Népal

Le Népal fixe des objectifs pour lutter contre la malnutrition infantile

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nepal/2010/Shrestha
Des enfants népalais mettent en scène quelques-unes des conséquences néfastes de la dénutrition, lors d’une réunion de haut niveau à Katmandou.

Par Rupa Joshi

KATMANDOU, Népal, 16 mars 2010 – Les décideurs politiques de haut niveau et les organismes internationaux d’aide se sont réunis à Katmandou ce mois-ci et ont fixé des objectifs pour s’assurer que les enfants aient assez à manger.

D’après le Bilan de la nutrition pour le Népal lancé par le ministère de la Santé et de la Population lors de la réunion, environ 1,7 million d’enfants népalais – soit presque la moitié des enfants de moins de cinq ans dans le pays – souffrent d’hypotrophie nutritionnelle ou de dénutrition.

La réunion a été organisée par le ministère avec l’aide de l’UNICEF. Les participants ont parlé du rôle primordial de la nutrition dans le développement de l’enfant ainsi que du besoin urgent de multiplier les efforts pour régler le problème de la dénutrition infantile et maternelle. Tous ces éléments sont essentiels pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d’ici 2015.

Les conséquences de la dénutrition

Les responsables des ministères de l’Agriculture, de l’Éducation, de la Santé et la Commission nationale de la planification se sont joints aux représentants des organismes d’aide – dont la Banque mondiale, USAID, AusAid et l’UNICEF – pour attirer l’attention sur les multiples aspects de la nutrition infantile et maternelle.

Image de l'UNICEF
M. Uma Kanta Chaudhary, le ministre de la Santé et de la Population, lance le Bilan de la nutrition pour le Népal. L’une des conclusions majeures est qu’environ 1,7 million d’enfants (soit presque la moitié des enfants népalais de moins de cinq ans) souffrent d’un retard de croissance ou de malnutrition chronique.

Lors de la réunion, les délégués ont eu le plaisir d’écouter les enfants raconter des histoires et de les voir mettre en scène les conséquences provoquées par le manque de nourriture. Les personnages qu’ils ont représentés souffraient de maux comme le retard de croissance, de difficultés d’apprentissage et de diabète.

A la fin du spectacle, les enfants ont encouragé les spectateurs à faire tout leur possible pour protéger les droits des enfants.

Les statistiques nutritionnelles du Népal se basent sur les conclusions du rapport de l’UNICEF intitulé « Suivre les progrès dans le domaine de la nutrition de l’enfant et de la mère, » publié en novembre 2009. Le Dr Nune Mangasaryan, Conseiller principal de l’UNICEF pour la nutrition du nourrisson et du jeune enfant, a remercié le gouvernement du Népal car il est le premier pays à avoir pris l’initiative de publier le rapport au niveau national.

Une plus grande vulnérabilité

« Un enfant est plus vulnérable aux carences nutritionnelles lors de la petite enfance, » a expliqué Gillian Mellsop, la Représentante de l’UNICEF au Népal. « Si l’enfant n’est pas suffisamment nourri au cours de cette période, c’est son avenir même qui est compromis et les dégâts intellectuels peuvent être irréversibles. »

Elle a fait valoir que les interventions nutritionnelles, telles que la supplémentation et l’alimentation complémentaire, devaient impérativement se concentrer sur les enfants de moins de deux ans et les adolescentes.

Mme Mellsop a affirmé aux fonctionnaires du gouvernement que l’UNICEF s’engageait à réaliser progressivement les objectifs nutritionnels au Népal. Elle a ajouté que l’organisation allait redoubler d’efforts en faveur de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant grâce à des suppléments de micronutriments en poudre et des apports en zinc.

Engagement politique et financier

« Le Gouvernement népalais est conscient de la nécessité d’une approche multisectorielle pour faire face à la dénutrition,» a déclaré M. Khadka Bahadur Basyal, le ministre de la Santé et de la Population. Il a également souligné le besoin de se concentrer sur l’éducation, les moyens de subsistance et l’assainissement.

« De même, il est important de s’assurer de l’engagement politique et financier, » a-t-il ajouté.

Le Népal est devenu une république démocratique en 2008. Étant donné que la constitution n’a pas encore été rédigée, M. Basyal a également insisté sur l’importance de prendre en compte la nutrition et de garantir par la loi les droits des enfants lors de la rédaction de ce document capital.

« Nous nous engageons à faire tout notre possible pour adapter la Constitution aux droits des enfants, » a-t-il affirmé. Le fait de défendre le droit de chaque enfant à grandir et à réaliser pleinement son potentiel « garantit la santé de la nation entière. »


 

 

Vidéo (en anglais)

4 mars  2010 : Chris Niles, correspondante de l’UNICEF, fait le point sur le nouvel engagement de l’UNICEF visant à trouver une solution au problème de la malnutrition infantile au Népal.
 VIDÉO  haut | bas

Recherche