En bref: Japon

Lors de la réunion des ministres du développement du G8 à Tokyo, l’UNICEF insiste sur l’aggravation de la crise

Image de l'UNICEF: G8 Development Ministers’ Meeting in Tokyo
© REUTERS/Robichon
De gauche à droite : le Sous-Secrétaire du PNUD Olav Kjorven, le Ministre plénipotentiaire italien Renzo Mario Rosso ; le Sous-Directeur général du bureau de la planification stratégique de l’UNESCO Hans d’Orvile, le Sous-Secrétaire méxicain à la prospective, à la planification et à l’évaluation Felix Velez Fernandez Varela, le Directeur général adjoint de l’UNICEF Saad Yehia Houry à la Réunion des ministres du développement du G8 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement à Tokyo.

Par Mihoko Nakagawa

TOKYO, Japon, 11 avril 2008 – Lors de la réunion des ministres du développement du G8 cette semaine à Tokyo, l’UNICEF a eu l’occasion sans précédent de s’exprimer sur les Objectifs du Millénaire pour le développement ainsi que sur les questions concernant la sécurité humaine.

« Chaque jour, environ 4 000 enfants meurent à cause du manque d’assainissement, de mauvaises conditions d’hygiène et de l’eau de boisson contaminée. Pourtant, on connaît les solutions, la volonté est présente et le savoir-faire largement disponible, » a déclaré le Directeur général adjoint de l’UNICEF Saad Houry qui s’est exprimé lors de la séance sur la sécurité humaine et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le  développement.

Le moment était propice au lancement d’un appel à l’action dans le domaine de l’eau et de l’assainissement qui, trop souvent, disparaît du champ des préoccupations des décideurs politiques. La quatrième conférence internationale de Tokyo sur le développement africain aura lieu en mai et le sommet du G8 d’Hokkaido Toyako se tiendra en juillet.

Au « coeur  » de la sécurité humaine

« L’eau, l’assainissement et l’hygiène sont fondamentaux pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement et se trouvent au cœur du concept de sécurité humaine. Il n’y avait pas de meilleur moment pour les responsables du G8 pour faire figurer cette question parmi leurs délibérations », a affirmé M. Houry.

La réunion des ministres du développement du G8 comprenait des membres des pays du G8 (Japon, Royaume Uni, Etats-Unis, Allemagne, France, Canada, Italie et Russie) ainsi que du Brésil, de la Chine, de l’Inde, de l’Indonésie, de la Malaisie, du Mexique, de la République de Corée et de l’Afrique du Sud.

Parmi les personnalités présentes figuraient également des membres de la Commission de l’Union Européenne, de la Commission de l’Union Africaine, du secrétariat de l’ANASE, de l’OCDE, du PNUD, de la Banque mondiale, de l’UNESCO, de l’OMS et de l’UNICEF. 

Le Gouvernement japonais a été salué par les participants pour avoir facilité un débat en profondeur sur les défis importants que doit relever le développement et sur les solutions possibles qui devraient recevoir l’attention des dirigeants participant au G8.

Un milliard de personnes sans eau salubre

Les estimations les plus récentes révèlent que près d’un milliard de personnes ne disposent pas d’eau salubre et que deux milliards et demi de personnes ne disposent pas  d’assainissement. La pénurie d’eau s’aggrave dans de nombreuses parties du monde alors que de nouvelles situations d’urgence affectent des millions de personnes.

Le Ministre japonais des affaires étrangères, Masahiko Koumura, a clos la réunion en soulignant la nécessité d’encourager une bonne gouvernance dans le secteur de l’eau et de faire comprendre l’importance du renforcement des capacités et des institutions, de l’accumulation et du partage des technologies en vue d’une gestion efficace de l’eau.


 

 

Liens

Recherche