En bref : Maroc

L’initiative « Villes amies des enfants » lancée au Maroc

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/Maroc
Les présidents de cinq communes ont rejoint l’initiative « Villes amies des enfants » afin de mobiliser toutes les parties prenantes pour la conception et la mise en œuvre de plans de développement communaux prenant en compte les priorités des enfants et des jeunes.

RABAT, Maroc, 17 décembre 2009 – Dans le cadre des activités organisées pour la commémoration du 20eme anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, les présidents de cinq communes pilotes ont signé un engagement pour la création d’une « Ville amie des enfants » d’ici 2011.

« Cette initiative correspond à un moment stratégique pour le Maroc, » a expliqué le Représentant adjoint de l’UNICEF au Maroc, Jean Benoît Manhes.

L’engagement a été pris au cours d’une cérémonie présidée par la présidente de l’Observatoire national des droits de l’enfant, Son Altesse royale la Princesse Lalla Meryem du Maroc.

L’utilisation de la « Ville amie des enfants » pour gérer les affaires locales

Élaborée avec le soutien de l’UNICEF, l’initiative des Villes amies des enfants (VAE) a pour but d’impliquer les villages, les petites et les grandes villes dans la mise en oeuvre de la Convention relative aux droits de l’enfant au niveau de la gestion des affaires locales.

Cette initiative offre des références universelles qui ont été adaptées au contexte du Maroc. Elle est dirigée par le Directorat général des collectivités locales (ministère de l’Intérieur) et par l’UNICEF.

Un engagement pour une large participation

Les présidents des cinq communes ont dit qu’ils voulaient rejoindre l’initiative pour qu’elle les aide à concevoir et mettre en oeuvre des plans de développement municipaux qui prennent en compte les priorités des enfants et des jeunes. On trouve dans ces communes des zones rurales et urbaines qui sont à l’image de la diversité des environnements des enfants.
 
Cette initiative va aussi favoriser l’éducation des enfants et leur culture citoyenne, ainsi que leur intégration et leur participation communautaire. 

 « Trop souvent, la mise en oeuvre des conventions internationales est considérée comme relevant de la seule responsabilité du gouvernement central, alors que des décisions majeures, ayant une incidence sur la vie quotidienne des enfants et des jeunes, seront prises au niveau communal, » a expliqué Jean Benoît Manhes.

Un engagement de résultat

Ces municipalités ont donc pris l’engagement ferme d’accroître la participation des enfants et des jeunes et de les écouter afin de favoriser la mise en oeuvre des droits de l’enfant.
Elles vont faire part de leurs actions et des progrès réalisés lors de manifestations organisées par l’Observatoire national des droits de l’enfant à l’occasion de la Journée nationale de l’enfant et de la Journée internationale des droits de l’enfant.

Le lancement de cette nouvelle initiative est l’aboutissement d’un long effort, commencé en 2002, du ministère de l’Intérieur et de l’UNICEF, et des municipalités au niveau local. Cet effort a permis l’élaboration d’un modèle de planification municipale participative, sensible aux droits de l’enfant. 

Cette initiative des Villes amies des enfants fait avancer encore les choses, en permettant aux enfants et aux jeunes de mieux se faire entendre tout en offrant un cadre général à toutes les parties prenantes responsables de la mise en oeuvre des droits de l’enfant. On souhaite que cette initiative serve de modèle pour d’autres pays.


 

 

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche