Madagascar

Diriger en donnant l’exemple contribue à mettre le VIH/SIDA en échec à Madagascar

Image de l'UNICEF: Madagascar AIDS HIV
© UNICEF Video
Des femmes malgaches et leurs enfants attendent les résultats dans un centre local de dépistage du VIH. À Madagascar, les taux de prévalence du VIH sont parmi les plus faibles de l’Afrique subsaharienne.

Par Sarah Crowe

MAROAMBIHY, Madagascar, 2 novembre 2006 – Ici à Madagascar, les dirigeants politiques passent des tests publics de dépistage du VIH, il est facile de se procurer des préservatifs et des unités mobiles de dépistage sont envoyées dans les régions reculées du pays.

Mais rien de cela n’est fait pour réagir à des taux de VIH élevés. En fait, le pays a l’un des taux les plus bas de l’Afrique subsaharienne – et les malgaches apparaissent décidés à tenir le virus en échec.

Jusqu’à présent, l’isolement géographique et politique de Madagascar a permis de maintenir une faible prévalence du VIH, mais l’important essor économique qu’on a connu récemment, le développement du tourisme sexuel et de la prostitution constituent des motifs de préoccupation. Dans la perspective des élections du mois prochain, le Président Marc Ravalomanana a indiqué que la lutte contre le VIH/SIDA était une grande priorité pour son gouvernement.

« Il n’y a pas à avoir honte »

« Il faut donner l’exemple », a-t-il déclaré, en se référant à son propre test de dépistage du VIH, effectué publiquement. « C’est pourquoi j’ai soumis mon sang à un test, pour montrer aux gens que c’est l’élément clé ».

L’action du Président Ravalomanana a déclenché une campagne intensive auprès des autres dirigeants politiques pour qu’ils donnent l’exemple et pour faire en sorte que l’épidémie qui ravage d’autres pays de l’Afrique australe ne s’installe pas à Madagascar.

« Il est important de sensibiliser la population toute entière, et aussi de transmettre le message qu’il n’y a pas à avoir honte de passer un test de dépistage », a déclaré un dirigeant local, le Maire de Maroambihy, Savaka Ralison.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Le Président de Madagascar, Marc Ravalomanana, a passé publiquement un test de dépistage du VIH dans le cadre de la campagne de sensibilisation au SIDA.

Maintenir de faibles taux de VIH

À Madagascar, ces efforts semblent couronnés de succès. Il existe une forte sensibilisation à la maladie et l’usage du préservatif dans un but de prévention du VIH serait répandu, même dans les communautés les plus pauvres.

Récemment, dans la zone rurale isolée de Amboangibe Lokoho, un groupe de jeunes garçons sillonnaient les rues en soufflant dans des sifflets avant une manifestation de sensibilisation au SIDA appuyée par l’UNICEF. Après la cérémonie traditionnelle de salut du drapeau et quelques mots d’encouragement, les villageois ont participé à une séance, organisée en plein air et consacrée au VIH, comportant un soutien psychologique et un test de dépistage.

Toutefois, si on ne maintient pas le rythme de ces interventions, la population malgache va être exposée à une hausse brutale de prévalence du VIH. Dans certains pays voisins, on est parvenu à un taux 15 fois supérieur à celui de Madagascar.

« À Madagascar, le taux de prévalence du VIH/SIDA est inférieur à 1 pour cent et nous voulons le maintenir à ce niveau », a dit le Président Ravalomanana. « Si nous coopérons avec l’UNICEF, le Global Fund [afin de lutter contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme], la Banque mondiale et l’Union européenne, je suis certain que nous pourrons maintenir le taux à un faible niveau ».


 

 

Vidéo (en anglais)

20 octobre 2006:
Dans un entretien exclusif accordé à l’UNICEF, le Président Marc Ravalomanana parle du combat mené par Madagascar contre le VIH /SIDA.
 VIDEO  haut | bas

20 octobre 2006:
La correspondante de l’UNICEF, Sarah Crowe, décrit les programmes de prévention contre le SIDA à Madagascar.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

20 October 2006:
Sarah Crowe, chargée de la communication à l’UNICEF, parle avec le Président Marc Ravalomanana du maintien de faibles taux de prévalence du VIH.
AUDIO Ecoutez

Recherche