Centre de presse

Communiqué de presse commun

Déclaration du Coordonnateur humanitaire et des agences humanitaires des Nations Unies

Le Coordonnateur Humanitaire, Moustapha Soumare, l’UNICEF, le HCR, le PAM et OCHA condamnent la mort de civils innocents dans les affrontements au Nord Kivu

Kinshasa/Goma, République Démocratique du Congo (RDC), le 24 aout 2013 – Le Coordonnateur Humanitaire, les agences humanitaires des Nations Unies, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’UNICEF, le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) condamnent avec fermeté la mort de civils innocents, victimes de frappes militaires lors des affrontements qui opposent l’armée congolaise (FARDC) au groupe rebelle M23.

Au moins une personne a été tuée et cinq autres blessées le 24 aout 2013, lorsqu’un obus est tombé à Ndosho, dans un quartier périphérique de la ville de Goma, capitale du Nord Kivu. Un autre obus est tombé le même jour non loin du camp de déplacés de Mugunga 3 qui abrite à ce jour une dizaine de milliers de déplacés. Le 22 août, trois obus sont tombés dans des quartiers résidentiels de Goma, faisant au moins quatre morts et 15 blessés, tous civils.

« Je condamne toutes les attaques ayant causé des morts et des blessés parmi la population civile, et je rappelle à toutes les parties au conflit que les attaques indiscriminées ou délibérés contre les civils constituent des crimes de guerre » a affirmé le Coordonnateur Humanitaire des Nations Unies en RDC, Monsieur Moustapha Soumaré.

«Les parties en conflit doivent respecter le droit inaliénable des hommes, femmes et enfants à la vie. Les populations civiles ne doivent pas être prises pour cibles», a déclaré Madame Barbara Bentein, représentante de l’UNICEF en RDC. « Toutes les forces et groupes armés qui prennent part aux conflits en RDC doivent veiller à protéger la vie de toutes les populations civiles dans leur intégralité », a ajouté Mme Bentein.

« Plus de 150 000 personnes se sont déplacées vers Goma depuis 2012. Goma est une zone de refuge où la sécurité des civils doit  absolument être garantie par les parties au conflit », a déclaré M. Stefano Severe, Représentant Régional du HCR. « Le droit international humanitaire oblige les parties au conflit à prendre toutes les précautions pour ne pas exposer le civils ».
« Nous sommes inquiets des conséquences humanitaires de ces combats et nous appelons les parties au conflit non seulement à épargner les civils mais aussi à laisser les humanitaires accéder aux populations dans le besoin », a déclaré M. Martin Ohlsen, représentant du PAM en RDC.

L’UNICEF,  le HCR, le PAM  et OCHA rappellent aux parties belligérantes qu’à la lumière de plusieurs résolutions des Nations Unies dont la résolution 1612 (2005) sur les enfants et les conflits armés et la résolution 1325 (2000) sur les femmes, la paix et la sécurité, elles doivent protéger les populations civiles. Tout acte mettant en danger les civils pendant les affrontements armés est un crime selon les lois congolaise et internationale.

Pour plus d’informations, veuillez contacter                                                                                                             

Cornelia Walther, Communication UNICEF DRC, +243 (0) 81 884 676: cwalther@unicef.org
Elena Locatelli, head (OIC) of UNICEF Eastern Zonal Office, Goma - +243 (0)818305915
Faffa Attidzah Olivier, Chef Sous Delegation HCR, Goma - +243 (0)822560471
Caroline Peguet, OCHA Head of Office, Goma - +243 (0)97000376
Fabienne Pompey, Directrice de la Communication, WFP – +243 (0)970000292


 

 

 

Recherche