Kenya

Journal sur le terrain : le chemin de Dadaab

Les réfugiés somaliens affluent dans les camps du Kenya

Image de l'UNICEF
© UNICEF Kenya/2011/Tidey
Une mère assise avec son fils qui subit un traitement contre la malnutrition dans un centre de stabilisation à Dadaab, Kenya.

Le spécialiste de la communication de l’UNICEF Christopher Tidey s’est rendu au Kenya pour évaluer la situation des familles, et surtout des femmes et des enfants, au milieu de la grave crise déclenchée par la sécheresse. Voici son rapport. 

Par Christopher Tidey

DADAAB, Kenya, 25 juillet 2011 – Faire en voiture la route de près de 10 kilomètres qui relie la frontière somalienne aux camps de réfugiés de Dadaab est comme une odyssée d’un autre monde dans un paysage aride apparemment sans vie. Le 4x4 se cabre et fait une embardée pour éviter les cadavres d’animaux dont les os ont été calcinés par un soleil sans pitié. Les arbres et les arbustes sans feuilles me signalent que je suis arrivé au pays de la sécheresse et de la mort.    

Et puis je les vois. Je vois les femmes aux vêtements bigarrés avec les petites silhouettes des bébés ballottés sur leur dos. Je vois les vieux qui traînent les pieds avec précaution sans le soutien d’un déambulateur ou d’une canne. Je vois les enfants plus âgés aider les plus jeunes à ne pas se laisser distancer par le reste de la famille.

L’expression apathique de leur visage émacié raconte un douloureux voyage à pied de plusieurs centaines de kilomètres à la recherche de nourriture et d’eau. Ils traversent tous cette terre dévastée en direction de ce qu’ils espèrent être leur salut. Beaucoup d’entre eux n’y parviendront pas.    

« Rien à manger »

Il s’agit des réfugiés somaliens qui cherchent un soulagement à la sécheresse et à la famine qui règnent dans leur pays. Des milliers d’individus qui ont la chance de survivre à ce voyage arrivent tous les jours aux camps de réfugiés de Dadaab. Ils arrivent épuisés. Ils arrivent affamés. Beaucoup d’entre eux ont perdu des membres de leur famille sur le chemin.   

Image de l'UNICEF
© UNICEF Kenya/2011/Tidey
Mohammad, qui souffre de malnutrition, recommence à se nourrir dans un centre de stabilisation à Dadaab, Kenya.

Dans la situation des réfugiés, c’est celle des enfants qui reflète réellement le tribut terrible que l’on doit payer à la sécheresse. Avec la famine désormais déclarée dans deux régions de la Somalie du Sud et des taux de malnutrition qui en sont à des niveaux d’extrême urgence dans certaines régions arides et semi-arides de la Corne de l’Afrique, près de 780 000 enfants courent le risque de mourir s’ils ne reçoivent pas une assistance immédiate. Au total, on estime que 2,23 millions d’enfants en Éthiopie, au Kenya et en Somalie souffrent d’une malnutrition sévère.   

Au Centre de stabilisation de Hagadera à Dadaab, j’ai rencontré Abdile, père de quatre enfants. Son Aden, âgé de troisans, est en traitement pour malnutrition sévère.

« À cause de la sécheresse, nous avons perdu toute notre récolte et nos animaux, et l’on ne nous a rien laissé à manger », dit Abdile. « Nous avons marché 25 jours pour nous rendre de la Somalie à Dadaab. Ma femme est morte en chemin, et maintenant je dois donc m’occuper des enfants tout seul ».

Soins intensifs

Lorsqu’Abdile et ses enfants sont arrivés au centre de réception de Hagadera, Aden était à l’article de la mort. N’ayant même plus la force d’avaler, il a été envoyé immédiatement à l’hôpital du camp pour recevoir un traitement d’urgence, il y a maintenant six jours. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Kenya/2011/Tidey
Trois mères avec leur enfant en bas âge sur le dos attendent au centre de réception des réfugiés de Hagadara à Dadaab, Kenya.

Assis avec Aden et son père, je vois que l’enfant est en train de reprendre des forces. Grâce à l’alimentation thérapeutique fournie par l’UNICEF, la santé d’Aden s’est améliorée et il peut maintenant garder la tête droite sans soutien. Sa récupération est toutefois fragile, et son cas doit être traité avec le plus grand soin par les médecins attentifs de l’hôpital. Aden pèse à peine cinq kilogrammes et il souffre d’infections cutanées et respiratoires.  

« Lorsque j’ai vu Aden il y a six jours, je craignais qu’il ne soit pas assez fort pour survivre, et suis donc ravi de voir que sa condition s’est améliorée », dit Patrick Codjia, Spécialiste de la nutrition pour l’UNICEF. « Toutes les fois que je quitte l’hôpital avec des enfants souffrant de malnutrition sévère, j’espère que je vais les revoir, mais en fait on n’en sait rien ».

Crise de sécurité alimentaire

Le premier objectif dans le traitement des enfants sous-alimentés aux centres de stabilisation de Dadaab est qu’ils puissent de nouveau se nourrir eux-mêmes. Dans le même lit d’hôpital qu’Aden, il y a Mohammad, enfant de trois ans qui vient de réaliser cet exploit aujourd’hui même. C’est très encourageant.

Malheureusement, cette crise est loin d’être terminée. C’est la pire crise de sécurité alimentaire en Afrique depuis vingt ans, et la pire dans le monde aujourd’hui. Pour chaque Aden ou Mohammad qui vient de Somalie et survit au voyage, il y a des milliers d’autres enfants qui pourraient encore perdre la vie sur le chemin de Dadaab.


 

 

Sécheresse dans la Corne de l'Afrique

L'UNICEF et SAACID promeuvent l'allaitement au sein exclusivement dans les communautés affectées par la sécheresse en Somalie
 avec vidéo

Une école itinérante pour répondre aux prières d'une jeune fille de Turkana
 avec vidéo

Les taux d'infection à la rougeole déclinent, après une campagne de vaccination réussie en Somalie

Dans le sud de la Somalie, la famine recule mais des millions de personnes sont toujours dans le besoin
 avec vidéo

L'histoire d'Ekalale : les soins de proximité sauvent des vies à Turkana, au nord-ouest du Kenya

En Somalie, les espaces « amis des enfants » appuyés par l'UNICEF offrent un soutien aux enfants déplacés
 avec vidéo

Les fournitures médicales arrivent au Kenya, avec l'aide du Duc et de la Duchesse de Cambridge
 avec vidéo

À Copenhague, le Duc et la Duchesse de Cambridge visitent le Centre d'approvisionnement de l'UNICEF
 avec vidéo

Une interview d'Hannan Sulieman, de l'UNICEF Somalie : « C'est pour les enfants, où qu'ils se trouvent »
 avec vidéo

Les avantages et les inconvénients des pluies saisonnières dans un Kenya desséché
 avec vidéo

Des journalistes somaliens suivent un atelier soutenu par l'UNICEF et centré sur le reportage humanitaire
 avec vidéo

Reportage sur le terrain : sauver
des vies dans la
Corne de l'Afrique,
un enfant à la fois

Longtemps attendues, les pluies sont à l'origine de nouveaux déplacements et de décès d'enfants

Les Ambassadeurs itinérants de l'UNICEF lancent un appel pour continuer le soutien à la Corne de l'Afrique
 avec vidéo

Toutes les histoires relatives aux urgences ...

Recherche