En bref : Liban

Des réfugiés syriens partagent leurs récits avec Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF en visite au Liban

© UNICEF VIDEO
Mia Farrow, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, est partie à la rencontre de réfugiés syriens au Liban où elle a recueilli « un nombre incalculable de récits de perte, de deuil, de privation, de frustration, d’anxiété, avec toujours ce désir lancinant de rentrer à la maison».  Regarder dans RealPlayer

 

Par Soha Bsat Boustani

Wadi Khaled, Liban – L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Mia Farrow, a rendu visite à des réfugiés syriens au Liban.

Le Liban est le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés issus du conflit en République arabe syrienne. Quelques 200 000 réfugiés syriens y sont actuellement enregistrés ou en attente de l’être.

La neige, un rappel brutal

Sur la route menant à Wadi Khaled dans le nord-est du Liban, à la frontière avec la République arabe syrienne, quelques jours après une tempête dévastatrice, la neige et les températures glaciales rappellent à quel point la vie des réfugiés s’est dégradée depuis qu’ils ont dû fuir leurs foyers du fait de la violence et du conflit.

Au petit matin, Rami, un garçon de 10 ans qui attend d’aller à l’école, salue l’actrice Mia Farrow, militante humanitaire inlassable, depuis l’abri inachevé d’une maison. « Je vais à l’école, mais je ne suis pas heureux ici, dit-il d’une voix à peine audible, j’ai perdu mon père et mon frère en Syrie ».

Rami est en sécurité ici mais la vie est dure. Sa maison est une pièce unique, sans fenêtres, qu’il partage avec les 11 autres membres de sa famille. C’est là qu’il mange, dort et étudie – quand il arrive à se concentrer sur ses livres.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2013-0010/Ramoneda
Au Nord du Liban, dans la région de Wadi Khaled, l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Mia Farrow rencontre des enfants réfugiés syriens dans un espace « ami des enfants » appuyé par l’UNICEF.

« Je suis venu ici avec ma mère, et j’ai dû marcher six heures dans l’obscurité avant d’atteindre le Liban », dit-il, expliquant qu’il avait les yeux rivés au sol pour éviter les mines. « On m ‘avait dit : « ne marche pas sur les mines – elles ont un bouton rouge » et j’en ai vu deux ».

Un besoin urgent de fournitures

Comme Rami, nombre d’enfants ont un besoin vital de manteaux chauds, de couvertures, de chaussures et de médicaments, car ils ont perdu ou abandonné leurs biens en République arabe syrienne.

Annamaria Laurini, la Représentante de l’UNICEF au Liban, qui accompagne Mia Farrow dans son périple, déclare : « Les besoins sont immenses, et nous distribuons des vêtements d’hiver qui sont terriblement nécessaires. Nous nous efforçons de venir en aide aussi bien aux réfugiés syriens qu’aux familles d’accueil libanaises qui ont fait preuve d’un sens de l’hospitalité étonnant, alors que leurs propres ressources leur suffisent à peine ».
 
« Par-dessus tout, nous voulons la paix »

Dans un centre soutenu par l’UNICEF qui dispense des médicaments et  des services psychosociaux aux femmes syriennes réfugiées, Mia Farrow a rencontré plusieurs femmes qui lui ont exprimé leur peine et leur crainte quant à l'avenir de leurs enfants et de leurs familles. Ces femmes ont parlé d'un sentiment accablant de désespoir et ont lancé un appel urgent pour une aide immédiate.

« Aujourd’hui, on a entendu un nombre incalculable de récits de perte, de deuil, de privation, de frustration, d’anxiété, avec toujours ce désir lancinant de rentrer à la maison», explique Mia Farrow. 

Les paroles de Hasna, une jeune femme, étaient particulièrement obsédantes. « Personne ne pense à nous » a-t-elle dit à Mia Farrow, tout en berçant un bébé sur ses genoux. « Nous sommes devenus les orphelins du monde. Nous voulons rentrer à la maison - et par-dessus tout, nous voulons la paix ».


 

 

Recherche