En bref : République démocratique populaire lao

A la suite des inondations au Laos, l’eau potable est une priorité pour les familles sinistrées

Image de l'UNICEF
© UNICEF Lao PDR/2008/Phouthavong
Dans le village sinistré de Sendin, en République démocratique populaire lao, des familles sinistrées attendent la distribution de produits d’hygiène de l’UNICEF.

Par Simon Ingram

VIENTIANE, République démocratique populaire lao, 8 septembre 2008 – Au cours des neuf années durant lesquelles il a été directeur de l’école primaire du village de Sendin, Sengtun Vongsay a une plus d’une fois l’occasion de réfléchir à la puissance destructrice de la rivière Nam Ngum qui se trouve tout proche.

A présent, il se tient dehors à côté du mur du bâtiment principal de l’école et pointe un doigt vers une ligne sale laissée par les eaux qui traverse l’enduit en plâtre rose à peu près à trente centimètres au-dessus de sa tête. « Cette fois, l’eau est montée jusqu’ici, » affirme Sengtun Vongsay. « Elle est restée là plus de quinze jours avant de commencer à baisser. »

Un coup d’oeil à l’intérieur des classes révèle l’étendue des dégâts qu’ont laissés derrière elles les eaux sombres et troubles : de larges fissures et des trous se sont ouverts dans le sol de béton couvert d’une épaisse couche de vase gluante. 

Les bureaux et les bancs en bois gisent en tas, brisés et détrempés. Pour l’instant, les élèves des classes endommagées ont été accueillis dans l’autre bâtiment de l’école qui est situé en hauteur et a été moins gravement inondé.

« Nous avons réussi à déménager les livres à temps, » explique Sengtun Vongsay. « Mais cela va être un gros travail pour réparer cet endroit et le rendre de nouveau utilisable. »

Prises au piège pendant plusieurs jours

Un chemin boueux relie l’école au reste de Sendin qui est situé à quelque quarante kilomètres au nord de la capitale, Vientiane. Le village se trouve dans une région plate et fertile qui a durement été touchée quand le Mékong et une grande partie de ses affluents ont quitté leur lit au milieu du mois d’août.

Une maison appartenant à une de ses habitantes, Mme Boualaphanh, 42 ans, a été engloutie par les eaux de crue qui, à un moment, ont atteint deux  mètres de hauteur.

« Nous avons été prises au piège pendant des jours au premier étage, » raconte cette mère de deux enfants. « Nous avons réussi à acheter juste assez d’eau pour boire pendant les deux premiers jours. Ensuite nous nous sommes débrouillées pour trouver un bateau qui nous a conduit au dispensaire où nous avons pu en recevoir davantage. » Avec sa fille et sa petite-fille, Mme Boualaphanh, a rejoint les autres habitants du village dans le temple situé près de la berge du fleuve.

Des bidons d’eau, du savon, des comprimés de chlore et d’autres produits d’hygiène de première nécessité acheminés par l’UNICEF ont été distribuées aux familles les plus touchées par les inondations.

Comme dans le plupart des situations d’urgence causées par des inondations, c’est la pénurie d’eau potable qui constitue le problème le plus urgent à résoudre. Le personnel du Ministère de la santé et celui du Centre national pour la santé de l’environnement et la distribution d’eau (Nam Saat) se tenaient prêts à donner des recommandations sur la façon d’utiliser les produits.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Lao PDR/2008/Phouthavong
Les habitants du village de Sendin reçoivent des produits d’hygiène de première nécessité, de terribles inondations ayant endommagé leur système d’approvisionnement en eau.

Intervention en cours

La remise en état des puits de forage qui ont été obstrués par les eaux de crue sales est une préoccupation essentielle. Les ingénieurs de Nam Saat parcourent le village pour aider les propriétaires de puits à vidanger de chacun d’entre eux des litres d’eau brune et fétide. 

« Après les inondations, les puits sont très sales et les gens ne peuvent pas les utiliser, » affirme le Responsable de l’UNICEF pour l’eau et l’assainissement, Bandith Leuanvilay. « Alors nous arrivons et nous leur montrons comment vider le puits et utiliser correctement le chlore. »  

L’aide matérielle d’urgence qui arrive à Sendin ne représente qu’une petite partie de l’intervention en cours de l’UNICEF qui est intervenu aussitôt que l’ampleur de l’inondation a été connue.

Les régions du nord et du centre du Laos ainsi que la capitale, Vientiane, ont été gravement touchées et les rizières, maisons et infrastructures ont subi des dégâts considérables. Un appel aux donateurs de la région et du monde entier a été lancé cette semaine. 

« Une fois que les fonds seront disponibles, l’UNICEF contribuera à apporter une aide à tous les villages sinistrés non seulement en termes d’eau et d’assainissement mais aussi dans les domaines de la santé, de la nutrition et de l’éducation, » a déclaré la Représentante de l’UNICEF en République démocratique populaire lao, Laila Ismail-Khan. « Ensemble,  avec le reste des autres organismes des Nations Unies, l’UNICEF jouera son rôle pour aider le Laos à se relever de ce qui a été un des épisodes les plus douloureux de son histoire. »


 

 

Vidéo (en anglais)

1er septembre 2008 :
Le reportage de Simon Ingram, de l’UNICEF, sur l’acheminement d’aide matérielle de l’UNICEF à la suite de graves inondations dans la province de Vientiane, en République démocratique populaire lao.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche