Mauritanie

En Mauritanie, un remaniement de politique pour mettre en place des changements indispensables

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mauritanie/2011
En Mauritanie, on fait connaître aux enfants l'importance de se laver les mains, de l'hygiène et de l'assainissement.

NOUAKCHOTT, Mauritanie, 15 avril 2011 - Hadjia, 15 ans, a grandi à Bakaw, un village isolé de Mauritanie situé dans la région de Brakna où la pauvreté chez les enfants était la norme et où l'absence d'accès à un assainissement décent entraînait des maladies, des douleurs et des épisodes de diarrhée aiguë.

L'assainissement facteur de progrès

Un jour, alors qu'Hadjia était en vacances et rendait visite à sa tante à Niakaka, près de chez elle, des animateurs de l'Assainissement total piloté par la communauté (ATPC) étaient arrivés dans le petit village. Hadjia avait réfléchi à ce que les habitants avaient eu à dire et admiré leur décision de militer contre la défécation en plein air (ODF). Le message était évident : ne déféquez jamais dans la brousse et lavez-vous toujours les mains avant de manger et après avoir utilisé les toilettes. Elle savait d'instinct que cela était signe de progrès. Au bout de plusieurs jours, Hadjia est retournée dans son village, bien décidée à y changer les choses.    

De retour chez elle, Hadjia avait refusé de manger jusqu'à ce que sa mère se procure du savon et de l'eau pour qu'elles se lavent les mains. Elle lui avait expliqué la nécessité d'une bonne hygiène et le message était passé. Elle avait même construit un petit puits dans la cour et l'avait entouré de branches et de vieux matériaux pour qu'il serve de latrine. Aujourd'hui, l'ATPC (Assainissement total piloté par la communauté) est arrivé dans son village et Hadjia aide à lutter contre la pratique de la défécation en plein air. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mauritanie/2011
En Mauritanie, Hadja apporte des informations sur l'assainissement et s'emploie à une meilleure sensibilisation.

L'ATPC et des campagnes de sensibilisation aux Pratiques familiales essentielles sont menés dans cinq régions principales et sont mises en place en partenariat avec l'UNICEF et le gouvernement mauritanien. Comme le montrent les évaluations, l'appropriation des programmes par la communauté et un fort engagement politique font progresser la diffusion de cette démarche. Même si les indicateurs concernant l'assainissement restent faibles avec un taux de couverture de 26 pour cent, le parti tiré des compétences et des moyens a conduit à un vrai changement dans la conception des politiques. Cela permet de placer le secteur de l'assainissement – et l'APTC en particulier – en tête de liste sur l'agenda du Gouvernement. 

Un changement indispensable

Le 13 avril, le gouvernement mauritanien a lancé la Politique nationale d'assainissement sous les auspices du ministère de l'Hydrologie et de l'Assainissement aux côtés de la Coordinatrice résidente de l'ONU, de la représentante de l'UNICEF en Mauritanie et d'une vaste assemblée de partenaires.

« Cette politique importante améliorera le développement des communautés et provoquera un véritable changement d'attitude », a observé dans son discours d'introduction le ministre de l'Hydrologie et de l'Assainissement, M. Mohamed Lemine Ould Abbaye.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mauritanie/2011
La représentante de l'UNICEF, Catherine Mbengue, le ministre de l'Hydrologie et de l'Assainissement, M. Mohamed Lemine Ould Abbey, et la Coordinatrice résidente de l'ONU, Coumba Mar Gadio, lors du lancement officiel de la nouvelle politique nationale d'assainissement.

This policy is crafted around CLTS which is achieving important results with a positive trend in behavioral change in 250 villages. The new policy will extend this approach at a national level.

“In order to promote equity we must give the utmost priority to sanitation in rural and poor regions where children suffer from multiples sanitation related diseases impeding their development and preventing them to reach their full potential,” said Catherine Mbengue, UNICEF Representative.

This multidimensional vision aimed at promoting this essential sector will help people like Hadjia to live in an adequate and healthy environment. These important advances which are occurring in Bakaw and Niakaka and in many other villages across the country, inspired by unknown young leaders such as Hadjia are succeeding in their effort to achieve real social change.


 

 

Recherche