Kirghizistan

Un héros local kirghize lutte pour la protection des droits des enfants des rues de Bichkek

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Le Directeur du Centre pour les enfants des rues de Bichkek, Alexei Petrushevski, s’adresse aux enfants dans une salle de classe de l’établissement situé dans la capitale du Kirghizistan.

Par Peter George

À l’approche du 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant – un accord international important sur les droits fondamentaux de tous les enfants – l’UNICEF présente une série de reportages sur les progrès accomplis et les défis qui subsistent. Voici l’un de ces reportages.

BICHKEK, Kirghizistan, 24 août 2009 – Décrivons une matinée telle qu’a pu en vivre récemment Alexei Petrushevski. Il a rencontré un responsable de la ville d’un niveau élevé afin d’obtenir l’accord sur un projet garantissant que tous les jeunes dont il a la garde au Centre pour les enfants des rues de Bichkek puissent éventuellement obtenir un acte de naissance et d’autres documents officiels nécessaires. Puis il est parti précipitamment négocier l’acquisition de maillots – à prix réduit, bien sûr – pour la nouvelle équipe de football des enfants du centre.

VIDÉO : regarder maintenant

Après quelques autres réunions, il est sorti pour un rapide déjeuner de travail avec l’avocate spécialisée dans les droits de l’enfant, Yelena Gavrilova. Ensuite, il a pu avoir d’autres réunions et entretiens téléphoniques avec des adultes, des séances organisées au Centre avec les enfants, et enfin des évènements communautaires et des actions destinées à réunir des fonds.

« Héros des droits des enfants »
M. Petrushevski a fondé le Centre pour les enfants des rues de Bichkek il y a six ans et il a acquis l’image d’un père aux yeux d’environ 1000 jeunes qui, depuis, sont passés par cet établissement.

Pour son travail inlassable, l’UNICEF a fait de lui un de ses Héros des droits de l’enfant à l’occasion du 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), qui aura lieu en novembre. M. Petrushevski défend par son travail un bon nombre des droits formulés dans la CDE, notamment :

  • le droit des enfants aux soins et à la protection, s’ils sont adoptés ou placés dans une famille d’accueil
  • le droit des enfants séparés de rester en rapport avec leurs parents
  • le droit des enfants pauvres ou dans le besoin de bénéficier d’une aide publique
  • le droit à une identité et à une nationalité
  • le droit de se détendre et de jouer.

Des droits encore en danger
« C’est quelqu’un qui se donne vraiment beaucoup de mal pour protéger les enfants, » raconte Mme Gavrilova. « Il vit pour défendre leurs intérêts et je pense que cela constitue l’essence même de sa vie. Et en le voyant défendre les droits des enfants devant les tribunaux, je dirai en toute honnêteté que, lorsqu’il s’agit des enfants, Alexei est le véritable héros du jour. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Plus de 1000 jeunes – dont des petits enfants et des adolescents – sont passés par le Centre pour les enfants des rues de Bichkek au cours des six dernières années.

Toutefois, alors qu’on en est au vingtième anniversaire de la CDE, les droits des enfants sont encore en danger, observe M. Petrushevski.

« Les droits des enfants se présentent sous un double aspect, » explique-t-il. « D’un côté, les droits sont bien formulés sur le papier et de l’autre, c’est ce qui arrive dans la vie réelle, et les droits qui arrangent les adultes. C’est là où se trouve le problème. »

« Censés être heureux »
Assis près de l’aire de jeux et du jardin pleins d’enfants, M. Petrushevski évoque ce qui l’a incité à agir.

« Ce qui me brise le cœur c’est de voir des enfants gravement humiliés et ressentant une profonde souffrance, » dit-t-il. « Et ce qui me rend vraiment heureux, c’est lorsqu’ils  commencent à se sentir heureux, à penser à l’avenir et à avoir des projets. »

« C’est formidable lorsque des enfants venus [au centre] se sentent heureux ici, comme si c’était chez eux, » ajoute-t-il.   Les enfants sont censés être heureux. Ils ne devraient pas être victimes de violence ni fragilisés d’aucune manière dans ce pays – dans ce pays et dans le monde entier. »

Du cran et de la résolution
Ce soir-là, M. Petrushevski est encore sur la brèche. Dans une patinoire de Bichkek, il participe à l’entraînement d’un groupe d’enfants. Ceux-ci vont se produire à l’occasion d’un spectacle international sur glace qui va avoir lieu à Bichkek.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Une jeune fille, qui vit dans le Centre, à Bichkek, rend visite à ses grands- parents, qui n’étaient pas en mesure de bien s’occuper d’elle ; le Directeur du Centre, Alexei Petrushevski, accompagne les enfants lors de telles réunions avec leur famille.

Alors que les enfants s’entraînent et perdent parfois l’équilibre, il a cette réflexion : « Une patinoire, c’est un peu comme la vie elle-même – vous ne savez jamais si vous allez soudain tomber et tout casser. Et [les enfants] se comportent sur la glace comme dans la vie. Ils tombent, ils se relèvent et ne cèdent pas. »

Le Représentant de l’UNICEF au Kirghizistan, Tim Schaffter, fait l’éloge du cran et de la résolution de M. Petrushevski, dans son combat en faveur des droits de l’enfant.

« C’est merveilleux de voir des personnes qui ne veulent pas simplement consacrer du temps mais mettre leur cœur et leur âme, » déclare-t-il. « Pour moi, Alexei est un vrai champion, un véritable héros pour les enfants. »
 


 

 

Vidéo (en anglais)

Le correspondant de l’UNICEF, Peter George, décrit une journée dans la vie du défenseur des droits des enfants, Alexei Petrushevski, à Bichkek, Kirghizistan.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche