Malawi

Un service de messages SMS accélère la collecte et l’information en retour des données au Malawi

Image de l'UNICEF
© UNICEF Malawi/2008
Les agents sanitaires mesurent le tour de bras de Brenda Jumbe, une fillette de 3 ans, au dispensaire de Chiwamba dans les faubourgs de Lilongwe. RapidSMS permet de transmettre cette information rapidement du dispensaire au ministère de la Santé pour analyse et information en retour.

Par Stanley Chitekwe et Victor Chinyama

LILONGWE, Malawi, 5 janvier 2010 – Le service de messagerie SMS s’avère être un allié de taille dans la lutte contre la malnutrition et pour l’amélioration de la vie des enfants au Malawi.

Depuis janvier 2009, l’UNICEF - en coopération avec l’Université de Columbia – soutient le Gouvernement du Malawi dans la mise en œuvre du système RapidSMS pour le contrôle de la nutrition sur trois différents sites – les districts de Dedza, Salima et Kasungu.

Le projet a comme objectif de réduire la durée nécessaire pour collecter les données dans les dispensaires, et les transmettre aux niveaux sanitaires du district et national. Il est également conçu pour améliorer le partage des données, afin de permettre leur validation immédiate, et de rendre les nutritionnistes mieux à même de fournir un retour en temps réel aux agents sanitaires sur les besoins thérapeutiques de chaque enfant.

Gagner du temps et sauver des vies

David Banda est un agent d’informations sanitaires qui – grâce au projet – utilise désormais son téléphone portable afin d’enregistrer et transmettre l’information sur la nutrition pour les 70 enfants (voire plus, quelquefois) âgés de moins de cinq ans qu’il suit tous les mois.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Malawi/2008
Les assistants de contrôle sanitaire trouvent le système RapidSMS plus facile à utiliser et plus efficace pour la transmission des informations sur la nutrition.

« Je n’ai pas d’autre moyen pour envoyer les informations, » dit-il. « Nous n’avons pas de fax dans ce village isolé. »

Avant le lancement du système RapidSMS, M. Banda devait parcourir 30 kilomètres en vélo tous les mois pour apporter les questionnaires remplis au bureau sanitaire du district, et il ne recevait rien en retour. Au cours de ses 20 ans de carrière, il n’a jamais imaginé qu’il allait un jour appuyer sur un bouton pour transmettre des données.

Lorsque son dispensaire a été sélectionné pour faire partie du projet pilote sur le système RapidSMS, M. Banda et les autres assistants de contrôle sanitaire ont été formés sur place pendant environ trois heures à l’enregistrement et à l’envoi des informations. On leur a donné une affiche et une carte contenant des consignes faciles à consulter rapidement.

Une information améliorée sur la nutrition

Les téléphones portables utilisés par M. Banda et ses collègues sont reliés à un ordinateur au niveau national. À l’aide d’un logiciel en accès libre, l’ordinateur est programmé pour effectuer des analyses de données simples et réaliser des courbes, et il est en mesure d’envoyer des réponses sur l’état nutritionnel de chaque enfant par message SMS.

Un rapport de l’Université de Columbia a trouvé les résultats préliminaires de l’étude très encourageants. Le système RapidSMS a amélioré l’information sur la nutrition, tout en réduisant les erreurs, qui sont désormais à un niveau inférieur à trois pour cent.

« Le Malawi est décidé à étendre le programme RapidSMS à tous les districts afin de relever le défi de la malnutrition, » dit le Dr Mary Shawa,  Secrétaire principale chargée de la nutrition au Bureau du Président.

En ce qui concerne M. Banda et ses collègues, ils sont ravis lorsqu’ils reçoivent un retour et peuvent donc adresser des enfants à des centres spécialisés dans l’alimentation en cas de besoin.


 

 

Recherche