Kirghizistan

Les Familles au Kyrgyzistan sont frappées durement par la récession mondiale

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Les familles et les enfants souffrent des effets de la récession mondiale alors qu'au Kirghizistan le fondement de l'économie, l'envoi de travailleurs kirghizes dans d'autres pays, particulièrement la Russie, subit de graves revers.

A l'approche du vingtième anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, un accord international important sur les droits fondamentaux de tous les enfants, l'UNICEF présente une série de reportages sur les progrès accomplis et les défis qui subsistent.

Par Peter George

BICHKEK, Kirghizistan, 6 août 2009 – Chaque jour, Turganaly Kenjebaev se tient sur un pont situé à procimité d'une grande artère animée, espérant que quelqu'un s'arrêtera et lui proposera un travail pour la journée. S'il a de la chance, il gagnera 4 dollars.

Presque chaque jour, à peu près 70 hommes et femmes attendent avec lui sur ce pont mais lorsqu'il pleut, il y a peu de demande pour le type de travail journalier en extérieur que Turganaly Kenjebaev peut proposer : tâches agricoles, construction ou chargement de marchandises. Au bout de quelques heures, lui et quelques hommes voulant tous travailler à tout prix seront trempés jusqu'aux os et toujours au chômage pour la journée.

Une possibilité pour s'extraire de la pauvreté

Turganaly Kenjebaev vit dans une localité animée située à environ quarante kilomètres de Bichkek, la capitale du Kirghizistan. Comme la majorité des personnes qui y vivent, il pense constamment à trouver quelque chose, cela d'autant plus qu'il élève seul quatre enfants.

Père dévoué, Timothy Schaffter. veut nourrir, vêtir et donner une éducation à ses enfants de manière à ce qu'ils aient une chance de s'extraire de l'engrenage de la pauvreté. Mais les chances s'accumulent progressivement contre lui. Le Kirghizistan subit les effets de la récession mondiale et le fondement de son économie, l'envoi de travailleurs kirghizes dans d'autres pays, particulièrement la Russie, a subi de graves revers.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans le courant de l'année, de nouvelles lois exigeront que la totalité des farines à pain soient enrichies en fer, en vitamines et en divers micronutriments nécessaires pour favorisent le bon développement mental et physique des enfants.

La récession touche le foyer familial

Sur les 5,3 millions d'habitants du Kirghizistan, on estime qu'un demi-million d'entre eux travaillent à l'extérieur du pays. L'argent qu'une telle main d'oeuvre envoyait chez elle était, pour l'économie du pays depuis l'époque de l'Union Soviétique, un soutien.

« Les montants commencent à décroître et nous nous attendons à un déclin encore plus grand pour l'année prochaine, » affirme le Représentant de l'UNICEF au Kirghizistan, Timothy Schaffter. « Cela aura un impact significatif sur les familles, dont une grande partie de celles qui vivent dans les régions les plus pauvres. »
« Un effet très grave que nous observons est une augmentation astronomique du 50 pour cent du prix des produits alimentaires depuis 2007. Cela provoque une insécurité alimentaire parmi de vastes segments de la population et c'est une préoccupation très grave, » ajoute-t-il.

Dépassé par les besoins les plus élémentaires

Turganaly Kenjebaev est trop occupé à essayer de trouver un emploi et à nourrir ses enfants pour rester au courant de ce qui se passe dans le reste du monde.
« Le soir, j'arrive tard à la maison et je n'ai pas le temps de lire les journaux. Je pense seulement à nourrir les enfants, » dit-il. « Bien sûr, cela devient de plus en plus difficile parce qu'il n'y a pas de travail. S'il y avait du travail, je serais en train de travailler. »

Turganaly Kenjebaev prévoit cependant de continuer à envoyer ses enfants à l'école quoi qu'il arrive. Sa préoccupation principale est qu'ils n'aient pas assez à manger où ne tirent pas les bons nutriments de ce qu'ils consomment.

« La plupart des familles ont du mal à se payer à manger et il y a des familles dans une situation pire que la mienne. Au moins, je peux emprunter de quoi manger, comme un sac de farine, et travailler pour rembourser ma dette. Mais certaines familles ne peuvent même pas faire cela, » dit-il.

Maintenir les enfants en bonne santé

La Convention relative aux droits de l'enfant (CDE) stipule que tous les enfants disposent du droit à une alimentation nutritive.

Dans l'esprit de la CDE, l'UNICEF collabore avec le gouvernement kirghize pour mettre en place une législation qui permettra de faire face aux préoccupations de parents comme Turganaly Kenjebaev en matière de nutrition. Au cours de cette année, de nouvelles lois exigeront que la totalité des farines à pain soient enrichies en fer, en vitamines et en autres micronutriments indispensables pour favoriser le bon développement mental et physique des enfants.

Comme le note Timothy Schaffter, de l'UNICEF : « A cause de l'augmentation des prix des produits alimentaires, la population mange davantage de pain et, heureusement, ce pain sera désormais enrichi avec ses micronutriments importants. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage du correspondant de l'UNICEF Peter George sur les conséquences de la récession mondiale sur les familles du Kirghizistan.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche