En bref : Mongolie

Pour une école en Mongolie, une rentrée des classes avec des meilleures installations d’eau et d’assainissement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mongolia/2013/Brown
Khaliunaa et Bulganaa, photographiées ici avec leur famille, des éleveurs nomades, dans leur maison d'été dans la steppe, retourneront prochainement dans leur pensionnat à Tarialan Soum.

Par Byambaragchaa Magvandorj

La Semaine mondiale de l'eau 2013 se tient du 1er au 6 septembre.  On estime [PDF en anglais] que 768 millions de personnes utilisent des sources d'eau non potable. A travers le monde, il existe des inégalités importantes dans la disponibilité de l'eau entre les régions, les riches et les pauvres, et les milieux ruraux et urbains.

L'accès insuffisant à l'eau potable et aux services d'assainissement, associé à une mauvaise hygiène, tue et rend malade de nombreux enfants chaque jour, et conduit à l'appauvrissement et à la diminution des possibilités de milliers d'autres.

Il est presque temps pour Khaliunaa, Bulganaa et d’autres enfants de familles d'éleveurs nomades de retourner dans leur pensionnat dans la province de Khuvsgul, en Mongolie. Cette année, pour préparer la rentrée des classes, l’école a effectué des améliorations à ses installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène.

PROVINCE DE KHUVSGUL, Mongolie, 30 août 2013 - Khaliunaa, 13 ans, et sa soeur Bulganaa, 9 ans, vivent à Tarialan Soum, dans la province de Khuvsgul, une région difficile d’accès dans le nord de la Mongolie. Leur père, Buyanbadrakh, et leur mère, Narangerel, sont des éleveurs nomades. La famille se déplace plusieurs fois par an à la recherche de meilleures terres de pâturage pour leurs moutons, chèvres, chevaux et vaches, qui leur permettent de gagner leur vie.

À l'heure actuelle, la famille se trouve dans sa maison d'été, une petite cabane en bois dans la steppe, à environ 12 km du centre de Tarialan Soum selon Buyanbadrakh. En hiver, la famille se rend dans un abri quelque 28 km plus loin.

Parce que la famille vit si loin du centre, les filles vont à l'école dans un pensionnat avec d’autres enfants nomades. L'année scolaire se déroule de Septembre à Mai. «J'aime apprendre de nouvelles choses à l'école, dit Khaliunaa, ma matière préférée est l’écriture mongole».

Comme à la maison

Dans le dortoir de l'école de Tarialan Soum, le personnel prépare l’année scolaire. Dans la cuisine, un cuisinier remue de la confiture de rhubarbe dans une grande casserole, recueille le jus et le décante dans des bouteilles pour le boire.

Pendant l’année scolaire, les enfants se réveillent à six heures. Ils font leurs exercices, prennent le petit déjeuner et se brossent les dents. Cette dernière étape n’est pas facile à orchestrer, car, comme l’explique le professeur Erdene-Chimeg : « Il n'y a pas assez de robinets et d'eau pour que tous les enfants se lavent les dents en même temps ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mongolia/2013/Brown
Le personnel se tient à l'extérieur de l'école, y compris la directrice de l’école Oyun-Erdene (à gauche). L'école effectue des améliorations majeures sur ses installations sanitaires. Khaliunaa et Bulganaa n'auront plus à craindre de devoir utiliser les toilettes en plein air pendant la nuit.

Les enfants plus âgés vont à l’école dans la matinée, et les plus jeunes dans l'après-midi. Dans la soirée, tous font leurs devoirs avec un enseignant. Pendant leur temps libre, ils jouent au basket-ball, au volley-ball et font de la danse.

Khaliunaa aime la vie au pensionnat, mais elle soulève quelques problèmes au sujet des installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène. Par exemple, elle et sa sœur ont peur d'aller aux toilettes en plein air pendant la nuit.

Selon la directrice de l’école, Oyun Erdene : « Nous avons effectué une évaluation de l'école avec les enseignants et les enfants. Nous avons constaté que le principal problème était le manque d'eau potable. Il faut aller chercher l’eau, ce qui n’est pas facile. En outre, les toilettes sont très loin du dortoir. Il est difficile pour les jeunes enfants de les utiliser pendant l'hiver. »

De nouvelles installations pour l’école de Tarialan Soum

L'UNICEF, en consultation avec les autorités provinciales, a fourni à l’école de Tarialan Soum et à son pensionnat les ressources nécessaires pour moderniser ses installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène. Ces améliorations font partie de la stratégie de l'UNICEF pour lutter contre les inégalités en mettant l'accent sur les enfants et les communautés les plus vulnérables.

Les rénovations se font dans le cadre du programme du gouvernement australien « Overseas Aid (AusAID) », qui finance des installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les écoles et jardins d'enfants.

L'école est ouverte depuis 1939. Elle compte actuellement plus de 1000 étudiants, dont 153 pensionnaires comme Khaliunaa et Bulganaa.

Batnasan Nyamsuren, Spécialiste de l’eau et de l’assainissement pour UNICEF Mongolie, décrit les améliorations : « Les nouvelles installations comptent des éviers pour se laver les mains, des toilettes à l’intérieur, des douches pour les pensionnaires, une meilleure alimentation en eau et une fosse septique. »

De plus, explique Oyun-Erdene, « L'UNICEF a fourni une formation scolaire pour les enseignants, les parents et les enfants. »

Un nouveau départ

Au-delà de ces installations, le personnel de l'école de Tarialan Soum a commencé à peindre les planchers et les murs des salles de classe afin que tout paraisse comme neuf lorsque les enfants arriveront en Septembre.

Khaliunaa, Bulganaa et leur mère Narangerel sont heureuses de ce qu’elles ont entendu des nouvelles installations : « Je suis très heureuse du fait qu'il y aura des toilettes à l’intérieure à l'école, dit Narangerel. Ainsi les filles resteront au chaud et n’auront pas peur. »


 

 

Photographie : Mettre fin à la rougeole et la rubéole

Recherche