En bref : Myanmar

Dans la localité de Laputta, l’UNICEF protège de la rougeole les enfants victimes du cyclone

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ08-0372
Les vivres arrivent aux survivants du cyclone en nombre insuffisant face à l'importance des besoins.
LAPUTTA, Myanmar, 21 mai 2008 – L'urgence de l'aide aux sinistrés du cyclone Nargis continue. Les Nations Unies estiment que près de 2 millions et demi de personnes ont été sévèrement affectées par le cyclone et ses conséquences. Quarante pourcents des sinistrés sont des enfants.

A Laputta beaucoup d'enfants de moins de cinq ans souffrent de diarrhée et de dysenterie.

L’UNICEF a entamé une campagne de vaccination contre la rougeole à Laputta au moment même où le Secrétaire général adjoint des Nations Unies, James Holmes, rencontrait les dirigeants du gouvernement militaire du Myanmar afin de discuter des moyens d’améliorer les opérations de secours. Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, se rendra également cette semaine en visite dans la région.

De la nourriture et des médicaments sont en train de parvenir aux rescapés du cyclone mais en quantités nettement insuffisantes pour répondre aux énormes besoins. Les Nations Unies estiment que 70% des personnes affectées par le cyclone n’ont pas reçu d’aide alimentaire.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Myanmar/2008/Myo Thame
Dans la localité de Laputta, en réaction à la crainte d’une épidémie, l’UNICEF a vacciné environ 1 000 enfants âgés de 9 mois à 5 ans contre la rougeole.

De nombreuses personnes dorment en plein air sans couvertures, matelas ni protection contre les intempéries. Des latrines ont bien été expédiées mais il en faut beaucoup plus. Les ressources en eau ont été contaminées par les inondations.

Les enfants dans le besoin

Le bilan officiel des morts à la suite de la catastrophe a été évalué a près de 77 740,  avec près de 56 000 disparus. On estime qu’environ 2,5 millions de personnes ont été touchées par le cyclone.

L’UNICEF estime qu’un million d’enfants pourraient avoir besoin d’une assistance immédiate. La crainte d’ épidémies mortelles augmente de jour en jour.

Les camps dans lesquels se sont regroupés les rescapés sont désorganisés et sont dépourvus d’assainissement adéquat. Cela, ajouté à la pénurie d’aliments, suscite des craintes sérieuses à propos de la santé des enfants; des maladies comme la rougeole peuvent devenir extrêmement meurtrières dans de telles situations.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ08-0379
Un garçon regarde depuis la porte d'un centre de secours près de la ville de Dedaye dans la Division Irrawaddy, au Myanmar.

Déjà environ 30% des enfants de la localité souffrent de diarrhée ou de dysenterie.

Crainte d’une épidémie de rougeole

« Ma plus grande crainte est celle d’une très grosse épidémie de rougeole, particulièrement dans l’un de ces camps, » affirme le Chef de la section santé à l’UNICEF, le Dr Peter Salama.

Dans la localité de Laputta, l’UNICEF a vacciné environ 1 000 enfants âgés de 9 mois à 5 ans contre la rougeole. Des agents sanitaires administrent aux mères des enfants des vaccins anti-tétaniques.

Les agents font seulement partie d’une des soixante-dix missions d’évaluation et de secours qui se déplacent actuellement dans le delta ravagé par le cyclone de l’Irrawaddy, distribuant l’aide indispensable et s’employant à enrayer une flambée d’une maladie qui peut être évitée.


 

 

Vidéo (en anglais)

20 mai 2008 :
Le reportage de Chris Niles, du correspondant de l’UNICEF, sur une campagne destinée à protéger les enfants contre la rougeole dans la localité de Laputta, un des endroits les plus gravement touchés par le cyclone Nargis.
 VIDEO  hautbas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche