 2005 – Les mères et les enfants attendaient patiemment à l’ombre des arbres, en évitant le soleil brûlant. Ils se trouvaient là, rassemblés dans l’espoir d’obtenir des rations de vivres, dans le cadre d’un nouveau programme d’alimentation destiné aux villages de la région de Zinder – une des régions du Niger les plus durement touchées par la crise alimentaire.

Après cette attente, les mères et les enfants ont pu pénétrer par petits groupes dans un site de contrôle, où on mesurait les bras des enfants, ce qui aidait à diagnostiquer s’ils étaient ou non sous-alimentés (la mesure de ce qu’on appelle le « périmètre brachial » est une façon rapide et efficace de vérifier l’état nutritionnel).

Les enfants souffrant de malnutrition grave ou de paludisme ont été vite acheminés vers un hôpital de fortune pour y être soignés. Leurs mères semblaient soucieuses et fatiguées.

Les enfants, dans leur grande majorité, étaient sous-alimentés, au moins modérément. Les mères ont obtenu un sac de 25 kg d’un aliment d’appoint hautement nutritif, le CBS/UNIMIX, 4 litres d’huile et un sac de sucre. Elles ont fait la queue pour recevoir ces rations et faire plonger dans l’encre les mains de leurs enfants – attestant ainsi qu’elles avaient bien reçu ce qui leur était attribué.

Après quoi un certain nombre d’entre elles ont essayé d’effacer avec du sable l’encre que leurs enfants avaient sur les mains, espérant ainsi faire encore la queue pour obtenir un deuxième lot de vivres – et qui pourrait leur en vouloir ?

La crise n’est pas terminée

Après la distribution de vivres, les femmes sont restées un certain temps à parler entre elles et avec les agents humanitaires. Beaucoup d’entre elles ont dit à quel point l’année passée – celle de la crise alimentaire – avait été difficile. Certaines de ces femmes ont exprimé leur satisfaction pour la bonne récolte de ces derniers mois et ont remercié les agents des rations alimentaires qu’on venait de leur distribuer, ce qui représentait pour elles un énorme soulagement.

En dépit de la bonne récolte de cette année et même si les enfants de ces femmes ne mourront pas de faim, la crise au Niger est loin d’être derrière nous. Il y a une pénurie des semences nécessaires pour la prochaine campagne.

Selon les organisations humanitaires et les ONG, qui interviennent dans le secteur de Zinder, le problème est structurel. On constate qu’au Niger un grand nombre d’enfants sont plus ou moins gravement sous-alimentés, alors que la baisse des récoltes n’a été que de 12 pour cent en 2004, signe que le pays est dans une situation alimentaire précaire. La reprise ne sera pas facile à obtenir.

Le nombre des enfants souffrant d’une légère malnutrition et admis à bénéficier des programmes alimentaires augmente chaque jour, alors que les capacités d’intervention des organisations humanitaires ont été poussées jusqu’à leurs extrêmes limites. Dans certains secteurs de la région de Zinder, on enregistre jusqu’à 7 pour cent d’enfants gravement sous-alimentés.

L’initiative d’alimentation

Médecins sans frontières (MSF), l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial ont lancé à Zinder l’Initiative d’alimentation complémentaire ciblée. Il s’agit de l’effort en matière d’alimentation d’appoint, au niveau du village, le plus important qui ait jamais été entrepris au Niger. On estime que, sur une population de 250 000 enfants, 45 000 vont être soignés pour malnutrition – grave ou modérée.

Cette initiative a pour but d’offrir un filet de protection aux familles et aux enfants vulnérables, afin d’empêcher une aggravation de la sous-alimentation et de réduire la mortalité infantile qui est l’une des plus élevées du monde (262 pour 1 000 naissances vivantes – source: La situation des enfants dans le monde).


 

 

Vidéo (en anglais)

26 octobre 2005 :
La correspondante de l’UNICEF, Jane O’Brien, parle de la faim chez les enfants au Niger.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche