Centre de presse

Note d'actualité

Contre le mariage des enfants : les enfants réclament leurs droits pour un avenir sûr.

KOLKATA, India, 24 février 2010 – Près de 225 enfants de tout le Bengale-Occidental se sont réunis aujourd'hui pour lancer un mouvement contre le mariage des enfants appelé "Amar Shaishab Amar Adhikar" (Mon enfance, mon droit), à l'occasion d'une réunion à Kolkata menée  conjointement par le Département du développement et de la Protection sociale de la femme et de l'enfant, le gouvernement du Bengale-Occidental et l'UNICEF.

« Le maintien des traditions et la pauvreté forcent beaucoup de filles à contracter un  mariage précoce. Tant que cette pratique durera, un véritable développement humain réel ne pourra jamais se faire. Une jeune mariée encore dans l'enfance est plus vulnérable à la pauvreté, la faim, les abus, la maladie et la mortalité maternelle - un héritage qui peut aussi se transmettre à ses propres enfants, » a déclaré M. Biswanath Choudhury, ministre responsable du Département du développement et de la Protection sociale de la femme et de l'enfant,  du  gouvernement du Bengale-Occidental, à l'occasion de la sortie du Manifeste publié comme un premier appel à l'action par des enfants. « Aujourd'hui est un jour historique pour nos enfants parce qu'ils ont décidé de changer le statu quo et de réclamer de ce qui leur revient légitimement » a-t-il  ajouté. 

Même si des progrès existent, la lenteur des changements pour réduire la fréquence des mariage d'enfant dans l'État fait que cela reste une réalité inacceptable. Selon la troisième Enquête nationale de Santé Familiale, chaque seconde qui passe une fille encore dans l'enfance est mariée au Bengale occidental. Dans l'État, un tiers des adolescentes entre 15 et 19 ans sont déjà mères. Le manifeste qui réunit pour la première fois l'opinion des enfants sur le mariage précoce des enfants, se traduit par des actions tangibles pour les parents, les enseignants et les communautés.

« On peut déclarer des droits et formuler des politiques, il n'en demeure pas  moins que les lois mises effectivement en oeuvre auront peu d'effet. Tous nos efforts, ainsi que ceux de nos partenaires  seront vides de sens si l’on n’améliore pas la vie des enfants désavantagés, vulnérables, ainsi que celle de leurs familles et de leurs communautés, » a déclaré Karin Hulshof, Représentante de l'UNICEF en Inde. « Nous devons développer une politique de tolérance zéro envers le mariage d'enfants, pour que chaque garçon et chaque  fille, ait l'occasion de vivre son enfance et bénéficie d'une éducation. »

Les efforts de l'UNICEF pour prévenir le mariage des enfants au Bengale occidental comprennent le soutien d'une intervention pilote dans le district de Malda qui connait le nombre le plus élevé de mariages d'enfants de l'État. En mobilisant les parents et les enfants contre le mariage des enfants; en mettant en oeuvre un système de suivi au niveau des villages pour tracer les mariages d'enfant; en informant sur la question les enseignants, les ouvriers anaganwadi et les membres des conseils de village; et en développant une documentation à base de preuve des normes et des valeurs autour du mariage des enfants on espère faire disparaitre dans 30 villages du district de Malda cette pratique du mariage des enfants. Plus récemment, l'UNICEF a soutenu l'État dans une consultation sur le mariage des enfants ainsi que dans ses efforts de plaidoyer.

###

Pour de plus amples informations, merci de contacter :
Lori Calvo, Responsable du bureau, UNICEF Bengale-Occidental
tél. : +91-98-31096706;
courriel : lcalvo@unicef.org

Angela Walker, responsable de la Communication, UNICEF Inde.
tél. : + 91-98-18106093;
courriel : awalker@unicef.org

Sonia Sarkar, chargée de Communication (Médias), UNICEF Inde.
tél. : +91-98-9186-1445;
courriel : ssarkar@unicef.org

 


 

 

 

Recherche