Maldives

Aux Maldives, l'UNICEF appuie les efforts du gouvernement pour lutter contre la malnutrition

Par Rajat Madhok

MAAFUSHI, Maldives, 17 mai 2012 – Fathimath Nafsa emmène son fils Ismail Nashiu, deux ans, au dispensaire local de l'île de Maafushi pour un contrôle médical. Les médecins veulent surveiller sa croissance parce qu'il souffre de malnutrition et est atteint d'insuffisance pondérale. Sa mère craint qu'Ismail ne puisse pas atteindre sa taille potentielle.

VIDÉO (en anglais) : le reportage du correspondant de l'UNICEF Rajat Madhok sur la malnutrition chez les enfants des Maldives et les efforts menés pour améliorer la nutrition des enfants.

 

Elle et son mari passent des heures à essayer de le nourrir mais il devient souvent irritable et refuse la nourriture. « Il reste de mauvaise humeur et ne mange pas assez. En plus, il ne joue pas souvent avec les autres enfants et nous nous inquiétons pour sa croissance », dit Fathimath Nafsa.

La malnutrition est fréquente parmi les enfants

Comme de nombreux autres enfants du pays, Ismail souffre de sous-alimentation et est donc atteint d’un retard de croissance.

Bien que le pays ait déjà réalisé cinq des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMG), dont celui de la réduction du nombre de personnes souffrant de la faim, près de 17 pour cent de ses enfants restent atteints d'insuffisance pondérale et 19 pour cent souffrent de retard de croissance ou possèdent un faible rapport taille/ âge.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Une mère et son enfant entrent dans un dispensaire de Maafushi, aux Maldives.

Contribuant au problème est le fait que peu d'enfants sont exclusivement allaités au sein. Bien que l'UNICEF et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommandent l'allaitement exclusif au sein pendant six mois, des enquêtes indiquent que moins de la moitié des enfants sont exclusivement allaités au sein aussi longtemps. La durée moyenne de l'allaitement exclusif au sein est de moins de deux mois et demi.

Alimenter avec d'autres types de lait les nourrissons de moins de six mois est ici une pratique courante. Une enquête sur les micronutriments effectuée en 2007 avait montré que 81 pour cent des enfants avaient reçu d'autres liquides avant l'âge de six mois. Ces pratiques peuvent affecter le développement mental et physique des enfants.

En outre, l'absence d'un régime approprié a pour conséquence que plus d'un quart des enfants des Maldives âgés de six mois à cinq ans sont anémiques et que près de 60 pour cent des enfants sont atteints d'une carence en fer.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans un dispensaire de Maafushi, aux Maldives, des patients attendent d'être reçus.

Collaboration avec le gouvernement

L'UNICEF appuie les efforts menés par le gouvernement pour réduire le nombre d'enfants malnutris comme Ismail.

Selon Zeba Bukhari, la représentante de l'UNICEF aux Maldives, la question exige une attention immédiate. « La sous-alimentation est pour nous une chose très préoccupante et nous aidons le gouvernement à élaborer un plan national de nutrition sur cinq ans », dit-elle. « Nous épaulons aussi le gouvernement dans l'aide qu'il apporte à la population pour changer sa conception de la santé des enfants et des régimes alimentaires nutritifs. Nous surveillons également de près les résultats de ces opérations dans l'espoir que les cinq prochaines années permettront de remédier à ce problème de façon significative ».

Retour sur l'île de Maafushi où Fathimath Nafsa prépare une pâte maison avec des épices locaux qui aideront Ismail à grandir. Le père d'Ismail l'emmène pour une promenade le long de la plage,  dans le but de distraire. Pourtant, Ismail a toujours du mal à trouver son appétit.


 

 

Recherche