Madagascar

Grâce à une aide psychosociale, les enfants de Madagascar se relèvent des violences du conflit politique

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Grâce à un appui psychosocial, des élèves de Madagascar parlent des effets du conflit, ce qui les aide à se rétablir.

Par Guy Hubbard

ANTANANARIVO, Madagascar, 2 décembre 2009 – L'île de Madagascar, dans l’océan Indien, est un pays en crise. Depuis l'agitation politique qui a commencé en janvier, le pays s’est retrouvé isolé et la pauvreté de ses habitants s’est encore aggravée.

VIDÉO : regarder maintenant

Au cours de plusieurs semaines d'émeutes et de violence, une centaine de personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont été blessées. L'impact sur le pays – et sur les jeunes en particulier - a été dévastateur.

Afin de mieux comprendre ce qu'ils ont vécu, l'UNICEF et ses partenaires ont mené une étude portant sur 12 800 jeunes et enfants de toute la capitale, Antananarivo. Les résultats indiquent que tous les enfants ont été touchés d'une manière ou d'une autre. Tous les jeunes interrogés ont été affectés par des actes de violence, qu’ils en aient subi directement, ou qu’ils en aient été les témoins ou qu’ils y aient eux-mêmes pris part. 

Aider à surmonter les traumatismes

Les élèves du Lycée Rabearivelo, une école secondaire dans le centre de la capitale, ont été particulièrement touchés. Des émeutes, des scènes de pillage et des fusillades ont eu lieu sous les fenêtres même de l’établissement. Les élèves ont observé des actes d’'extrême violence, ils ont vu des gens mourir et ils ont eu peur pour leur vie.

« J'ai vu des gens piller des magasins, et j'ai été moi-même victimes de bombes lacrymogènes et cela me brûlait les yeux, dit un garçon qui a demandé l’anonymat.  J'ai vu les forces de sécurité en train de tirer. Je me croyais dans un film. J'ai vu beaucoup, beaucoup de corps devant les magasins ... J'ai vu une femme enceinte qui avait été tuée et je n’arrive pas effacer cette image de mon esprit.»

L'UNICEF a travaillé d’arrache-pied pour aider les enfants à surmonter les effets des traumatismes émotionnel et psychologique subis, dans le cadre d’une initiative menée pour s'assurer que leurs droits soient protégés contre toute forme d'exploitation, en particulier la violence et les abus sexuels, comme le demande l'Article 36 de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Soutien psychosocial

L'UNICEF a travaillé d’arrache-pied pour aider les enfants à surmonter les effets des traumatismes émotionnel et psychologique subis, dans le cadre d’une initiative menée pour s'assurer que leurs droits soient protégés contre toute forme d'exploitation, en particulier la violence et les abus sexuels, comme le demande l'Article 36 de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Les secteurs de l’éducation et de la protection de l’enfant de l’UNICEF ont appuyé la formation de travailleurs sociaux et la mise en œuvre d'un soutien psychosocial aux écoles primaires et secondaires.

« L'objectif principal du soutien psychosocial est d'aider les élèves à exprimer leurs émotions, leurs sentiments et à les aider dans leurs devoirs scolaires. Les travailleurs sociaux offrent aussi des consultations particulières aux élèves qui ont été victimes de violences, » a déclaré Norotiana Jeannoda Randimbiarison, chef des travailleurs sociaux.

Mme Randimbiarison adapte ses séances à l'âge des élèves. Ils s'expriment à travers le dessin, l'écriture et le chant.

Des résultats surprenants

Selon Mme Randimbiarison, les résultats ont été étonnants: « Après le soutien psychosocial, nous avons demandé aux élèves d'évaluer [le programme]. Environ 90 pour cent d'entre eux ont estimé qu'il les  avait vraiment aidés. Beaucoup d'entre eux ont dit qu'ils sont maintenant beaucoup plus heureux et nous le voyons sur leur visage, dans leurs actions ».

Plus de 33 000 enfants de 60 écoles différentes à travers tout le pays ont été ainsi aidés, entre avril et août.

Des espaces « amis des enfants »  ont également été renforcés et développés dans toute la capitale, offrant aux enfants d'âge préscolaire un endroit sûr pour jouer et apprendre, loin de la volatilité des rues. Les enfants sont encadrés et reçoivent des jouets, des jeux et des instruments de musique.

Des interventions de ce type aident les enfants et la jeunesse de Madagascar à surmonter les traumatismes et à retrouver une vie normale.


 

 

Vidéo (en anglais)

Juillet 2009 : Guy Hubbard, correspondant de l’UNICEF, montre comment les enfants se relèvent du conflit à Madagascar
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche