Kenya

Les écoliers kényens face aux problèmes entraînés par les récentes inondations

Image de l'UNICEF
© UNICEF Kenya/2007/Mwabe
Nixon Bwire, 13 ans, et ses camarades de classe posent pour la photo montrant le gros poisson qu’il vient de pêcher dans une rivière toute proche.

Par Julie Mwabe

NAIROBI, Kenya, 1er février 2007 – Nixon Bwire, 13 ans, un grand sourire aux lèvres, se précipite vers ses amis, qui jettent des pierres le long d’un cours d’eau qui continue de traverser leur école depuis les inondations. Il montre à ses amis stupéfaits le gros poisson qu’il vient juste d’attraper dans une rivière toute proche. 

Elève de l’école primaire Gamba du District de la rivière Tana, Nixon est l’un des milliers d’élèves affectés par les pluies diluviennes qui ont dévasté une grosse partie du pays au début du mois d’octobre dernier, causant des inondations massives.

« Notre maison a été détruite par les inondations et nous n’avons plus rien. Mes parents n’ont même plus de quoi payer les frais d’inscription de mes soeurs plus âgées parce qu’on n’a plus de vaches à vendre », dit Nixon. « Je vais vendre ce poisson pour pouvoir donner l’argent à mon père. Peut-être que cet argent permettra de l’aider à payer les frais de scolarité de mes soeurs aînées.”

Des conséquences dramatiques pour les écoles

Les pluies sont de loin les pires de la décennie, elles auraient fait 20 morts et plus de 150 000 personnes ont dû fuir leurs foyers.

Les conséquences sur les écoles ont été catastrophiques : 350 écoles ont été touchées, affectant quelque 150 000 étudiants. Les inondations ont endommagé les installations sanitaires des écoles et pollué l’eau, laissant dans leur sillage des odeurs pestilentielles mais surtout entraînant le risque de maladies diarrhéiques – notamment le choléra.

Pendant les vacances de décembre, des centaines de familles qui avaient fui les inondations avaient trouvé refuge dans les écoles environnantes. Au moment de la reprise des cours début janvier, près de deux semaines d’enseignement ont été perdues, car les familles déplacées ne pouvaient pas encore rentrer chez elles.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Kenya/2007/Mwabe
Des élèves kényens dans la salle de classe d’une école touchée par les inondations.

« Les enfants ont dû étudier dans des conditions particulièrement difficiles depuis que l’école a repris au début de l’année », affirme M. Katata, Responsable de l’éducation du District de la rivière Tana. « Les vents violents qui ont accompagné les pluies ont emporté les toits de certaine écoles et détruit des salles de classe ».

Il ajoute : « Bien que les enfants aient repris les cours, nous nous inquiétons pour leur sécurité car certains bâtiments scolaires semblent peu solides ».

Evaluation rapide des besoins en éducation

Depuis novembre, l’UNICEF distribue des fournitures d’urgence  – y compris 1 600 trousses scolaires – dans chaque région touchée par les inondations. Dans la phase actuelle, l’accent est mis sur l’aide au relogement des familles et à la réouverture des écoles et leur bon fonctionnement.

Le Gouvernement du Kenya, appuyé par des organisations non gouvernementales et des institutions de l’ONU, a récemment organisé une évaluation rapide des conséquences des inondations sur l’enseignement, et des mesures efficaces qu’il faudrait vite prendre dans le cadre de la réhabilitation des écoles. 

L’UNICEF, accompagné par ses partenaires, contribue à la coordination des efforts de construction de salles de classe et de latrines. A ce jour, l’UNICEF a reçu 200 000 dollars de ses donateurs en faveur de cette action, mais il faut 200 000 dollars de plus pour que toutes les écoles touchées par les inondations puissent fonctionner normalement.


 

 

Recherche