Kenya

Journal sur le terrain : dans un camp de réfugiés au Kenya, le dévouement d’un Somalien aide son jeune fils à survivre

Image de l'UNICEF
© UNICEF Kenya/2011/Tidey
Dans le centre de stabilisation nutritionnelle d’Hagadera, à Dadaab au Kenya, Abdile, un réfugié somalien père de quatre enfants étreint Aden, son plus jeune fils de trois ans qui souffre de malnutrition.

Par Christopher Tidey

DADAAB, Kenya, 3 août 2011 – La plupart des réfugiés somaliens qui traversent la frontière du Kenya pour échapper à la sécheresse et au conflit sont des femmes et des enfants. Un grand nombre des familles que je vois faire la queue dans les centres de réception organisés à Dadaab pour les réfugiés ont à leur tête des mères, des grands-mères et les filles les plus âgées. Je me demande souvent ce que les hommes sont devenus.

Cette rareté des hommes est ce qui rend le cas d’Abdile encore plus remarquable ; dans une communauté de mères, Abdile fait figure de père modèle.

Abdile, sa femme, ses quatre enfants et leur grand-mère paternelle ont quitté leur foyer en Somalie à la recherche de nourriture et d’eau après la destruction de leurs récoltes et de leur cheptel par la sécheresse. La femme d’Abdile a succombé d’inanition au cours de leur randonnée de 25 jours au cours de laquelle il a été forcé de constamment pousser sa famille en avant, ayant parfois à porter littéralement trois de ses quatre enfants sur son dos.

« Nous n’avions pas d’autre choix que de continuer. Nous devions continuer à marcher, ou mourir », explique-t-il.  

Plus que de simples soins médicaux

Aden, 3 ans, le fils cadet d’Abdile, a souffert de plus en plus gravement de malnutrition à mesure que leurs provisions de nourriture et d’eau s’amenuisaient. Quand la famille a finalement atteint le camp de réfugiés de Dadaab, Aden était si faible qu’il n’avait plus la force de lever la tête ou d’avaler.

Quand il a été transféré d’urgence à l’hôpital, ne pesant plus que 5 kilos, son organisme était sur le point de cesser de fonctionner complètement. Les médecins de l’hôpital d’Hagadera se demandaient s’il survivrait.

C’était il ya près de deux semaines et Aden est toujours vivant, d’ailleurs il reprend des forces et son état s’améliore peu à peu chaque jour. Quand je suis allé voir Aden à la fin de la semaine dernière, son poids avait atteint 6,1 kg et il avait commencé à prendre de la nourriture solide ; ses muscles restent terriblement faibles, mais il est finalement capable de se tenir debout pendant quelques secondes en s’appuyant sur un support.

Le rétablissement lent, mais régulier d’Aden est le résultat de soins quasiment constants de la part du personnel dévoué de l’hôpital d’Hagadera et du régime d’alimentation thérapeutique fourni par l’UNICEF. Mais je pense que l’amélioration de son état n’est pas simplement le résultat de ces soins médicaux.

« Il survivra »

À chaque fois que je rends visite à Aden à l’hôpital, son père est là ; les médecins me disent que depuis qu’Aden a été admis, il a été présent à son chevet en permanence. Chaque jour, la routine est la même, Abdile, le seul père présent dans le pavillon de l’hôpital, reste aux côtés de son fils ; pendant ce temps, la grand-mère d’Aden reste à la maison s’occuper des trois autres enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Kenya/2011/Tidey
Abdile tient son jeune fils endormi par la main, l’enfant de trois ans récupère de malnutrition sévère au centre de stabilisation nutritionnelle d’Hagadera, à Dadaab au Kenya.

Chaque nuit, Abdile reste à l’hôpital pour voir Aden s’endormir sous son regard attentif. La délicatesse et l’amour que montre Abdile quand il touche, nourrit, réassure et tient son fragile enfant est un spectacle d’une grande beauté – l’incarnation même de ce que signifie être un parent.

De la même façon que c’est sa volonté qui a permis à sa famille de survivre à la marche jusqu’au Kenya en dépit de la lourde perte qu’ils ont éprouvée, c’est sa volonté qui porte aujourd’hui Aden vers la survie.

« En ce moment encore plus qu’avant, il est important que notre famille reste ensemble, me dit Abdile au cours de ma dernière visite. Mon fils va mieux chaque jour et je sais qu’il survivra ».

L'intervention humanitaire

Des milliers de nouveaux cas de malnutrition sont rapportés chaque mois chez les enfants des camps de Dadaab, principalement parmi les réfugiés les plus récemment arrivés. Dans toute la région – en Éthiopie, au Kenya et en Somalie – on estime à bien plus de 2 millions les enfants victimes de malnutrition à la suite de la sécheresse, de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de l’instabilité politique qui sévit en Somalie.

Plus de 500 000 enfants de la région souffrant de malnutrition sévère sont en danger de mort imminente ; pour sauver leur vie, le reste du monde doit fournir immédiatement l'aide humanitaire indispensable.

L’UNICEF travaille à livrer des quantités sans précédent d’aliments thérapeutiques et de suppléments alimentaires d’importance vitale pour les enfants à risque de la Corne de l’Afrique. Nous avons livré par avion, par camion et par bateau en juillet plus de 1400 tonnes de provisions alimentaires dans plusieurs des zones du Sud de la Somalie les plus durement frappées – une quantité suffisante pour fournir des suppléments alimentaires à plus de 65 000 enfants et pour traiter 17 000 d’entre eux qui souffrent de malnutrition sévère.

Au cours des huit prochaines semaines, l’UNICEF élargira aussi rapidement que possible sa distribution de suppléments alimentaires au profit de centaines de milliers d’autres enfants et de leurs familles.

Par moment, en voyant les énormes souffrances dont je suis témoin ici, je me demande si la communauté internationale est capable d’organiser des secours qui soient à la hauteur des problèmes sur le terrain ; mais quand je pense à Abdile et à Aden, à leur combat, à leur attachement et à leur triomphe, je me rappelle que l’espoir existe encore dans cette région.


 

 

Sécheresse dans la Corne de l'Afrique

L'UNICEF et SAACID promeuvent l'allaitement au sein exclusivement dans les communautés affectées par la sécheresse en Somalie
 avec vidéo

Une école itinérante pour répondre aux prières d'une jeune fille de Turkana
 avec vidéo

Les taux d'infection à la rougeole déclinent, après une campagne de vaccination réussie en Somalie

Dans le sud de la Somalie, la famine recule mais des millions de personnes sont toujours dans le besoin
 avec vidéo

L'histoire d'Ekalale : les soins de proximité sauvent des vies à Turkana, au nord-ouest du Kenya

En Somalie, les espaces « amis des enfants » appuyés par l'UNICEF offrent un soutien aux enfants déplacés
 avec vidéo

Les fournitures médicales arrivent au Kenya, avec l'aide du Duc et de la Duchesse de Cambridge
 avec vidéo

À Copenhague, le Duc et la Duchesse de Cambridge visitent le Centre d'approvisionnement de l'UNICEF
 avec vidéo

Une interview d'Hannan Sulieman, de l'UNICEF Somalie : « C'est pour les enfants, où qu'ils se trouvent »
 avec vidéo

Les avantages et les inconvénients des pluies saisonnières dans un Kenya desséché
 avec vidéo

Des journalistes somaliens suivent un atelier soutenu par l'UNICEF et centré sur le reportage humanitaire
 avec vidéo

Reportage sur le terrain : sauver
des vies dans la
Corne de l'Afrique,
un enfant à la fois

Longtemps attendues, les pluies sont à l'origine de nouveaux déplacements et de décès d'enfants

Les Ambassadeurs itinérants de l'UNICEF lancent un appel pour continuer le soutien à la Corne de l'Afrique
 avec vidéo

Toutes les histoires relatives aux urgences ...

Recherche