Mauritanie

Mauritanie: Le contrôle de la rougeole progresse

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mauritania/2008
Le Premier Ministre lance la campagne de vaccination

NOUAKCHOTT, Mauritanie, 31 janvier 2008 - Mariem, 18 mois, s’apprête à recevoir avec insouciance le vaccin de la rougeole dans ce centre de santé qui a vu une forte affluence depuis le petit matin. Une contorsion involontaire, sitôt calmée par l’élan d’affection de sa mère, parcourt son corps frêle dès l’inoculation qui lui procure une immunité à vie contre une maladie qui a déjà tué tant de ses pairs.

Mariem fait partie des 474 500 enfants mauritaniens âgés de 9 mois à 5 ans ciblés cette semaine par la campagne de suivi de la rougeole qui vise à traquer la maladie dans ses derniers retranchements.

Sa mère, à l’instar de milliers d’autres, s’est activée dès l’aube pour gagner le centre de vaccination  après avoir entendu à la radio et vu sur son téléphone portable les messages d’une campagne d’information tous azimuts : « c’est indispensable pour moi de vacciner mes enfants contre la rougeole et ce qu’elle entraîne souvent, les souffrances, les handicaps, voire la mort. Une autre maman, Houlèye, amène le petit Omar, 19 mois, au centre de santé de Sebkha, en banlieue de Nouakchott. Elle cite le proverbe « la santé c’est l’aîné de la richesse » avant de préciser : « je voudrais par la vaccination éviter à mes enfants la mort, la surdité, la cécité qui sont le lot inéluctable de la rougeole ».

Cette campagne doit sa parfaite organisation et la forte mobilisation qu’elle suscite au plaidoyer mené par l’UNICEF et l’OMS, à la suite duquel les autorités mauritaniennes se sont engagées au plus haut niveau à consolider des acquis spectaculaires : seulement 11 cas de rougeole rapportés en 2007 par les structures de santé, contre plus de 5 500 trois ans auparavant.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Mauritania/2008
Mariem, 18 mois reçoit le vaccin anti rougeoleux au centre de Sebkha

Au début de la décennie, la rougeole nourrissait les pires angoisses chez les parents. Grâce à une campagne de grande envergure menée à cette époque, plus de 1 million d’enfants âgés de 9 mois à 15 ans - c’est à dire 42% de la population - avaient été vaccinés contre la maladie qui, depuis lors, subit une courbe descendante et que l’on espère contrôler, voire éliminer. C’est pourquoi, la campagne se déroule sous les auspices du Président de la République et avec l’appui efficace du Premier Ministre, présent à la cérémonie à laquelle ont pris part des membres du gouvernement et les représentants de l’UNICEF et de l’OMS.

Cinq jours durant, 1 450 vaccinateurs regroupés dans 570 équipes sous la supervision de 238 personnes sillonneront l’ensemble du pays dans le cadre de cette campagne de suivi qui constitue, aux côtés du renforcement de la vaccination de routine et la surveillance épidémiologique, l’un des maillons essentiels du processus de consolidation engagé par le gouvernement. Celui-ci a mobilisé, pour la présente campagne, un montant global de 423 000 dollars dont plus de la moitié fournis par l’UNICEF en sus d’un appui technique substantiel en matière de gestion et de mobilisation sociale.

Pour le Représentant de l’UNICEF Christian Skoog, « la rougeole est une cause majeure de la mortalité infantile et infanto juvénile qui est facile à éliminer vu l’efficacité du vaccin et la modicité de son coût. Si on voit la diminution spectaculaire du nombre de cas - de milliers en 2004 à quelques dizaines en 2007 - nous ne pouvons que nous réjouir et continuer à travailler d’arrache-pied pour consolider les acquis ».   

Le coordonnateur national du Programme élargi de vaccination a déclaré quant à lui : « cette campagne s’inscrit dans le cadre de la politique gouvernementale de lutte contre la mortalité infantile en harmonie avec les Objectifs du Millénaire pour le développement. La qualité de notre partenariat avec l’UNICEF a été décisive dans sa réussite ».

Des centaines de milliers d’enfants mauritaniens comme Mariem et Omar grandiront sans jamais craindre une maladie naguère mortelle et invalidante et connaîtront - chemin faisant - un développement harmonieux.


 

 

Recherche