Centre de presse

Note d'actualité

La Conférence 2007 des Personnes Chargées de la Mise en Oeuvre dans le domaine du VIH/SIDA débute à Kigali, Rwanda

Kigali, Rwanda – La Conférence 2007 des Personnes Chargées de la Mise en œuvre dans le domaine du VIH/SIDA débute aujourd’hui à Kigali, et devrait attirer plus de 1500 délégués en provenance du monde entier. Le Rwanda a été choisi pour accueillir la conférence en reconnaissance du leadership du pays dans la lutte contre le VIH/SIDA et des résultats impressionnants qu’il a obtenus.  

La réunion est organisée par le Gouvernement du Rwanda en partenariat avec le Plan d’Urgence de Lutte contre le SIDA du Président Bush (PEPFAR), le Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme, le Secrétariat du Programme Conjoint des Nations Unies de Lutte contre le SIDA (ONUSIDA), la Banque Mondiale, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (l'UNICEF) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).  Le Réseau Mondial des Personnes vivant avec le VIH/SIDA (GNP+), étant donné son expertise dans la mise en œuvre, interviendra comme groupe consultatif officiel, afin d’aider à assurer la représentativité des personnes vivant avec le VIH/SIDA V/AIDS.

Le thème de la réunion de cette année qui est «Se développer à travers des Partenariats», reconnaît l’expansion rapide des programmes de lutte contre le VIH/SIDA sur le plan mondial. Ensemble, les personnes chargées de la mise en oeuvre vont échanger des idées sur les leçons apprises concernant le renforcement des capacités locales dans les programmes de prévention, de traitement et de soin, de maintien de la qualité, et de coordination des efforts. Ce forum facilitera un dialogue ouvert concernant les directions futures des programmes de lutte contre le VIH/SIDA, avec une attention particulière accordée à la mise en œuvre et à l’identification des barrières importantes et des meilleures pratiques.

La vaste majorité des délégués à la conférence proviendront d’Afrique et de pays en voie de développement d’autres régions.  Outre les ministres des gouvernements de ces pays, il y aura parmi les participants une large représentativité de personnes impliquées dans la mise en œuvre des Programmes de lutte contre le SIDA, y compris des représentants de groupes religieux ou communautaires ainsi que des groupes de personnes vivant avec le VIH/SIDA. 

“Le Gouvernement Rwandais a l’honneur et le privilège d’accueillir la Conférence 2007 des Personnes Chargées de la Mise en Œuvre de la Lutte contre le VIH/SIDA”, a déclaré Dr Innocent Nyaruhirira, Secrétaire d’Etat Chargé de la Lutte contre le VIH/SIDA et les autres épidémies au sein du Ministère de la Santé. ”Au Rwanda, nous sommes profondément convaincus qu’ unis, nous pouvons construire un monde débarrassé des maladies liées à la pauvreté parmi lesquelles se trouvent le VIH, le Paludisme et la Tuberculose, et particulièrement chez les nouveaux-nés et les jeunes.  Nous n’avons pas d’autre choix que de tenir les promesses faites et …aujourd’hui, à travers le type de partenariats auxquels nous assistons ici à Kigali.”

“D’importantes meilleures pratiques de mise en œuvre sont développées actuellement, et cette réunion constitue une opportunité de les diffuser le plus largement possible,” a déclaré l’Ambassadeur Mark Dybul, Coordinateur de U.S. Global AIDS.  “Tous les partenaires devront travailler ensemble pour mettre en œuvre des programmes de grande qualité et viables qui donnent des résultats et assure une action coordonnée dans le soutien apporté aux stratégies nationales.”

"Une des priorités les plus importantes du Fonds Mondial est de renforcer nos partenariats avec des programmes tels que PEPFAR et les agences des Nations Unies, avec les milliers de groupes locaux, médecins et infirmières qui sont concrètement impliqués dans le traitement des malades, les soins apportés aux orphelins, et la prévention de nouvelles infections,” a déclaré Dr. Michel Kazatchkine, Directeur Exécutif du Fonds Mondial pour la Lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme.  “Une meilleure coordination, moins d’administration, partager les meilleures pratiques – tout ceci semble ennuyeux mais signifie que nous devons utiliser tout ce que nous pouvons pour sauver des vies supplémentaires.  Nous sommes reconnaissants à PEPFAR d’avoir organisé cette conférence.”

“Cette conférence donnera à l’ONUSIDA une opportunité majeure de partager notre expérience et savoir-faire technique avec des partenaires travaillant sur le terrain,” a déclaré Dr Peter Piot, Directeur Exécutif de l’ONUSIDA. “Ensemble, nous pourrons relever les défis de la mise en oeuvre pratique, partager les expériences concernant ce qui réussit et des améliorations nécessaires.  Ceci sera essentiel pour établir les étapes suivantes pour développer la lutte contre le SIDA visant un accès universel et s’assurer que l’argent est utilisé à bon escient.”

«Une génération libérée du SIDA peut devenir une réalité», a déclaré Doreen Mulenga, Responsable par intérim du Programme VIH et SIDA de l’UNICEF. “Nous savons ce qui fonctionne – alors, faisons usage de cette connaissance. Bien que les enfants apparaissent de plus en plus dans les programmes des décideurs, les traitements anti-rétroviraux n’atteignent encore que 15 pourcent des enfants qui en ont besoin, et l’amélioration de la prévention du VIH parmi les enfants laisse à désirer. Les partenaires, y compris les gouvernements et les bailleurs de fonds, doivent augmenter et étendre les services sociaux qui fourniront à ces enfants le traitement dont ils ont besoin, tout en les protégeant contre le VIH et l’impact du SIDA.“

"Aujourd’hui, il apparaît clairement qu’il n’existe pas de programme unique idéal de lutte contre le SIDA, et que chaque pays doit travailler pour trouver une solution qui lui est propre, basée sur de preuves locales fortes et tirant des leçons aussi bien des succès que des échecs", a déclaré Joy Phumaphi, Vice-Présidente du Réseau du Développement Humain de la Banque Mondiale, ancienne Directrice Générale Adjointe de l’OMS, et ancienne Ministre de la Santé du Botswana, de 1999-2003. "Le processus n’a pas toujours été dépourvu de difficultés, et il y a encore des hauts et des bas, mais à travers un apprentissage et une amélioration continus, les pays, les bailleurs de fonds, les groupes communautaires et les personnes vivant avec le VIH/SIDA peuvent soutenir les services nationaux de prévention, de traitement, de soin et  d’atténuation, qui atteignent des millions de personnes infectées ou affectées en Afrique, en Asie et dans d’autres régions à travers le monde."

“Les efforts combinés des bailleurs de fonds, des nations affectées, des agences des Nations Unies et des autorités nationales fournissent un progrès substantiel et continu dans l’accès aux services VIH", a déclaré Dr Kevin De Cock, Directeur, Département VIH/SIDA à l’OMS. "Cette conférence permettra aux partenaires de partager des leçons importantes apprises lors de la mise en œuvre des programmes multisectoriels de lutte contre le VIH/SIDA. C’est uniquement en comprenant ce qui fonctionne et en développant les meilleures pratiques que nous pourrons espérer atteindre les cibles de l’accès universel d’ici 2010.”

Des sessions de cette conférence seront diffusées par Internet par  kaisernetwork.org, un service gratuit de Kaiser Family Foundation. La diffusion sur Internet et les ressources en ligne relatives seront disponible après la conférence à l’adresse suivante : http://www.kaisernetwork.org/healthcast/hivimplementers2007 (site en anglais)

Pour de plus amples informations concernant la conférence, veuillez consulter l’adresse suivante: www.hivimplementers.com (site en anglais)


Informations concernant l’hôte  de la Conférence :

L’ action du Gouvernement Rwandais (GR), concernant la lutte contre le VIH/SIDA, est axée sur une approche multisectorielle, multidisciplinaire et intégrée en encourageant les autorités gouvernementales, la société civile et les ONG, ainsi que les partenaires en développement à travailler ensemble dans un esprit de planification, de gestion et d’évaluation communes, afin d’assurer l’efficacité et la qualité des programmes VIH/SIDA.  Pour plus d’information concernant le GR, veuillez visiter le site www.gov.rw (site en anglais) et concernant les enjeux liés au VIH/SIDA et à la santé, veuillez consulter le site Internet du Ministère de la Santé www.moh.gov.rw (site en anglais) ainsi que celui de la Commission Nationale de Lutte contre le SIDA www.cnls.gov.rw.

Informations concernant les sponsors de la Conférence:

Le Plan d’Urgence de Lutte contre le Sida du Président des Etats Unis (PEPFAR) est l’initiative de santé mondiale la plus importante, jamais entreprise par aucune nation,  visant une seule maladie.  Si la demande budgétaire du Président Bush pour l’année 2008 est approuvée, le Plan d’Urgence dépassera sa promesse initiale de $15 milliards sur cinq ans, avec un investissement total de $18.3 milliards dans la lutte mondiale contre le VIH/SIDA sur les cinq premières années de PEPFAR.  Pour de plus amples informations concernant PEPFAR, veuillez consulter le site Internet www.PEPFAR.gov (site en anglais).

Le Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme est un partenariat public/privé visant à récolter et à allouer des ressources supplémentaires pour la prévention et le traitement du VIH/SIDA, la Tuberculose et le Paludisme. Le Fonds Mondial a approuvé des subsides pour 450 programmes dans 136 pays, avec un engagement total de US $7 milliards. Pour de plus amples informations concernant le Fonds Mondial, veuillez consulter le site Internet http://www.theglobalfund.org/fr/.

L’ONUSIDA est une entreprise commune novatrice des Nations Unies, réunissant les efforts et les ressources du Secrétariat de l’ONUSIDA et dix organisations du système des Nations Unies dans la lutte contre le SIDA. Le quartier général du Secrétariat se trouve à Genève, en Suisse – avec du personnel sur le terrain dans plus de 80 pays. Une action cohérente contre le SIDA organisée par le système des Nations Unies est coordonnée dans des pays à travers des groupes à thèmes et des programmes communs sur le SIDA. Les co-sponsors de l’ONUSIDA incluent le HCR, l’UNICEF, le PAM, le PNUD, le FNUAP, l’UNODC, l’ILO, l‘UNESCO, l’OMS et la Banque Mondiale. Veuillez visiter le site Internet de l’ONUSIDA à l’adresse suivante: www.unaids.org (site en anglais).

L’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance), l’ONUSIDA et d’autres partenaires ont lancé, en 2005, la campagne « Unissons-nous pour les enfants, unissons-nous contre le SIDA ». Cette campagne visait quatre domaines clés: la prévention de la mère à l’enfant; le traitement du SIDA pédiatrique; les programmes d’éducation à la prévention; et l’aide aux orphelins et aux enfants  vulnérables. L’UNICEF est sur le terrain dans 155 pays et territoires.  Pour plus d’informations, veuillez visiter le site Internet http://www.unicef.org/french/.

La Banque Mondiale est engagée dans la lutte contre le SIDA qui menace de faire reculer les progrès en développement, et d’empêcher de continuer sa mission de lutte contre la pauvreté. La Banque Mondiale procure des financements compréhensifs et viables en faveur de programmes SIDA sur le plan mondial et à ce jour, elle a déjà engagé plus de US $2.7 milliards.  Pour plus de plus amples informations sur l’action de la Banque Mondiale contre le VIH/SIDA, vous pouvez visiter le site Internet www.worldbank.org/aids (site en anglais).

L’ Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est l’autorité directrice et coordinatrice du travail dans le domaine de la santé internationale et chapeaute le système des Nations Unies dans la lutte du secteur de la santé mondiale contre l’épidémie du SIDA. Pour de plus amples informations, veuillez visiter le site http://www.who.int/fr/index.html.

Informations concernant le Groupe consultatif Officiel:

Le Réseau Mondial des Personnes vivant avec le VIH/SIDA (GNP+) est un réseau mondial constitué pour et par des personnes vivant avec le VIH/SIDA (PVVIH). Son objectif général est d’améliorer la qualité de vie des PVVIH. Le travail du GNP+ est guidé par le Programme Mondial de Plaidoyer, constitué de trois domaines principaux: (i) Promouvoir l’Accès Universel au soin, au traitement et à la prévention du VIH/SIDA; (ii) Lutter contre la stigmatisation et la discrimination; et (iii) Promouvoir une plus grande et plus significative implication des PVVIH.  GNP+ est le seul réseau international représentant les différentes voix des PVVIH. En tant que réseau basé sur l’émancipation et l’autodétermination, le GNP+ a nourri le développement de six réseaux de PVVIH totalement indépendants, couvrant l’Afrique (NAP+), l’Asie (APN+), les Caraïbes (CRN+), l’Europe (GNP+ Europe), l’Amérique Latine (REDLa+) et l’Amérique du Nord (GNP+ NA). Des représentants élus de ces réseaux constituent le conseil d’administration du GNP+. Pour de plus d’information, veuillez visiter le site Internet www.gnpplus.net (site en anglais)

Pour de plus amples informations :

Ines Mpambara, L’ action du Gouvernement Rwandais /Ministère de la Santé  : +250 08308306

Kristin Pugh, Le Plan d’Urgence de Lutte contre le Sida du Président des Etats Unis : +1 202 663 2708 or +250 03009966

Amanda Mitchell, Le Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme: +1 917 250 1175

Sophie Barton-Knott, ONUSIDA : +41 22 791 1697

Victor Chinyama, UNICEF: +254 722 701 505

Phil Hay, La Banque Mondiale : +1 202 409 2909

Iqbal Nandra, L’ Organisation Mondiale de la Santé (OMS): +41 22 791 5589


 

 

 

 Envoyez cet article

 Version imprimable

Recherche