Namibie

L'UNICEF réagit à la flambée de polio en Namibie alors que le nombre de victimes augmente

Image de l'UNICEF
© UNICEF Namibia/2002
Vaccination d’un enfant lors d’une campagne d’éradication de la polio en 2002, en Namibie, où des cas de polio ont été enregistrés, bien que des programmes de vaccination de routine et de surveillance de cette maladie aient été mis en place.

Par Sabine Dolan

NEW YORK, États-Unis, 7 Juin 2006 – Alors que la polio ne s’était pas manifestée depuis 10 ans, la Namibie a été le théâtre d’une résurgence soudaine de cette maladie. En effet, on a enregistré jusqu’à présent 34 cas suspects et 7 décès. La récente flambée épidémique du virus sauvage de la polio a été confirmée dans 5 des 13 régions du pays, mais la plupart des cas ont été constatés à Windhoek, la capitale, et dans les environs.

Une enquête est en cours pour trois des 34 cas suspects de brusque paralysie ; on a constaté qu’il s’agissait bien de la polio pour trois cas. Ce sont des personnes de plus de 20 ans qui sont touchées en majorité, ce qui est très inhabituel. Le virus de la polio présente davantage de risques de paralysie chez les adultes que chez les enfants et le danger de mort qu’il comporte est plus élevé chez les personnes plus âgées.

Les données rassemblées jusqu’à présent amènent à penser que les adultes touchés en Namibie par la flambée épidémique n’avaient pas été vaccinés ou qu’ils étaient insuffisamment immunisés contre la polio. Dans la mesure où la maladie frappe surtout les jeunes enfants, les campagnes de vaccination ciblent généralement la population des moins de cinq ans plutôt que la population dans son ensemble.

Atteindre la population ciblée

La flambée épidémique s’est propagée à un rythme préoccupant. « Ce qui est à craindre, c’est la rapidité de cette propagation », a déclaré la Représentante de l’UNICEF en Namibie, Khin-Sandi Lwin.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ95-1126/Pirozzi
Une jeune femme inscrit un bébé pour qu’il bénéficie d’une consultation dans un hôpital de la ville d’Opuwo, dans le nord de la Namibie. L’UNICEF approvisionne l’hôpital en vaccins – en particulier des vaccins contre la polio – et en diverses fournitures.

« Il est tout à fait inquiétant de passer en deux semaine de 1 à 34 cas » a-t-elle poursuivi. « Dans la mesure où la question concerne l’ensemble de la population, c’est toute la population du pays qui doit être vaccinée. Il s’agit d’une petite population sur un très vaste territoire,  de telle sorte que nous devons atteindre toutes les petites communautés disséminées sur l’ensemble du territoire ».

L’UNICEF coopère avec les autorités namibiennes en vue d’élaborer une riposte urgente.

« Nous sommes en train de réunir des approvisionnements correspondant à environ 5 millions de vaccins contre la polio, qui serviront à deux séries de vaccination » a dit Mme Lwin. 

Nous aidons le gouvernement à être fin prêt pour une vaccination porte-à-porte, atteignant les parties extrêmement éloignées du pays, ainsi que pour une vaccination effectuée en des points fixes, dans les grandes et petites villes ».

Quelque 1 500 équipes de vaccinateurs et 1 800 véhicules seront nécessaires pour la réalisation de cette action massive. 

L’expérience en matière de riposte à des flambées épidémiques enseigne la grande efficacité des campagnes de vaccination rapides et répétées, atteignant la population ciblée. Grâce à de telles interventions, la plupart des flambées épidémiques sont jugulées dans l’espace de 6 à 12 mois.

Trois séries de vaccination

L’origine de cette flambée épidémique en Namibie n’a pas encore été déterminée. Toutefois, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus peut provenir de l’Angola voisin, qui a signalé son cas le plus récent de polio en novembre 2005. Tant que le virus se propage, tous les pays risquent d’être contaminés.

La Namibie dispose d’un programme de vaccination de routine en cours et elle observe les normes de surveillance de la paralysie flaccide aiguë, qui est un signe de polio.

L’Initiative pour l’éradication mondiale de la poliomyélite – dont l’OMS, le Rotary International, les Centres américains de prévention et de contrôle des maladies et l’UNICEF constituent le fer de lance – a fait baisser les taux de polio dans le monde de 99 pour cent depuis 1988. Cependant, l’initiative est confrontée actuellement, pour cette année, à une insuffisance de financement de 85 millions de dollars E.-U. et aura besoin de 400 millions de dollars E.-U. supplémentaires pour 2007 et 2008.


 

 

Audio (en anglais)

7 juin 2006 : la Représentante de l’UNICEF en Namibie, Khin-Sandi Lwin, parle de la récente flambée épidémique de polio dans le pays.
AUDIO écouter

Liens

Le travail de l'UNICEF en Namibie

Programme élargi de vaccination: éradiquer la polio

Recherche