Lesotho

Pour les enfants séropositifs du Lesotho, les dispensaires recevant le soutien de l’UNICEF sont porteurs d’espoir

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Au Lesotho, une mère et son enfant attendent que ce dernier subisse un examen médical au centre de soins pédiatriques d’excellence du Baylor College soutenu par l‘UNICEF.

Par Chris Niles

MASERU, Lesotho, 4 juin 2008 – Au Lesotho, un pays extrêmement pauvre où les taux de VIH et de SIDA sont parmi les plus élevés du monde, Kananelo, 7 ans, arrive avec son grand-père au Centre de soins pédiatriques d’excellence du Baylor College of Medicine. Ce centre reçoit le soutien de l’UNICEF.

Il y a plus d’un an, Kananelo a été diagnostiqué séropositif au VIH. Sa mère est morte du SIDA quand il avait seulement six ans et c’est donc son grand-père qui l’amène au dispensaire, situé à 30 kilomètres de leur domicile. 

« Nous traitons quiconque franchit les portes de l’établissement. Personne n’exige la moindre recommandation de la part d’un médecin. Vous pouvez arriver directement de la rue et entrer. Nous ne faisons payer aucune de nos prestations, » déclare la Directrice adjointe du dispensaire, le Dr Kathy Ferrer.

Prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant est indispensable dans un pays où près de 25% des adultes sont infectés par la maladie. Sur la totalité des bébés nés avec le VIH, la moitié décèdent avant leur second anniversaire s’ils ne reçoivent par de traitement.

Une abondance de ressources dans un pays pauvre

Sans Baylor, Kananelo aurait pu figurer parmi ces terribles statistiques. Son système immunitaire s’affaiblissait et il était atteint d’une infection aux poumons. Parce que la famille n’avait pas les moyens de payer les soins, il a été aiguillé vers le dispensaire où il a subi des examens et a été placé sous médicaments antirétroviraux (ARV).

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Kananelo, 7 ans, est examiné par un médecin du dispensaire Baylor qui offre des prestations médicales gratuites à tous les patients infectés par le VIH/SIDA.

« Il est en très bonne santé. A l’heure actuelle, il n’a pas de problèmes et il est à peu près exactement comme n’importe quel autre enfant, » affirme le Dr Lineo Thahane.

Les grands-parents de Kananelo, qui ont du mal à élever un jeune enfant, sont ravis qu’il ait pu être rendu à la vie.

« Le pays lui-même est si pauvre qu’il ne peut vraiment pas nous offrir grand-chose mais les services que nous apportent le dispensaire sont simplement exceptionnels, » déclare le grand-père de Kananelo, Peter Phushi Mashia.

Elargir les services

L’UNICEF s’est engagé à veiller à ce que les services rendus par l’hôpital Baylor soient élargis à l’ensemble du système de santé du Lesotho en fournissant ses prestations aux zones rurales, en formant davantage d’agents sanitaires et en développant la prise en charge des enfants séropositifs au niveau local.

Des traitements réussis sur des enfants comme Kananelo contribuent à faire connaître le dispensaire.

« Nous voyons des enfants grandir, prendre du poids et retourner à l’école et je pense qu’un des apports les plus importants est de donner de l’espoir au gens que nous servons. Cela contribue aussi à faire connaître le centre et d’autres enfants viennent alors subir des tests de dépistage, » affirme le Dr Ferrer.


 

 

Vidéo (en anglais)

Mai 2008 :
Le reportage de Chris Niles, correspondant de l’UNICEF, sur un dispensaire du Lesotho qui, avec le soutien de l’UNICEF, permet de prévenir la transmission mère-enfant du VIH.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche