Malawi

Le journal numérique de Jane : regard sur les droits des filles au Malawi

Image de l'UNICEF: Malawi, Digital Diary
© UNICEF/2007/Markisz
Jane Kachitenji, 20 ans, chez elle à Lilongwe, Malawi.

Par Blue Chevigny

NEW YORK, Etats-Unis, 31 juillet 2007 – C’est avec passion que Jane Kachitenji défend les droits des filles – à l’éducation, à la sécurité et à des possibilités égales à celles des garçons. Elle est très active au sein de la Kaufulu Girls Foundation, un club de filles dans sa communauté à Lilongwe, la capitale du Malawi.

Récemment, elle a commencé à interviewer des jeunes qui s’engagent pour promouvoir les droits des filles et de la jeunesse dans le cadre de Journaux numériques diffusés par la Voix des jeunes (la communauté en ligne de l’UNICEF pour les jeunes) et par Radio UNICEF.

Jane, 20 ans, a reçu du matériel radio et a suivi une formation au siège de l’UNICEF à New York au mois de mars, alors qu’elle assistait à la 51e session de la Commission des Nations Unies sur le statut de la femme.

Dans sa première édition, elle s’entretient avec une fille contrainte à un mariage précoce et qui a été contaminée par son mari séropositif. Elle parle aussi avec la présidente de son club de filles, avec un conseiller pour les pairs qui donne des informations sur le VIH et avec un agent de police spécialisé dans la protection de l’enfant, en mettant l’accent sur la sécurité des filles.

Les risques du mariage précoce

« C’était un matin, très tôt, alors que je me préparais à aller à l’école », dit Chisomo, la jeune fille qui parle avec Jane de son mariage précoce. Elle se rappelle que son père est venu frapper à sa porte ce matin-là, et lui a dit qu’elle ne pouvait plus aller à l’école « parce que tu ne peux apporter aucune contribution au monde, et que je pense que tu dois te marier. »

Chisomo poursuit : « Une semaine après, j’étais mariée à un homme. Je ne connaissais pas son statut. Quelques années après, j’ai eu une petite fille, et deux ans après, j’ai été diagnostiquée séropositive, ainsi que mon bébé. Si j’avais la chance de retourner à l’école, je saisirais cette chance à deux mains. »

Cette histoire n’est que trop familière, remarque Jane, car dans les villages du Malawi comme partout dans le monde, les filles sont contraintes à des mariages précoces, ce qui peut comporter de nombreux risques pour leur santé. Elle félicite Chisomo, qui joue un rôle actif au sein du club de filles de son village, des efforts surhumains qu’elle fait pour améliorer sa situation.

Image de l'UNICEF: Malawi, Digital Diary
© UNICEF/2007/Markisz
Jane faisait partie du groupe de jeunes femmes exemplaires qui ont assisté à la 51e session de la Commission des Nations Unies sur le statut de la femme en mars 2007.
Des alternatives pour les filles et les garçons

L’interview de Jane avec Patricia, la présidente de la Kaufulu Girls Foundation, montre comment le club vient en aide à des filles comme Chisomo. « L’objectif est que le club encourage les filles à obtenir des informations de base sur le VIH/SIDA, à participer à des activités de développement et leur permette d’acquérir des compétences professionnelles », explique Patricia.

De son côté, le conseiller pour les pairs Hosen Kadzabwanji dit à Jane que son travail consiste à offrir aux filles et aux garçons des alternatives au travail et à la prostitution des enfants. « Nous essayons de persuader les enfants de donner la priorité à leur éducation », dit-il.

« Comment les jeunes réagissent-ils à ce que vous leur enseignez ? », demande Jane.

« Nous avons constaté une diminution du nombre de jeunes prostitués dans les statistiques de 2006. Ces enfants retournent à l’école en masse », répond-il.

Une formation à la protection de l’enfant

Lorsque Jane s’entretient avec Malango Mwasinga, chargé de la protection de l’enfant au commissariat de police de Lilongwe, ce dernier décrit l’approche novatrice qu’il adopte dans son travail.

« Tout a commencé avec l’UNICEF », dit-il. « L’UNICEF a recruté des agents de police dans tout le pays pour s’occuper spécifiquement de la protection de l’enfant. Nous avons suivi une formation de deux semaines. Nous traitons des affaires de viol, d’abandon d’enfants et d’abandon du foyer ».

« Qu’avez-vous fait pour informer ces communautés que vos services étaient disponibles ? », demande Jane.

« Nous sensibilisons les communautés aux questions de la protection de l’enfant, aux effets de la maltraitance, et ainsi de suite », dit-il. « Des plans ont été mis en œuvre pour atteindre toutes les communautés du pays d’ici à la fin de l’année. »

Dans les interviews, la détermination enthousiaste de Jane à comprendre son univers – et à tenir ses auditeurs informés des questions qui concernent les filles au Malawi – est palpable. Dans les prochains mois, elle prévoit de s’entretenir avec encore plus de jeunes au sujet de leur vie et de partager avec les auditeurs de Radio UNICEF ses propres projets d’avenir.


 

 

Audio (en anglais)

30 juillet 2007 :
Jane Kachitenji, 20 ans, qui anime un journal numérique sur Radio UNICEF et sur le site de la Voix des jeunes, décrit les progrès en faveur des droits des filles à Lilongwe, Malawi.

AUDIO écouter

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.

La voix des jeunes

Radio UNICEF

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche