Malawi

Lors de la Journée africaine du paludisme 2006, on associe prévention et traitement

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
La Journée africaine du paludisme est observée chaque année pour faire mieux connaître le premier tueur d’enfants en Afrique. Ci-dessus, des femmes reçoivent des moustiquaires imprégnées d'insecticide pour protéger leurs familles.

Par Gabriel Kamlomo

LILONGWE, Malawi, 24 avril 2006 –  À peine âgée d’un an, Chisomo Mavuwa a déjà été frappée trois fois par une crise de paludisme. Mais lors de la dernière consultation dans le dispensaire local où sa mère Christina l’a amenée, il s’est passé quelque chose de nouveau. Non seulement Chisomo a pu être soignée, mais on a donné à Christina une moustiquaire traitée à l’insecticide, conçue pour protéger directement l’enfant des moustiques qui transmettent la maladie.

Chaque jour, au Malawi, le paludisme cause la mort de plus de 110 personnes –  dont près de la moitié ont moins de 18 ans. Dans toute l’Afrique, 3 000 enfants meurent chaque jour de cette maladie évitable. À présent, l’UNICEF travaille ici avec une organisation non gouvernementale locale pour fournir gratuitement aux familles des moustiquaires et contribuer ainsi à empêcher leurs enfants de venir grossir ces statistiques affligeantes.

« Je suis vraiment reconnaissante pour cette moustiquaire. Les choses vont peut-être changer maintenant », dit Christina, qui a chez elle cinq autres enfants. « Parfois, on dirait une épidémie. Un enfant est guéri, un autre fait une crise de paludisme. C’est triste ».

Un effort accru au niveau du traitement 

Au Malawi et dans de nombreux autres pays africains, le paludisme constitue l’une des causes les plus fréquentes de consultation ambulatoire, d’hospitalisation et de décès. En fait, six ans après la première Journée africaine du paludisme, qui a eu lieu le 25 avril 2000, cette maladie reste encore celle qui tue le plus d’enfants en Afrique. On recense quatre-vingt-dix pour cent des cas de paludisme dans l’Afrique subsaharienne.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ00-0159/Pirozzi
Une famille dans le village de Chowke, au Mozambique, est assise sur un lit avec une moustiquaire en arrière plan.

Même lorsque la maladie n’a pas d’issue fatale, elle entraîne de graves conséquences socioéconomiques. Lorsque les crises de paludisme sont fréquentes, les familles ont moins de temps pour produire l’alimentation nécessaire à la croissance d’enfants forts et en bonne santé.

Pour la Journée africaine du paludisme de cette année, l’UNICEF et d’autres partenaires réunis dans Faire reculer le paludisme – un partenariat mondial qui a démarré en 1998 – appellent à un effort accru pour que les traitements du paludisme par des associations médicamenteuses soient largement accessibles aux malades dans plus de 30 pays africains. En outre, l’UNICEF continue d’axer ses efforts sur la prévention du paludisme, principalement par la distribution de moustiquaires.

Une distribution d’une importance cruciale

Au Malawi, l’UNICEF soutient le combat du gouvernement contre le paludisme en distribuant des moustiquaires traitées dans des dispensaires donnant des soins à la mère et à l’enfant. Depuis 2002, un total de 3,8 millions de moustiquaires ont ainsi été distribuées dans ce pays où sévit le paludisme.

Néanmoins, le pourcentage de familles protégées par des moustiquaires reste faible. Le coût de production, de traitement et de distribution d’une moustiquaire se situe entre 5 et 15 dollars des E.-U. – mais un prix de 40 cents pour une mère ayant un enfant de moins de cinq ans et de 80 cents dans les autres cas, obtenu grâce à une subvention du gouvernement, est encore bien trop élevé pour la plupart des habitants.

Au Malawi, le revenu moyen d’une famille de six enfants se situe aux alentours d’1 dollar E.-U. par jour. Aussi les efforts déployés par l’UNICEF pour procurer gratuitement des moustiquaires traitées à l’insecticide sont-ils d’une importance cruciale.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0829/Delvigne-Jean
Des femmes et leurs enfants font la queue pour s’inscrire pendant la Campagne nationale intégrée de vaccination au Togo, qui incluse la distribution de moustiquaires pour aider à prévenir le paludisme.

Dormir en toute sécurité

L’engagement de l’UNICEF dans la prévention du paludisme va au-delà de l’acquisition et de la distribution de moustiquaires. Le partenariat Faire reculer le paludisme a eu recours à de grandes vedettes du monde musical africain et à des experts internationaux dans le domaine de la santé publique pour faire mieux connaître les initiatives visant à maîtriser le paludisme.

D’autres actions clés, comme le drainage des terres marécageuses et le défrichement des hautes herbes entourant les villages, sont également encouragées avec l’appui de médecins, d’organisations religieuses et d’autres réseaux locaux.

« Le paludisme est responsable d’environ deux fois plus de décès chez les jeunes enfants que la pandémie du VIH/SIDA », rappelle le responsable du dispensaire local, Isaac Msambira. « C’est vraiment malheureux, d’autant plus qu’une simple moustiquaire est l’une des solutions du problème ».

Bien que le manque de ressources reste un défi de taille, grâce aux efforts de l’UNICEF dans la lutte contre le paludisme, il y aura davantage de mères comme Christina qui survivront pour s’occuper de leur famille, tandis que des bébés comme Chisomo dormiront paisiblement et en toute sécurité sous leur moustiquaire.

Tim Ledwith, depuis New York, a participé à cet article.


 

 

Vidéo (en français)

24 avril 2006:
En préparation de la Journée africaine contre le paludisme, le chanteur lauréat d'un Grammy Award Youssou N'Dour parle des moyens d'arrêter la propagation de cette maladie évitable et curable.

bas | haut débit
(Real player)

Vidéo (en anglais)

24 avril 2006:
Le Directeur adjoint de la Division des approvisionnements de l'UNICEF, Stephen Jarrett, parle de l'importance de la Journée africaine contre le paludisme et du statut des efforts pour faire reculer le paludisme.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche