En bref : Jordanie

Des enfants iraquiens déplacés rentrent en classe en Jordanie

Image de l'UNICEF: Jordan, Iraqi children, Back to School
© UNICEF Jordan/2007/ Al-Moughrabi
Le Gouvernement jordanien a décidé de permettre aux enfants iraquiens déplacés d’être scolarisés.

Par Hind-Lara Mango

AMMAN, Jordanie, 10 septembre 2007 – La famille Ikzaz vit en Jordanie depuis 2004, lorsqu’elle s’est enfuie d’Iraq, pour échapper aux violences incessantes. En tant que réfugiés, ils n’ont bénéficié que de la seule bonne volonté de leur voisine, Um Jum’a. Sans son aide, la famille Ikzaz se serait retrouvée sans nourriture, sans vêtement et sans abri.

« Il m’est impossible de travailler, sinon je serais expulsé » explique Armash Ikzaz, né en Iraq et père de cinq enfants. « Je ne peux pas me permettre d’acheter des manuels scolaires pour mes enfants. Nous avons de la chance qu’ils aillent à l’école. »

Pour un enfant non jordanien, les frais d’inscription scolaire s’élèvent à environ 70 dollars E.-U., à quoi il faut ajouter 15 dollars pour l’achat des manuels scolaires. Les enfants Ikzaz ont reçu certains livres grâce à l’appui de Um Jum’a, qui recueille de l’argent auprès des familles pour venir en aide à ses locataires iraquiens. Mais cela ne permet pas aux Ikzaz d’avoir tous les livres nécessaires.

« On m’a retiré les livres en me disant qu’on me les rendrait quand je pourrais les payer », affirme Rana, 12 ans.

Les enfants se réveillent de bonne heure le matin et il leur faut 45 minutes pour aller à pied à l’école. « Nous redoutons les mois qui viennent, lorsque les enfants vont devoir marcher jusqu’à l’école sous une pluie impitoyable et dans un froid glacial », dit Mme Jum’a.

Aider pour l’achat de livres et les frais de scolarité

Récemment, le Gouvernement jordanien a donné son accord permettant aux enfants iraquiens déplacés d’être scolarisés dans le pays. Il y a environ 750 000 Iraquiens en Jordanie, et on comptait l’an dernier un peu moins de 20 000 enfants scolarisés dans les écoles jordaniennes.

L’UNICEF et ses partenaires ont encouragé la décision du Gouvernement et leur objectif est de scolariser cette année 50 000 enfants iraquiens de plus. L’UNICEF travaille actuellement avec le Ministère de l’éducation en vue de fournir aux enfants iraquiens des manuels scolaires et d’acquitter les frais de scolarité dus par les enfants dont les familles sont dans l’incapacité de le faire.

Toutefois, les salles de classe du pays, déjà surchargées, ne peuvent accueillir un nouvel afflux d’élèves. Soucieux de faire face à cet afflux, l’UNICEF apporte au Ministère de l’éducation un appui technique pour la mise en place d’écoles disposant d’un système de classes alternées et la location de locaux supplémentaires permettant de recevoir les élèves. En outre, les enseignants vont être formés en vue d’apporter un soutien psychosocial aux enfants iraquiens.

Ikhlas, 13 ans, a perdu plusieurs années d’école après s’être enfuie d’Iraq. « Nous sommes heureux d’être à l’école », dit-elle, « mais je me sens gênée devant les autres élèves parce que je ne peux pas acheter tous les livres. »

Pour l’instant, Ikhlas et les autres membres de sa famille attendent patiemment, dans l’espoir que leur terrible situation s’améliorera.


 

 

Recherche