En bref : Myanmar

L’UNICEF et le Secrétaire général de l’ONU accueillent favorablement la décision du gouvernement du Myanmar de faciliter l’entrée de l’aide humanitaire internationale

Image de l'UNICEF: Secretary-General Ban Ki-moon, Myanmar
© REUTERS/Honda
Au cours de sa visite cette semaine dans le delta de l’Irrawaddy dévasté par le cyclone, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon (second à partir de la gauche) s’entretient avec les membres d’une famille déplacée dans leur tente du village de Kyondah, au Myanmar.

Par Chris Niles

NEW YORK, Etats-Unis, 23 mai 2008 – L’UNICEF a accueilli favorablement la déclaration du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon annonçant que les dirigeants du Myanmar autoriseront l’entrée de davantage de personnel humanitaire international dans les régions du delta de l’Irrawaddy dévastées par le cyclone. 

« J’ai spécifiquement demandé au gouvernement de faciliter les émissions de visas et d’assurer un libre accès aux spécialistes de l’aide humanitaire internationale et aux journalistes de manière à ce qu’ils puissent opérer librement et efficacement dans tout le Myanmar, » a déclaré M. Ban.

Le Secrétaire général s’est envolé jeudi pour le delta de l’Irrawaddy afin d’observer directement l’étendue de la catastrophe. Sur le terrain, il a rencontré des victimes du cyclone, dont beaucoup avaient perdu tous leurs biens.

« Tout ce qui est possible pour apporter de l’aide »

 « Je leur ai dit que moi-même ainsi que la communauté internationale et l’ensemble du système de l’ONU ferions tout ce qui est possible pour apporter de l’aide », a-t-il affirmé.

M. Ban a affirmé qu’il était rassuré par les opérations de secours mais que des renforts étaient rapidement nécessaires. Il a rencontré vendredi les responsables du gouvernement dans la capitale de Naypyidaw où il a insisté sur la nécessité d’une aide humanitaire plus importante et d’un système de soutien logistique plus rationnel.

Une distribution plus efficace de l’aide humanitaire

« J’ai également demandé au gouvernement la permission d’établir des bases logistiques avancées dans les régions sinistrées de façon à distribuer encore plus efficacement l’aide humanitaire et de coordonner  les opérations de secours vers ceux qui se trouvent dans le besoin, » a déclaré M. Ban lors d’une conférence de presse à Yangon.

A propos de ce dernier point, il a affirmé que le gouvernement avait accepté que l’aéroport de Yangon soit utilisé comme plaque tournante pour l’aide internationale.

L’UNICEF et ses partenaires ont commencé à distribuer des fournitures d’urgence prépositionnées après le passage du cyclone, le 2 mai. Aussitôt après, il a commencé à acheminer des cargaisons aériennes de l’étranger et distribué de l’aide humanitaire avec l’aide de partenaires locaux tels la Croix-Rouge Myanmar et le gouvernement.

Cependant, les craintes pour la santé des enfants et des familles et leur bien-être se sont accrues parce que l’aide apportée ne suffit pas à répondre aux besoins colossaux en nourriture, en médicaments, en abris et en assainissement adaptés. Quelque 5,5 millions de personnes, selon les estimations, doivent être secourues.


 

 

Vidéo (en anglais)

27 mai 2008 :
Anupama Rao Singh de l'UNICEF discute des défis qui attendent les femmes et enfants vivant dans des camps temporaires suite au cyclone Nargis.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

23 Mai 2008:
Myo Min Aye Win, 18 ans, de Yangon décrit comment les gens du Myanmar s'aident mutuellement à reconstruire la vie après le Cyclone Nargis.
AUDIO écouter

Recherche