Moldavie, République de

Protéger les enfants vulnérables qui grandissent sans leurs parents

Image de l'UNICEF
© UNICEF Moldova/2005/Nybo
À Chisinau en Moldova, une grand-mère s’occupe de ses petits-enfants dont les parents ont quitté le pays. Elle bénéficie des programmes de l’UNICEF qui aident les familles à rester unies et évitent aux enfants d’être placé dans des institutions.

Par Thomas Nybo

CHISINAU, Moldova, 27 septembre 2005 – En Moldova, on estime qu’un adulte sur sept a quitté le pays pour chercher du travail à l’étranger. Pour un grand nombre des enfants qu’ils ont laissé derrière eux, une photo jaunie épinglée au mur est le seul souvenir qu’ils ont de leurs parents. Le jour où leurs parents sont partis – en leur promettant un avenir meilleur – est souvent la denière occasion qu’ils ont eu de les voir ou d’avoir de leurs nouvelles.

La tête couverte de bonnets tricotés pour se protéger du froid, trois sœurs d’une même famille se blottissent près de leur grand-mère qui s’occupe d’elles depuis que leur mère est partie, il y a deux ans. Cela fait encore plus longtemps qu’elles n’ont pas vu leur père, un alcoolique violent qui les battait fréquemment et qui refusait d’aider leur mère à les élever. Ses violences compromettaient leur santé, leurs capacités d’apprentissage et elles n’avaient plus envie d’aller à l’école.

Leur père a quitté la maison et est parti pour la Russie il y a sept ans. Elles n’ont eu aucune nouvelle de lui. Ce départ a mis fin à la violence dans leur vie mais les a aussi mises face à face avec la dure réalité de vivre jour au jour le jour. Privées d’électricité, les filles ont dû apprendre à se déplacer en tatônnant dans l’obscurité et à lire à la lumière d’une chandelle ou d’une lampe. Pire encore, elles ont dû vivre emmitouflées tout l’hiver pour lutter contre le froid dans une maison sans chauffage.

Leur vieille grand-mère s’est battue pour payer les uniformes et les livres pour l’école, car elle savait que sans éducation ses petites-filles feraient face à un avenir encore plus sombre. Elle était sur le point d’envoyer ses quatre petits-enfants dans un orphelinat d’État quand l’intervention de l’UNICEF a renversé la situation.

En Moldova, un nombre incalculable d’enfants se retrouvent dans une situation similaire, laissés avec des amis ou des membres de la famille pendant que leurs parents cherchent du travail. La plupart du temps, les enfants de ces parents absents courent un risque élevé d’être à nouveau abandonnés, cette fois dans une institution, quand les personnes qui leur servent de parents de remplacement arrivent au bout de leurs maigres ressources.

Giovanna Barberis, la Représentante de l’UNICEF en Moldova, déclare : « Nos principaux domaines d’intervention sont très étroitement liés à la création d’un environnement qui protège adéquatement les enfants, spécialement les enfants qui sont le plus à risque, les enfants qui ont souffert de violences, de négligence, d’exploitation, les enfants qui vivent dans des orphelinats, les enfants qui vivent privés de la protection de leurs parents. Et cela veut dire, fondamentalement, aider le gouvernement à mettre sur pied un cadre législatif approprié et à créer un réseau adéquat de services sociaux capable de soutenir les familles à risque et les familles vulnérables. »

L’UNICEF a collaboré avec le gouvernement pour mettre sur pied un réseau adéquat de services sociaux afin de préserver l’intégrité des familles et d’éviter que les enfants soient placés dans des institutions. Dans la cas de la famille mentionnée, l’UNICEF a aidé la grand-mère à contacter les services sociaux appropriés afin d’obtenir la garde légale des enfants, ainsi que l’argent du gouvernment qui l’aidera à maintenir l’unité de sa famille.


 

 

Vidéo (en anglais)

27 septembre 2005 :
Le reportage de Thomas Nybo, correspondant de l’UNICEF, sur les enfants qui grandissent en Moldova sans la protection de leurs parents.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Liens (en anglais)

Les films OneMinutesJr de la CEO/CEI
Ces films ont été produits en mai 2005 par un atelier de cinéma pour les jeunes d’Europe de l’Est soutenu par l’UNICEF. Les jeunes cinéastes ont réalisé 18 films OneMinutesJr (theoneminutesjr.org). Voici quelques-uns des films qui seront présentés en novembre 2005 aux Prix OneMinutesJr, à Amsterdam aux Pays-Bas.

Lifeline – une conversation téléphonique entre une mère et une fille qui n’a jamais lieu

A Moldova – argent et cadeaux ne remplacent pas l’amour des parents

Love, Constantin – sans parents, l’éducation est un problème

Recherche