En bref : Jordanie

En Jordanie, les travailleurs humanitaires s’affairent pour répondre aux besoins des familles de syriens réfugiés

Image de l'UNICEF
© UNICEF Jordanie/2012/Youngmeyer
Les familles et enfants syriens déplacés se retrouvent confrontés à la surpopulation dans le site de transit de Bashabshe en Jordanie.

Par David Youngmeyer

AL MAFRAQ, Jordanie, 9 juillet 2012 – Des colonnes de poussière s’élèvent comme des tornades miniatures dans cet ancien aérodrome situé près de la ville d’Al Mafraq, au nord de la Jordanie.

Ici, les membres du personnel du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et de l’UNICEF se rassemblent sur une route endommagée par les intempéries, débattant sur un ton d’urgence des manières de faire de ce terrain aride un site de tentes capable d’accueillir jusqu’à 150 000 syriens déplacés.

De ce désert va naître un centre d’intervention d’urgence muni de tentes, de sources d’eau salubre, de toilettes, de points de distribution alimentaire, d’établissements de soins, d’espaces sécurisés pour les enfants et d’écoles d’urgence. Za’atari, ce sera son nom, devrait s’étendre sur près de 9 km², avec environ 3,5 km² occupés par les familles déplacées.

« L’UNICEF et ses partenaires sont dans une véritable course contre la montre pour rendre le site de tentes opérationnel », explique Dominique Hyde, représentante de l’UNICEF en Jordanie, en soulignant que le nombre de Syriens déplacés franchissant la frontière a augmenté de manière spectaculaire au cours de la semaine passée.

Des sites de transit bondés

Plus de 30 000 réfugiés syriens ont fui vers la Jordanie, et plus encore arrivent chaque jour. Ne serait-ce que la semaine passée, plus de 3300 réfugiés syriens ont fui vers la Jordanie. Les sites de transit avoisinants comme celui de Ramtha se retrouvent par conséquent bondés.

Le site de transit de Bashabshe, par exemple, où les réfugiés syriens sont déclarés en Jordanie, possède une capacité d’environ 500 personnes, mais il en héberge plus de 2000. Il atteint parfois les 2500.

À Bashabshe, il y a des gens partout. Les quatre bâtiments d’hébergement de trois niveaux sont surpeuplés, avec jusqu’à trois familles partageant une chambre simple, certains élisant même domicile sur les toits. Dehors, des bâches ont été tirées pour protéger les enfants et les adultes du soleil brûlant. Le médecin du site traite jusqu’à 200 cas par jour.
Parmi les nouveaux arrivants de Bashabshe, une famille de six personnes. Lama* explique comment son mari et ses quatre enfants, tous âgés de 3 à 10 ans, sont arrivés il y a trois jours après des mois de déplacement en Syrie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Jordanie/2012/Youngmeyer
Les niveleuses préparent le sol du désert qui accueillera un site de tentes capable d’accueillir jusqu’à 150 000 Syriens déplacés.

« Il y avait beaucoup de tirs dans notre région. Ma belle-soeur et ma nièce ont été tuées, et mon frère, sa fille et son fils ont été blessés. Nous avons décidé de partir suite à ça pour fuir la violence », explique-t-elle. Lors de leur fuite, ils ont été victimes de tirs et son mari a été blessé à la jambe.

Ils avaient été déplacés à l’intérieur du pays suite à la destruction de leur domicile situé à l’ouest de la Syrie il y a environ sept mois. « Nous vivions avec d’autres familles. Il y avait beaucoup de monde et nous avions faim et soif ».

Lama explique que l’attitude des enfants s’est détériorée. « Ils ont vu des personnes qui avaient été tuées et cela les a affectés. Ils sont repliés sur eux-mêmes et ne parlent pas beaucoup. Parfois ils sont agressifs ».

Les deux enfants aînés n’ont pu aller à l’école cette année. Même lorsque l’école était ouverte, il était souvent trop dangereux pour eux de s’aventurer à l’extérieur.

Renforcer l’intervention humanitaire
L’UNICEF fournit des services d’eau et d’assainissement à Bashabshe et deux autres sites de transit de Ramtha, touchant ainsi jusqu’à présent près de 9000 Syriens déplacés. Ces services sont complétés par des sessions sur la conservation de l’eau et la sensibilisation à l’hygiène. Plus de 6 500 enfants et familles de Syrie vulnérables ont pu bénéficier d’activités psychosociales, et ces chiffres continuent d’augmenter. Près de 3000 trousses d’hygiène pour les bébés seront distribuées au cours des nombreuses semaines à venir.

Lama et sa famille quitteront bientôt Bashabshe pour rejoindre des proches dans une autre région de la Jordanie. Mais pour de nombreux autres, le nouveau site de tentes de Za’atari deviendra un refuge temporaire. L’UNICEF travaille avec ses partenaires pour préparer le site aux dizaines de milliers de personnes attendues sous peu.  

 Déjà près de 100 000 Syriens sont déclarés comme réfugiés en Jordanie et dans trois autres pays de la région : le Liban, la Turquie et l’Iraq. Environ la moitié sont des enfants et des jeunes.

« L’UNICEF renforce dans l’urgence son intervention humanitaire et nécessite 7,5 millions des 14,8 millions de dollars des É.-U. demandés pour la Jordanie afin de répondre aux besoins d’urgence du nombre croissant d’enfants et de jeunes syriens déplacés », affirme Dominique Hyde.

* Les noms ont été changés afin de garantir l’anonymat


 

 

Recherche