En bref : Myanmar

L’UNICEF concentre ses efforts sur l’éducation en situation d’urgence pour les enfants rescapés du cyclone Nargis

Image de l'UNICEF
© UNICEF Myanmar/2008
Kaung Myat, 12 ans, se tient debout sur ce qui était la maison en bambou de sa famille dans le village de Gyo Phyu, dans le sud-ouest du Myanmar, avec son frère Aung Myint Myat, 8 ans.

GYO PHYU, Myanmar, 12 mai 2008 - «Quand nous avons vu l’eau monter, nous avons couru jusqu’à un emplacement plus élevé, »  explique Kaung Myat, 12 ans, debout sur ce qui était la maison en bambou de sa famille, à Gyo Phyu, un village de la commune de Kungyangone dans la Division de Yangon, au sud du Myanmar.

Ayant perdu tous les biens familiaux lorsque, il y a exactement une semaine, le cyclone Nargis a frappé le delta de l’Irrawaddy, le garçon ne trouve pas les mots pour décrire sa vie maintenant. Heureusement, lui-même et son frère, Aung Myint Myat, 8 ans, disposent déjà d’un nouvel endroit pour vivre. Mais leur grande inquiétude est de savoir quand l’école commencera.

C’est une préoccupation que partage l’UNICEF. Le prochain trimestre scolaire doit commencer le 1er juin mais, comme on estime que  90%  des écoles de la région sont détruites, les défis logistiques sont énormes.

« Des écoles dans un cartable »

L’école que fréquentent Kaung et Aung figure parmi les 3 000 du Myanmar qui, selon les estimations, ont été sévèrement endommagées par le cyclone et les crues qui ont suivi.  Le nombre d’enfants dont l’éducation a été interrompue est évalué à 500 000.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ08-0320
Avec l’aide de ses deux fils, un homme arrime un colis de l’UNICEF à l’arrière de sa bicyclette dans la commune de Kunyangon, dans la Division de Yangon, au sud du Myanmar.

UNICEF Myanmar soutiendra les réparations et la remise en état des écoles détruites et apportera son aide pour la mise en place de zones d’enseignement protégées dans les écoles qui doivent être rebâties.

En outre, l’UNICEF a commandé de grandes quantités d’« écoles dans un cartable » - une version plus mobile des colis traditionnels « Ecole en boîte » - qui contiennent du matériel pédagogique de base ainsi que des jeux et a été utilisé avec succès lors d’opérations de secours antérieures.

Reprendre l’enseignement

Le Chef de l’éducation à l’UNICEF, Cream Wright, a déclaré que les enfants affectés  par le cyclone devraient être placés, « aussi rapidement que possible… dans des environnements sûrs et protégés de façon à ce qu’ils puissent bénéficier d’un appui psychologique après les traumatismes subis mais aussi pour remettre en route le processus d’apprentissage ».

 « L’éducation a un rôle primordial à jouer pour rétablir un sentiment de normalité dans la vie de ces enfants, a ajouté M. Wright. On y arrive en plaçant les enfants dans une situation où il se sentent en sûreté. La première priorité n’est pas d’enseigner et d’apprendre, c’est d’offrir aux enfants un environnement protégé. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ08-0336/Jensen
Un employé empile sur une palette des colis remplis de matériel de secours pour les victimes du cyclone du Myanmar dans le dépôt central d’approvisionnement de l’UNICEF à Copenhague, au Danemark.

L’UNICEF dispose de matériaux de construction prépositionnés et peut commencer d’entreprendre des réparations sur les écoles les moins endommagées. Là où les bâtiments scolaires ont été complètement détruits, il met en place des zones d’enseignement protégées.

Information et éducation

L’UNICEF espère joindre des radios à manivelle à l’ensemble de l’aide matérielle de façon à ce que les enfants puissent disposer d’informations, même si les enfants ne peuvent pas recevoir un enseignement à temps complet.

« Ceci peut être un outil très efficace à la fois pour l’information et l’éducation, » a affirmé M Wright.

« En commençant à jouer et en poursuivant avec des cours plus classiques, on peut même faire redémarrer les écoles en essayant de créer des zones d’enseignement protégées, » a-t-il expliqué, « et les parents peuvent avoir le sentiment que, pour leurs enfants, quelque chose est en train de retourner à la normale. »


 

 

Vidéo (en anglais)

12 mai 2008 : 
Le Chef de l’éducation à l’UNICEF, Cream Wright, s’exprime sur l’importance de l’école pour redonner un sentiment de normalité aux enfants sinistrés après le passage du cyclone au Myanmar.
 VIDEO  haut | bas

La Directrice de la division des approvisionnements de l’UNICEF Shanelle Hall parle de l’aide matérielle qui quitte le dépôt central de l’organisation à Copenhague à destination du Myanmar.
 VIDEO  haut | bas

9 mai 2008 :
Le reportage du correspondant de l’UNICEF Chris Niles sur les besoins immédiats en eau salubre dans les parties du Myanmar touchées par le cyclone.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

9 mai 2008 :
Niki Abrishamian, responsable de l’éducation pour l’UNICEF au Myanmar, décrit les dégâts subis par les écoles lors du passage du cyclone Nargis.
AUDIO écouter

8 mai 2008 :
Juanita Vasquez, Représentante de l’UNICEF au Myanmar  par intérim, décrit les dégâts qu'elle a pu constater dans le delta de l'Irrawaddy.
AUDIO écouter

Recherche