Malaisie

La Malaisie s’efforce de briser le cycle de la transmission du VIH de la mère à l’enfant

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2007/Malaysia/Steve Nettleton
Des enfants malais finissent leurs devoirs de l’école dans un foyer spécialisé pour enfants affectés par le VIH et le SIDA.

Par Steve Nettleton

KUALA LUMPUR, Malaisie, 22 mars 2007 – Puteri, 12 ans, se saisit d’un gros comprimé orange et le place dans sa bouche. Il lui faut deux gorgées d’eau pour l’avaler. Elle fait une grimace en regardant les trois autres pilules de couleur et forme différentes qu’il y a encore dans la soucoupe qu’elle tient à la main.

Prendre ses médicaments, ce n’est pas ce qu’elle préfère mais Puteri (ce n’est pas son vrai nom) sait qu’elle en a besoin pour sa santé. Elle a hâte de pouvoir oublier ces pilules et de devenir une pré-ado en pleine santé.

« Je rêve d’être un jour complètement guérie », dit-elle.

Femmes et enfants menacés

Puteri est née avec le VIH. Ses deux parents sont morts de maladies liées au SIDA alors qu’elle était encore très jeune. Elle a vécu avec sa grand-mère dans l’état de Kedah, au nord du pays, jusqu’en décembre 2006, lorsque la détérioration de sa santé a obligé sa grand-mère, qui s’occupait en plus des deux sœurs adolescentes de Puteri, à la confier à un établissement spécialisé.

Elle est venue à Kuala Lumpur dans un foyer spécial pour enfants affectés par le VIH et le SIDA. L’adaptation a été difficile.

« Quelquefois, j’ai peur et je suis anxieuse. Je ne sais pas pourquoi, dit  Puteri, quelquefois, je me sens triste, ma famille me manque ».

Education et ARV préviennent la transmission

Comme Puteri, la plupart des 14 garçons et filles du foyer ont perdu un parent, ou les deux, à cause du VIH/SIDA. Certains ont été abandonnés. Tous ont souffert d’une manière ou d’une autre de la maladie.

D’après les estimations officielles, 1 000 enfants au moins ont été infectés par le VIH en Malaisie et les associations spécialisées dans la question pensent qu’il y des centaines d’enfants de plus qui sont séropositifs mais qui n’ont pas été testés. Conséquence, davantage d’enfants naissent avec le VIH.

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2007/Malaysia/Steve Nettleton
Une mère séropositive au VIH avec sa fille de neuf mois, dont les tests sont pour l’instant négatifs, grâce à l’appui médical dont elle bénéficie.

Cet engrenage peut et doit être brisé.

La Malaisie a redoublé d’efforts pour prévenir les infections de la mère à l’enfant. Dans le cadre d’un programme du Ministère de la santé, les femmes enceintes qui visitent les cliniques du gouvernement sont testées pour le VIH et l’on offre à celles qui sont séropositives au VIH un suivi psychosocial après le test et un traitement antirétroviral (ARV) tout au long de leur grossesse.

Les femmes qui participent au programme reçoivent gratuitement des ARV pendant toute leur vie. Leurs bébés bénéficient aussi du traitement et sont régulièrement testés.

« Des médicaments pour sauver mon bébé »

Siti (ce n’est pas son vrai nom), une mère de cinq enfants de l’île de Langkawi, espère que le programme a protégé ses enfants du virus. Infectée par son mari, qui est décédé en janvier, Siti n’a appris qu’elle était séropositive qu’une fois qu’elle était enceinte de son quatrième enfant, qui a maintenant cinq ans.

« Quand j’ai appris que j’étais séropositive et enceinte, j’ai perdu tout espoir, j’avais peur de transmettre le virus à mon bébé », dit-elle. « Mais l’équipe médicale m’a expliqué qu’ils allaient me donner des médicaments pour sauver mon bébé/ Ce n’est qu’après ça que j’ai commencé d’être plus heureuse, quand on m’a dit qu’on pouvait prévenir l’infection de mon bébé alors qu’il n’était pas encore né ».

Grâce au traitement, le bébé de Siti est né sans le virus. Quatre ans après, elle est à nouveau tombée enceinte de sa fille la plus jeune. La fillette, qui a maintenant neuf mois, est également séronégative mais ce n’est qu’une fois qu’elle aura eu deux ans que les médecins pourront être sûrs qu’elle n’a pas été infectée.

En facilitant aux femmes comme Siti l’accès au traitement, l’UNICEF et le Gouvernement malais espèrent que de moins en moins d’enfants seront obligés de grandir dans des foyers spécialisés, leur enfance gâchée par la maladie et l’ostracisme de la société.


 

 

Vidéo (en anglais)

Mars 2007:
Le correspondant de l’UNICEF Steve Nettleton présente les efforts déployés en Malaisie pour prévenir la propagation de la transmission du VIH de la mère à l’enfant.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche