En bref: Mexique

L’UNICEF lance son rapport phare à Mexico et avertit que les villes négligent les enfants

Par Thomas Nybo

Le rapport phare de l’UNICEF, « La Situation des enfants dans le monde 2012 : les enfants dans un monde urbain », a été lancé le 28 février. Il est axé sur les enfants en milieu urbain. Un milliard d’enfants vivent en zone urbaine et ce nombre augmente rapidement. Pourtant les disparités entre les villes montrent que beaucoup d’enfants n’ont pas accès à l’école, aux soins de santé et à l’assainissement malgré la proximité de ces services. Cette histoire fait partie d’une série d’articles illustrant les besoins de ces enfants.

MEXICO, Mexique, 29 février 2012 – L’UNICEF a lancé hier à Mexico son rapport phare, « La situation des enfants dans le monde 2012 : les enfants dans un monde urbain », avertissant que l’urbanisation laissait à la traîne des millions d’enfants défavorisés. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au palais présidentiel, le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, et le Président mexicain, Felipe Calderón, ont demandé que l’on accorde plus d’attention aux enfants des taudis et des bidonvilles confrontés au plus extrême dénuement.

VIDÉO (en anglais) : 28 février 2012 – Le correspondant de l’UNICEF, Thomas Nybo, rend compte du lancement, à Mexico, de la publication phare de l’UNICEF, « La Situation des enfants dans le monde 2012 : les enfants dans un monde urbain ».

 

Des millions d'exclus

« Aujourd’hui, pour la première fois dans l’histoire, plus de la moitié de l’humanité, dont plus d’un milliard d’enfants, vit dans des villes et des cités », a-t-il déclaré. « En Amérique latine et aux Caraïbes, près de 80 pour cent de la population vit déjà dans des zones urbaines. Plus de 75 pour cent des habitants du Mexique vivent dans des villes et des cités, dont 24 millions d’enfants.»

Son message était clair : avec l’urbanisation, des centaines de millions d’enfants des villes et des cités restent privés de services essentiels.

« Lorsque la plupart d’entre nous pensons à un enfant pauvre, nous avons tendance à nous représenter un enfant dans une zone rurale. Nous n’imaginons pas si facilement une fille vivant à côté d’une école en ville et qui n’y ira jamais, ni un garçon grandissant à proximité d’un dispensaire et qui n’y pénétrera jamais, et pas davantage une famille privée des services dont bénéficient ceux qui habitent à seulement quelques rues de là ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0107/Sahagun
Anthony Lake, le Directeur général de l’UNICEF, présente au Président mexicain Felipe Calderón un exemplaire de « La situation des enfants dans le monde 2012 », que publie l’UNICEF, lors du lancement du rapport au palais présidentiel de Mexico, au Mexique.

En réalité, les enfants marginalisés vivant en zone urbaine – notamment les enfants de migrants, les enfants autochtones, et ceux qui vivent dans des taudis ou des bidonvilles – font partie des personnes les plus défavorisées et les plus vulnérables du monde. Et bientôt la majorité des enfants dans le monde vont grandir dans des villes et des cités, ce qui fait qu’il est encore plus important de comprendre leurs besoins et d’y répondre.

Des millions d’enfants vivent précisément à Mexico et le manque de perspectives offertes aux enfants autochtones constitue un défi redoutable pour le pays. M. Anthony Lake l’a vu de ses propres yeux en visitant un centre communautaire dans le quartier surpeuplé d’Iztapalapa. Ce centre organise deux fois par semaine des classes donnant un enseignement de base à des enfants qui, sans cela, seraient exclus des services éducatifs.

« Aujourd’hui, lors d’une visite à Iztapalapa, j’ai rencontré certains de ces enfants », a déclaré Anthony Lake devant la foule, au palais présidentiel. « Aucun d’entre eux n’est à présent scolarisé, mais s’ils bénéficient de l’éducation qu’ils méritent, imaginez tout simplement ce qu’ils vont apporter, eux et tant d’autres enfants dans leur cas, pour l’avenir du Mexique et des pays, partout dans le monde ».

Travailler ensemble à la protection des enfants

Anthony Lake, s’adressant aux responsables et aux personnalités présentes, a fait l’éloge du Mexique pour son traitement de ces questions, où il figure au premier rang. « Ce pays, où se trouve l’une des plus grandes mégalopoles du monde, est déjà confronté aux défis de l’urbanisation et recherche de nouvelles voies pour bénéficier des possibilité qu’elle présente – car l’urbanisation est inévitable ici au Mexique, dans le monde entier et en particulier dans le monde en développement », a déclaré Anthony Lake.

Le Président Calderón a parlé des efforts conjoints du gouvernement et de l’UNICEF pour la protection des enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0107/Sahagun
Le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, prend la parole lors du lancement du rapport phare « La Situation des enfants dans le monde 2012 » au palais présidentiel de Mexico, au Mexique.

« Au Mexique, nous voulons joindre nos efforts à ceux de l’UNICEF pour la protection des filles, des garçons et des adolescents », a annoncé le Président Calderón. « Nous voulons investir davantage en leur faveur. Nous savons que cet investissement est le gage d’un avenir meilleur pour l’humanité ».

Le Président Calderón a décrit un nouveau protocole avec la Cour suprême de justice, élaboré en partenariat avec l’UNICEF. L’objectif est de prodiguer des soins médicaux et psychologiques, d’offrir de l’affection, une protection à toutes les filles, tous les garçons et tous les jeunes qui sont victimes de violence.

Il a également promis de soutenir les efforts de l’UNICEF en vue d’améliorer la vie de tous les enfants.

Anthony Lake a terminé son intervention par un appel à tous les pays afin qu’ils répondent aux défis et s’attaquent aux inégalités de l’urbanisation. 

« Nous devons adapter nos villes aux enfants, et par là-même, améliorer leur sort à tous ».


 

 

Recherche