Lesotho

Le programme expérimental d'allocations en espèces du Lesotho vise à garantir les droits des enfants vulnérables

Image de l'UNICEF
© UNICEF Lesotho/2009/Barbadoro
Mpolokeng, 18 ans, reçoit le premier versement de ses allocations en espèces à Semonkong, au Lesotho. Dans le cadre du programme, elle recevra des versements trimestriels réguliers ainsi que des colis du Programme alimentaire mondial.

Par Clelia Barbadoro et Eva Gilliam

A l'approche du vingtième anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, un accord international sans précédent sur les droits fondamentaux de tous les enfants, l'UNICEF présente une série de reportages sur les progrès accomplis et les défis qui subsistent. Voici l'un de ces reportages.

LEBAKENG, Lesotho, 18 novembre 2009 – Mapalesa Sebatanyane, 73 ans, est la principale personne à s'occuper de ses quatre petits-enfants mais elle a du mal à les nourrir avec le petit revenu qu'elle gagne en élevant des poulets dans ce village isolé. 

 VIDÉO : regarder maintenant

Dernièrement, de l'aide est arrivée pour Mapalesa Sebatanyane sous forme d'allocations en espèces acheminées par un hélicoptère du Programme d'allocations pour les enfants, un programme du Gouvernement du Lesotho, de l'Union européenne (UE) et de l'UNICEF.

Droit à la protection sociale

Le programme se trouve aujourd'hui depuis plusieurs mois dans sa phase expérimentale. Il a pour but d'améliorer le bien-être des enfants vulnérables dont ceux qui ont été touchés par le VIH et le SIDA et ceux qui vivent dans des familles confrontées à la pauvreté, à l'insécurité alimentaire, à la sous-nutrition et n'ont pas accès aux prestations les plus indispensables.

En plus de garantir le droit de chaque enfant à ce que ces besoins fondamentaux soient satisfaits, la Convention relative aux droits de l'enfant stipule, dans son article 29, que tous les enfants, soit par l'intermédiaire des personnes qui en ont la charge ou directement, ont droit à une aide du gouvernement s'ils sont pauvres ou se trouvent dans le besoin.

« L'avenir du Lesotho dépend de la façon dont vous traitez vos enfants, » avait affirmé l'Ambassadeur de l'Union européenne au Lesotho Peter Christiansen lors de la cérémonie de lancement, en octobre, du Programme d'allocations pour les enfants.

Pauvreté endémique

La moitié de la population du Lesotho vit en dessous du seuil de pauvreté et le pays possède le troisième taux de prévalence de VIH du monde. 

« Nous avons un taux très élevé de mortalité maternelle et infantile dans cette région et d'autres que nous avons choisies pour recevoir les allocations, » dit le ministre de la Santé et de la Protection sociale du Lesotho, le Dr Mphu Ramatlapeng. 

« Nous avons des enfants qui ont la charge de familles et des personnes qui ne s'occupent pas de leur santé, » a-t-il ajouté, faisant allusion aux foyers dans lesquels des enfants âgés d’à peine 12 ans s'occupent de leurs jeunes frères et sœurs. « Ce sont des facteurs qui ont contribué à la misère dans ces régions. »

Environ 950 foyers comprenant plus de 2 370 orphelins et enfants vulnérables bénéficient actuellement de petites allocations trimestrielles. L'assistance monétaire est progressivement complétée par d'autres prestations comme l'aide du Programme alimentaire mondial et un soutien psychosocial pour les familles et les enfants touchés par le VIH.

Parallèlement à des familles importantes comme celle de Mapalesa Sebatanyane qui ne parviennent pas à joindre les deux bouts car une seule personne assure le revenu, de nombreux foyers dirigés par des enfants bénéficient du programme d'allocations.

Les visages du besoin

Mpolokeng, une fille de 18 ans, et Sello, un garçon de 18 ans, viennent de régions différentes mais ont beaucoup de choses en commun. Tous deux ont perdu leurs parents; tous deux ont la responsabilité de leur famille et ont du mal à joindre les deux bouts; et tous deux attendaient de recevoir leurs allocations en liquide le mois dernier à Semonkong, au centre du Lesotho.

 « Mon père était très fort, » se souvient-elle en souriant Mpolokeng. « J'étais si heureux chaque fois qu'il rentrait des mines [en Afrique du Sud] parce qu'il avait l'habitude de nous ramener des pommes fraîches, des patates douces et des cadeaux. »

« Mais au fil des années, » ajoute-t-elle, « il a commencé à être malade et finalement il est revenu à la maison pour de bon, pour mourir. Ensuite ma mère est tombée malade et j'ai dû m'occuper à sa place  de mes frères et sœurs et j'ai dû abandonner l'école. »

Le père de Sello travaillait lui aussi dans les mines jusqu'à ce que, lui également, tombe malade et meure. « Il me manque, » dit Sello. « Quand il est mort, ma mère l'a suivi et nous avons utilisé une partie de notre bétail pour payer les obsèques. J'ai dû m'occuper du bétail qui restait et de mes frères et sœurs. »

Les enfants confrontés à une triple menace

Mpolokeng et Sello représentent seulement deux des milliers d'enfants de Basotho confrontés à de gigantesques défis. La triple menace de la pauvreté, du VIH et du SIDA, de l'insécurité alimentaire à porté un coup sérieux à la survie de l'enfant, à son développement et à sa protection, au Lesotho.

Plus de 160 000 enfants sont des orphelins, privés du rôle protecteur et bienveillant de leurs mères et de leurs pères. Parmi ceux-ci, environ 110 000 ont perdu un ou deux parents à cause du SIDA.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Lesotho/2009/Barbadoro
Après avoir reçu ses premières allocations, Mapalesa repart chez elle dans le lointain village de Thaba Qhubelu.

Malgré les défis auxquels ils sont confrontés, Mpolokeng et Sello sont étonnamment résistants. Tous ont des espérances et des rêves pour l'avenir et sont enthousiasmés par les possibilités qu'offraient les allocations en espèces qu'ils allaient recevoir. 

« Mon plus grand souhait est de retourner à l'école pour qu'un jour je puisse devenir enseignante et aider les autres enfants à apprendre et à se développer, » dit Mpolokeng. « L'argent que je vais recevoir m'aidera à m'acheter un uniforme pour que l'année prochaine je puisse de nouveau m'inscrire à l'école. »
Sello suit la voie de son père pour veiller à ce que ses frères et sœurs disposent d'un meilleur avenir. Il envisage d'utiliser l'argent pour reconstituer son bétail.

Un programme expérimental positif

Les versements effectués à Semonkong représentent le premier paiement complet couvrant les trois communautés du programme expérimental d'allocations en espèces : Matelile (district de Mafeteng), Lebakeng (district de Qacha’s Nek) et Semonkong (district de Maseru). 

L'adjoint du Secrétaire principal du Lesotho à la santé et à la protection sociale, Moliehi Khabele, explique que la phase expérimentale a pour but de développer et de tester des systèmes qui soient efficaces pour le choix, l'inscription et le payement des bénéficiaires, le suivi, l'obtention de fonds et la gestion financière ainsi que pour la formation des personnes qui y sont impliquées, la sensibilisation du public et la participation des communautés. 

Le programme expérimental sera peaufiné pour une mise en place progressive dans d'autres districts du pays d'ici 2011. A long terme, le gouvernement prévoit d'intégrer le programme à son budget national.

« Les transferts d'espèces produisent leur plus grand effet lorsqu'ils sont combinés à d'autres prestations sociales comme la santé, la nutrition, l'enseignement et la protection, » dit le Représentant de l'UNICEF au Lesotho, le Dr Ahmed Magan. « Les allocations font partie d'un programme plus large de protection sociale attentif aux besoins des enfants et qui profitera aux familles entières. »

 


 

 

Vidéo (en anglais)

15 octobre 2009 : le reportage d'Eva Gilliam, de l'UNICEF, sur le programme d'allocations pour les enfants du Lesotho. Le programme a pour but d'aider les ménages pauvres et de garantir les droits des orphelins et des enfants vulnérables.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Partenariat UNICEF-Union européenne

série d'articles « Les perspectives »

Des auteurs éminents réfléchissent à l'impact de la Convention relative aux droits de l'enfant

Lien vers le site de l'UNICEF consacré aux 20 ans de la Convention (en anglais)

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche