Madagascar

À Madagascar, Katy Perry constate des progrès pour les enfants dans l’éducation, la nutrition, l’assainissement et l’hygiène

Par Eva Gilliam

ANTANANARIVO, Madagascar, 8 avril 2013 - Dans une pièce mal éclairée, au cœur d’un bidonville, la chanteuse et auteur américaine Katy Perry écoute une jeune femme lui expliquer timidement sa situation.

« Il me disait qu’il m’aimait et qu’il voulait être avec moi, » explique Mariana, 17 ans, « mais quand je suis tombée enceinte, tout a changé. »

© UNICEF VIDEO
(Vidéo en anglais) Le reportage de l’UNICEF sur le récent voyage à Madagascar de la chanteuse Katy Perry partie visiter les sites de programmes de l’UNICEF.  Regarder dans RealPlayer

 

Un centre de protection de l’enfance apporte une aide

Katy Perry a passé des heures au centre de protection de l’enfance d’Ilaiko, appuyé par l’UNICEF, à s’entretenir avec un groupe de femmes et leurs enfants - la plupart ayant subi des mauvais traitements ou ayant été abandonnés ou s’étant retrouvés livrés à eux-mêmes et ayant des difficultés à joindre les deux bouts.

Le centre offre une aide juridique et sociale ainsi qu’une formation professionnelle de base de façon à ce qu’une jeune femme comme Mariana puisse trouver un travail pour subvenir à ses besoins et à ceux de son bébé.

« Ce qui me frappe le plus, c’est l’universalité de ces problèmes de fond, » a dit Katy Perry. « Que ce soit à Madagascar ou aux USA, tant de femmes font la même expérience. Mais ici, visiblement, il peut être difficile d’obtenir un soutien. C’est pourquoi il est extraordinaire que des centres comme celui-ci soient en place pour les aider. »

L’UNICEF appuie des opérations le domaine de la protection de l’enfance dans tout le pays en collaborant avec les autorités nationales et les services médicaux, juridiques et psychologiques

Récréation pour Katy Perry et les enfants

Madagascar a une population de plus de 20 millions de personnes dont 68% sont considérés comme vivant dans la pauvreté.

Au cours de sa visite de quatre jours dans cet Etat insulaire tropical, Katy Perry s’est entretenue avec des centaines d’enfants malgaches, d’enseignants, d’agents sanitaires locaux et de travailleurs sociaux du gouvernement sur des sites où se déroulent des programmes de l’UNICEF, parlant de leurs difficultés, de leurs besoins et de leurs succès.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0168/Holt
Le 5 avril, Katy Perry qui, par son action, soutient l’UNICEF, pompe de l’eau dans une école primaire, dans le village d’Ampihaonana, dans la région d’Analanjirofo. À Madagascar, accéder à de l’eau propre et salubre représente une des plus grandes difficultés.

À l’école Sahavola, à Analanjirofo, sur la côte orientale, plus de 50 enfants âgés de 3 à 6 ans ont accueilli la chanteuse avec une chanson.

« On remue le haut du corps ! On remue le bas ! On danse sur ce côté et on danse sur ce côté ! »

Après la chanson, les enfants et Katy Perry se sont mis à travailler sur quelque chose de sérieux – avec des crayons de couleur et du papier cartonné.

Katy Perry a fait des commentaires sur leurs dessins en utilisant quelques-uns des mots de malgache qu’elle a appris : « Tara – C’est magnifique ! Tara ! » 


Progrès dans l’éducation, l’hygiène et l’assainissement

Madagascar a pris d’importantes mesures pour atteindre ses objectifs d’éducation primaire pour tous d’ici 2015 mais des difficultés subsistent. Des sites de programme comme celui qu’a visité Katy Perry à Sahavola sont indispensables pour créer une culture d’éducation.

Les enfants d’âge préscolaire sont également encouragés à adopter une bonne hygiène personnelle. Pour encourager une bonne hygiène personnelle et un bon assainissement, l’UNICEF a bâti des latrines et des lavabos dans l’école.

« J’veux me laver les mains aussi ! » a dit Katy Perry aux enfants puis a patiemment attendu son tour pendant que chaque enfant se savonnait les mains et se les rinçait sous les robinets situés juste à l’extérieur de la salle de classe.

Accéder à l’eau propre et salubre est un des plus grosses difficultés à Madagascar. Dans les zones rurales, seulement 34% des familles ont accès à des sources améliorées d’eau potable et seulement 12% disposent d’installations sanitaires améliorées. La défécation à l’air libre  est une pratique courante.  Les problèmes de santé qui en résultent sont considérés comme responsables de la diminution spectaculaire des taux de rétention scolaire dans les écoles malgaches.   

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0170/Holt
Le 6 avril, Katy Perry s’entretient avec deux jumelles et leur mère au cours d’une visite dans un centre de nutrition du village d’ Androranga Vola village, dans la région d’Analanjirofo. Géré par un agent sanitaire local, le centre détecte la malnutrition chez les enfants et travaille de concert avec les mères pour améliorer les apports nutritionnels.

« On est vraiment encouragé à se laver les mains quand on sait que, juste après, c’est l’heure du casse-croûte, » a dit Katy Perry en faisant un clin d’œil.

Des écoles qui résistent au mauvais temps

Katy Perry a effectué à Ampihaonana une visite dans une école primaire qui a été reconstruite par l’UNICEF après sa destruction par un cyclone, en 2011.

En 2012, l’UNICEF a bâti 240 salles de classes primaires et maternelles avec des latrines attenantes. Plus de 40% de ces constructions ont utilisé des briques en terre crue compressée à emboîtement qui ne nécessitent pas de mortier plutôt que les traditionnelles briques cuites au bois qui exigent d’abattre des arbres. Outre la réduction de l’impact sur l’environnement, ce type de construction est conçu pour supporter  certaines des pires conditions météo.  

« Chez nous, nous considérons souvent notre éducation scolaire comme allant de soi, » a expliqué Katy Perry. «  Tout au moins c’était mon cas jusqu’à ce que je vienne ici et puisse voir combien tous ces enfants apprécient de pouvoir aller à l’école parce que, ici, tous les enfants ne peuvent pas le faire. »

« Beaucoup d’entre eux doivent quitter l’école quand ils sont jeunes pour aider leur famille ou bien ils ne vont pas à l’école pour d’autres raisons, » a-t-elle poursuivi. « Ceux qui ont la possibilité d’y aller doivent faire trois quarts d’heure de marche pour y arriver en quittant leur domicile à 6 h du matin ! Ici, en haut de cette colline, je peux vraiment voir que l’UNICEF va au bout des choses.»

Lutte contre la malnutrition chronique

Dans le village d’ Androranga Vola, à l’intérieur du dispensaire local - grand de sept mètres carrés – pend une affiche parsemée de photos fixées à l’aide de Velcro représentant des aliments comme le riz, les épinards et la viande rouge. 
 
« Mettez aussi une photo d’oranges – ce jour-là, nous pourrions aussi manger des oranges » lance une des dix femmes assises sur une natte d’herbe. Ces femmes apprennent à combiner les aliments en vue de la meilleure nutrition possible pour elles et pour leurs enfants.

 Dans un pays ayant l’un des taux de malnutrition les plus élevés du monde chez les enfants de moins de cinq ans, cet apprentissage est essentiel.

« Dans le pays, un enfant sur deux souffre de malnutrition chronique, » explique Sara Bordas-Eddy, Coordonnatrice de programmes et Représentante adjointe de l’UNICEF à Madagascar. « La malnutrition chronique a pour conséquence le retard de croissance, un sous-développement du corps, et peut aussi avoir un effet sur le développement cognitif de l’enfant. »

Katy Perry a effectué une visite au dispensaire où elle a appris comment les enfants sont traités contre la malnutrition et comment les femmes sont sensibilisées à l’allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois de la vie du bébé. 

« J’ai appris les nouvelles façons dont ces femmes peuvent inclure des vitamines dans leur régime, » a-t-elle dit. « Et l’UNICEF fournit des suppléments pour renforcer le système immunitaire des enfants. »

« Dans ce village, les gens apprennent vraiment beaucoup de choses, » a-t-elle ajouté.

Soutien aux  victimes de mauvais traitements

Katy Perry a achevé sa visite par la rencontre d’enfants victimes de mauvais traitements qui reçoivent un soutien psychosocial grâce à un programme de protection sociale épaulé par l’UNICEF, suivi d’une visite au centre pour le jeunes de Tamatave où des adolescents avaient préparé des spectacles exceptionnels pour elle.

La journée s’est terminée par une notre positive avec une version malgache de l’ « electric slide » à laquelle s’est jointe Katy Perry.

« En moins d’une semaine à Madagascar, je me suis rendue de bidonvilles surpeuplés jusqu’aux  villages les plus isolés et mes yeux étaient grand-ouverts, » a dit Katy Perry. « Et j’ai aussi vécu la joie  authentique du peuple malgache. »


 

 

Recherche