Libéria

Les mères du Libéria sont incitées à pratiquer l’allaitement maternel exclusif

Image de l'UNICEF: Mother and child at World Breastfeeding Week in Liberia
© UNICEF Liberia/2005
Une mère et son enfant au lancement de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel au Liberia

En complément du lancement de 'Progrès pour les enfants No.4: un bilan de la nutrition', l'UNICEF publie une série d'articles décrivant des succès visant à lutter contre certaines des très nombreuses menaces au statut nutritionnel des enfants.

ZORZOR, Libéria, juin 2006 – « Yorr, yorr », a crié en Kpelle, sa langue maternelle, Henrietta Howard, de l’UNICEF. Il s’agit des mots traditionnellement employés pour attirer l’attention de l’auditoire. Aussitôt, plus de 200 femmes – un bon nombre d’entre elles tenant leur enfant dans leurs bras – sont effectivement devenues attentives et elles ont répondu en écho « Yorr, yorr! », et c’est ainsi qu’a été lancé au Libéria la Semaine mondiale de l’allaitement maternel pendant l’été 2005.

Cela s’est passé à Zorzor, un village rural du comté de Lofa, à six heures de route de Monrovia. Situé à la frontière de la Guinée et de la Sierra Leone, Zorzor a été le théâtre de combats qui en ont fait une terre brûlée entre 1989 et 2003.

Pendant les 90 minutes qui ont suivi, des orateurs, depuis le chef suprême de Zorzor jusqu’à la Représentante de l’UNICEF au Libéria, des représentants du gouvernement, des musiciens, des danseurs, des étudiants, des mères et des acteurs de groupe théâtral communautaire ont prêté leur concours à l’événement. Leur message était clair : allaiter exclusivement au sein pendant les six premiers mois suivant la naissance puis poursuivre l’allaitement maternel tout en offrant un complément nutritif adapté et sans danger pendant au moins deux ans.

« Un enfant nourri au sein est un enfant heureux »

Au cours de son exposé, la Représentante de l’UNICEF au Libéria, Angela Kearney, a expliqué que « l’allaitement maternel exclusif est, dans le domaine de la prévention, le principal facteur de survie de l’enfant ; il est susceptible de sauver chaque année la vie d’au moins 1,3 million d’enfants  ».

« C’est la première fois que la Semaine mondiale de l’allaitement maternel au Libéria s’est tenue en dehors de Monrovia, et il est extrêmement important d’aller porter dans les zones rurales le message d’un allaitement exclusivement au sein pendant six mois et d’un allaitement maternel de complément pendant au moins deux ans », a déclaré le Dr. Barh, Chef du département médical et Ministre adjoint de la santé et de la protection sociale du Libéria. « Il s’agit d’un cadeau qui n’a pas de prix puisque la mère qui commence aujourd’hui à allaiter exclusivement peut être en train d’élever un fils ou une fille susceptible d’être le prochain président du Libéria ».”

Esther Korvea, 30 ans, portant dans ses bras Korto, sa fille de deux ans, se tenait près d’un panneau sur lequel on pouvait lire « Un enfant nourri au sein est un enfant heureux », lorsqu’elle a dit : « Durant la guerre, nous avons dû nous enfuir et j’ai été pendant un certain temps réfugiée en Guinée. Mais je veux que Korto devienne une femme forte et qu’elle réussisse. Et c’est pourquoi je l’ai nourrie au sein ».

Prévenir les maladies et la mortalité

Plus de dix millions d’enfants meurent chaque année de maladies essentiellement évitables, en particulier de pneumonie, de rougeole et de paludisme.  Si tous les bébés étaient exclusivement allaités au sein depuis leur naissance jusqu’à l’âge de six mois, on estime qu’il serait possible de sauver chaque jour la vie de 3 500 enfants.

Chez le nourrisson qui ne bénéficie pas de l’allaitement maternel, durant les cinq premiers mois de sa vie, le risque de mourir de diarrhée est sept fois supérieur et celui de mourir de pneumonie cinq fois supérieur à celui d’un nourrisson nourri au sein exclusivement. Un enfant qui ne profite pas de l’allaitement maternel peut voir sa croissance et son développement retardés, il courra par la suite un risque accru d’obésité, de maladie cardiaque et de problèmes gastrointestinaux.

Le lait maternel contient toutes les substances nutritives, les anticorps, les hormones, les facteurs immunitaires et les antioxidants dont un nourrisson a besoin pour se développer au cours de ses six premiers mois. En outre, il le protège de la diarrhée et des infections respiratoires aiguës et il stimule son système immunitaire.

Pourtant, il n’y a que 36 pour cent des bébés dans le monde qui soient nourris exclusivement au sein durant leurs six premiers mois. Cette tendance pourrait s’inverser grâce à la mobilisation, à une sensibilisation accrue et à des programmes axés sur les résultats en faveur de l’allaitement maternel et de ses avantages énormes en termes de vies sauvées.


 

 

Recherche