Centre de presse

Note d'actualité

De l'armée à la vie civile - un premier groupe de mineurs est libéré de l'armée Maoïste au Népal

SINDHULI, NÉPAL, 7 janvier 2010 - Aujourd'hui, un groupe de jeunes népalais (hommes et femmes) diront adieu à la vie militaire et seront rendus à la vie civile, après une cérémonie de fin de service dans le cantonnement principal de l'armée maoiste, à Sindhuli dans la région centrale du pays.

Il s'agit du  premier groupe de jeunes gens à être déclarés inaptes par l'armée maoiste, alors que les enfants ou les recrues enrôlées après la période de recrutement seront désormais libérés.

« Aujourd'hui marque le premier pas vers le retour à la vie civile pour des milliers de Népalais qui vivaient  dans des cantonnements depuis 2006. Cette cérémonie est une étape importante dans le processus de paix en cours et, nous espérons, qu'elle accélérera la mise en oeuvre des autres étapes prévues dans l'Accord de paix total, » a déclaré le Résident des Nations Unies et Coordinateur humanitaire, Robert Piper.

Ces jeunes gens font partie d'un groupe de 4008 individus, dont environ 500 ont moins de 18 ans et devant être libérés dans les 40 jours. Le processus de réhabilitation prévoit désormais  pour ces jeunes gens la possibilité d'acquérir de nouvelles connaissances – en retournant à l'école ou en apprenant à créer un petit commerce – grâce à l'aide du grouvernement du Népal et avec le soutien des Nations Unies.

La libération de ces jeunes gens, qui doit s'accomplir dans sept cantonnements à travers le pays d'ici à la mi-février 2010, fait partie d'un Plan d'Action signé en décembre 2009 par le gouvernement du Népal, le Parti communiste Unifié du Népal - Maoïste (UCPN-M) et les Nations Unies. Quand il aura été vérifié que l'UCPN-M s'est entièrement plié au Plan d'action, le Parti pourra être ôté de la liste des partis qui recrutent et utilisent des enfants, insérée dans le rapport annuel du Secrétaire général des Nations Unies sur les Enfants et les conflits armés.

Avant la cérémonie de jeudi au cantonnement, les jeunes gens ont accompli un processus de libération conduit par les différentes agences des Nations Unies. Ils ont été informés des options de réhabilitation qui s'offrent à eux et ont reçu des vêtements civils et des cartes d'identité. Dans les mois à venir, une équipe des Nations Unies contactera les jeunes libérés pour un suivi et évaluer comment ils s'adaptent à la vie civile. Près de 3000 des jeunes déclarés inaptes étaient mineurs le 25 mai 2006 au moment du cessez-le-feu. Aujourd'hui, environ une douzaine d'entre-eux a moins de 16 ans et a peu près 500 ont moins de 18 ans. Environ un tiers sont des jeunes filles.

« La libération de ces jeunes gens délivre un message du Nouvel an symbolique, » a déclaré le représentant de l'UNICEF au Népal, Gillian Mellsop. « Désormais, cela signifie que non seulement ces jeunes gens vont finalement pouvoir reprendre le cours normal de leur vie, mais également  pour le Népal; cela marque un  nouveau départ au début d'une nouvelle décennie, vers un avenir plus stable et pacifique. »

Pour de plus amples informations :
Sarah Crowe, Chef Communications au bureau régional de l'UNICEF pour l'Asie du
tél : +919910532314
Courriel : scrowe@unicef.org

Marty Logan au bureau de l'UNICEF à Kathmandou,
tél : +977-9849255063,
Courriel : mdlogan@unicef.org,

Kosmos Biswokarma à l'UNMIN, Kathmandou,
tél : +977-9851101959,
Courriel : biswokarma@un.org


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche