Népal

Un dernier groupe d’enfants soldats libérés au Népal

Image de l'UNICEF
© AP photo/Amarasinghe
Des enfants soldats de l’ancienne armée rebelle maoïste au Népal sautent de joie lors de la cérémonie de démobilisation organisée dans leur camp, à Rolpa, Népal, le 8 février. Ils faisaient partie des 237 anciens enfants soldats démobilisés ce jour-là.

Sarah Crowe et Marty Logan

ROLPA, Népal, 17 février 2010 – Cette scène historique s’est passée dans le cadre isolé, au relief accidenté, de la partie haute des monts de Rolpa. C’est dans ce district montagneux que les rebelles maoïstes ont tiré leurs premiers coups de feu contre la monarchie et l’armée népalaises en février 1996.

 VIDÉO : regarder maintenant

À présent, presque quatorze ans après jour pour jour, les derniers enfants soldats qui faisaient partie des forces rebelles maoïstes ont été démobilisés ici, dans le cantonnement placé sous le contrôle des Nations Unies. Les anciens soldats rebelles vivaient dans ce camp depuis la signature, il y a trois ans, d’un accord de paix entre les maoïstes et le gouvernement népalais.

Une étape importante pour des jeunes

Le 8 février, avec la « tika » rouge (une marque de bénédiction) sur le front et autour du cou une guirlande d’œillets d’Inde, les 237 anciens enfants soldats et les 31 enfants recrutés après le cessez-le-feu ont abandonné la vie militaire et retrouvé la vie civile.

Image de l'UNICEF
© AP photo/Amarasinghe
Un ancien enfant soldat, qui vient d’être libéré à Rolpa, au Népal, serre la main d’un soldat en tenue avant de monter dans un autobus qui l’emmène vers une nouvelle vie civile dans une ville voisine.

Le Président du Parti communiste unifié du Népal (maoïste), Pushpa Kamal Dahal, a présidé la cérémonie de démobilisation, qui s’est déroulée sous le regard attentif des combattants de l’Armée populaire de libération et à laquelle ont assisté des dirigeants, d’autres personnalités officielles et des journalistes.

La Représentante de l’UNICEF au Népal, Gillian Mellsop, assistait également à la cérémonie.

« Non seulement la libération de ces jeunes constitue un symbole pour le pays, mais c’est aussi une étape importante pour ces jeunes hommes et femmes, qui ont passé leurs années formatrices au sein d’une structure militaire, manquant d’acquérir les compétences essentielles qu’il leur faut absolument avoir à l’âge adulte, » a déclaré Mme Mellsop.

L’aide à la réhabilitation

Le processus de libération a commencé le 7 janvier de cette année. Au total, près de 3000 anciens enfants soldats ont été libérés par les forces combattantes maoïstes après que les Nations Unies se furent assurées qu’ils étaient mineurs.

Le processus d’identification des enfants soldats et de dispense de service militaire a pris fin en 2007, mais, depuis, les négociations portant sur leur libération n’en finissaient pas. Approximativement 500 de ces enfants soldats ont encore moins de 18 ans aujourd’hui et de l’ordre d’une douzaine d’entre eux ont moins de 16 ans. Environ un tiers des soldats dispensés sont des filles.

Chacun des jeunes reçoit 10 000 roupies népalaises (à peu près 140 dollars É.-U.) à sa libération, et bénéficie d’une aide à la réhabilitation de la part du gouvernement et des Nations Unies au Népal. Cette aide comprend une éducation « formelle », une formation professionnelle, une formation d’agent de santé et l’assistance à la création d’une petite activité professionnelle.

« Le grand défi »

Alors qu’ils montaient dans les autobus après leur libération – revêtus non plus de leur tenue militaire camouflée mais de survêtements bleus – un bon nombre des anciens enfants soldats semblaient perplexes et préoccupés par leur nouvelle vie et par ce qui les attendait.

« Ce que nous devons tous faire à présent, c’est agir vite pour que ces jeunes profitent pleinement de l’ensemble des interventions en vue de leur réhabilitation, » a expliqué Mme Mellsop, « de telle sorte qu’ils réussissent leur réintégration et qu’ils contribuent à reconstruire une société népalaise fracturée après ce long conflit. C’est le grand défi auquel nous sommes confrontés. »


 

 

Vidéo (en anglais)

8 février 2010 : le correspondant de l’UNICEF, Val Wang, rend compte de la libération du dernier groupe d’enfants soldats de l’ancienne armée rebelle maoïste au Népal. VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche